LA PAZZA GIOIA

FOLLES DE JOIE

Story of LA PAZZA GIOIA
LA PAZZA GIOIA FOLLES DE JOIE

Considérées comme socialement dangereuses, Beatrice (Valeria Bruni Tedeschi) et Donatella (Micaela Ramazzotti) sont deux femmes que la vie a brisées. La première est une bavarde excessive soi-disant comtesse, la seconde fragile et introvertie porte un douloureux secret. Un après-midi, un peu par hasard, elles fuguent de leur centre de soins pour femmes présentant des troubles psychiatriques. Elles se retrouvent livrées à elles-mêmes dans le monde des gens "normaux". Commence alors une longue virée euphorique et touchante où ces deux femmes diamétralement opposées se lient d’amitié et décident de profiter pleinement du bonheur qui s’offre à elles.

 

« Nous voulions raconter l’injustice, l’abus, le supplice des personnes fragiles, des femmes stigmatisées, désespérées, condamnées, recluses. Sans pour autant faire du film un pamphlet, un documentaire accusateur. Il y en a déjà un certain nombre, excellents au demeurant. Dans la construction, nous voulions des touches de bonheur, ou du moins de joie, d’excitation vitale, même dans les scènes d’enfermement thérapeutique. Peut-on sourire ou tout simplement rire en racontant la douleur, ou est-ce quelque chose d’impudique et de scandaleux ? J’espère que c’est possible, parce que c’est ce que je préfère dans un film. Au fond c’est la seule chose qui m’intéresse. »

Paolo Virzì,Dossier de presse

 

Scénariste, réalisateur et producteur, Paolo Virzì est considéré à la fois comme l’un des héritiers et des innovateurs de la comédie à l’italienne. Ses dix premiers films, de La bella vita (1994) à Tutti i santi giorni (2012) mêlent rire et amertume. Avec Il capitale umano il avait changé de genre et de style tout en gardant le mordant qui le caractérise.

    • LA PAZZA GIOIA

      FOLLES DE JOIE

      Considérées comme socialement dangereuses, Beatrice (Valeria Bruni Tedeschi) et Donatella (Micaela Ramazzotti) sont deux femmes que la vie a brisées. La première est une bavarde excessive soi-disant comtesse, la seconde fragile et introvertie porte un douloureux secret. Un après-midi, un peu par hasard, elles fuguent de leur centre de soins pour femmes présentant des troubles psychiatriques. Elles se retrouvent livrées à elles-mêmes dans le monde des gens "normaux". Commence alors une longue virée euphorique et touchante où ces deux femmes diamétralement opposées se lient d’amitié et décident de profiter pleinement du bonheur qui s’offre à elles.

       

      « Nous voulions raconter l’injustice, l’abus, le supplice des personnes fragiles, des femmes stigmatisées, désespérées, condamnées, recluses. Sans pour autant faire du film un pamphlet, un documentaire accusateur. Il y en a déjà un certain nombre, excellents au demeurant. Dans la construction, nous voulions des touches de bonheur, ou du moins de joie, d’excitation vitale, même dans les scènes d’enfermement thérapeutique. Peut-on sourire ou tout simplement rire en racontant la douleur, ou est-ce quelque chose d’impudique et de scandaleux ? J’espère que c’est possible, parce que c’est ce que je préfère dans un film. Au fond c’est la seule chose qui m’intéresse. »

      Paolo Virzì,Dossier de presse

       

      Scénariste, réalisateur et producteur, Paolo Virzì est considéré à la fois comme l’un des héritiers et des innovateurs de la comédie à l’italienne. Ses dix premiers films, de La bella vita (1994) à Tutti i santi giorni (2012) mêlent rire et amertume. Avec Il capitale umano il avait changé de genre et de style tout en gardant le mordant qui le caractérise.

    • Réalisation
      Paolo Virzì
    • Scénario
      Francesca Archibugi, Paolo Virzì
    • Image
      Vladan Radovic
    • Montage
      Cecilia Zanuso
    • Musique
      Carlo Virzì
    • Producteur (s)
      Marco Belardi Philippe Gompel
    • Productions
      Lotus Production, Rai Cinema, Manny Films, avec la contribution du MiBACT
    • Distribution France
      Bac Films Distribution
    • Interprètes
      Valeria Bruni Tedeschi, Micaela Ramazzotti, Valentina Carnelutti, Tommaso Ragno, Bob Messini
    • Année
      2016
    • Durée
      1h 58
    • Pays de production
      Italie, France
    • Format
      VOST
    • Citation
      Mais tu ne peux pas trouver un carnet pour écrire ces choses au lieu de te les tatouer ?
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom