LA TERRA DEI SANTI

0h 1min
2021
Story of LA TERRA DEI SANTI
LA TERRA DEI SANTI

Vittoria, Assunta, Caterina. Trois femmes.

Vittoria (Valeria Solarino), juge d’instruction, vient d’arriver en Calabre bien décidée à combattre la ‘Ndrangheta et à sauver les jeunes issus de ces familles où les morts violentes sont nombreuses. Assunta (Daniela Marra), restée veuve avec deux enfants de 17 et 5 ans, Giuseppe et Franceschino, est contrainte de se remarier avec son beau-frère qu’elle n’aime pas pour conserver la cohésion du clan. Caterina (Lorenza Indovina), sa sœur aînée, exécute sans états d’âme les ordres d’Alfredo (Tommaso Ragno), son mari, boss de la mafia locale, qui se cache à proximité, de même que son fils Pasquale, destiné à devenir son successeur. Giuseppe ne demande qu’à être initié lui aussi, ce que sa mère ignore, et risque la même fin que son père. Vittoria, malgré les menaces explicites qu’elle reçoit, veut convaincre Assunta de collaborer avec la justice pour sauver ses enfants. Mais l’omertà semble primer.

« Le plus souvent les films sur la mafia ne sont que des films de genre. Je ne pouvais pas faire un film de ce type. J'ai trop à cœur la douleur du peuple calabrais pour l’utiliser comme prétexte pour en faire un film. Nous avons essayé de ne pas nous focaliser sur le parcours d'un héros positif qui va au-devant de l’inévitable martyre. Nous avons tenté d'entrer "dans la plaie". Nous n'avons pas tracé cette ligne abstraite et inutile qui sépare les gentils des méchants pour rassurer les gens et représenter la guerre civile en cours en l'embaumant. C’est une approche qui aboutit émotivement à ce que l’on pourrait appeler une "sensation d'impuissance". Nous avons voulu regarder les hommes et les femmes qui sont impliqués dans la bataille de part et d’autre de la ligne de front sans nous focaliser sur le héros positif mais plutôt sur les autres, les méchants. »

Fernando Muraca, propos recueillis Ludovico Peroni et Edoardo Zaccagnini, close up,  27 mars 2015

 

Après des études de cinéma à Rome, Fernando Muraca (1967) travaille d’abord comme scénariste de téléfilms. Il réalise un premier court-métrage, Ti porto dentro, en 2000, puis une série télévisée pour jeune public Indietro nel tempo (2004). Terra dei santi est son deuxième long-métrage, après È tempo di cambiare, réalisé en 2008.

    • LA TERRA DEI SANTI

      Vittoria, Assunta, Caterina. Trois femmes.

      Vittoria (Valeria Solarino), juge d’instruction, vient d’arriver en Calabre bien décidée à combattre la ‘Ndrangheta et à sauver les jeunes issus de ces familles où les morts violentes sont nombreuses. Assunta (Daniela Marra), restée veuve avec deux enfants de 17 et 5 ans, Giuseppe et Franceschino, est contrainte de se remarier avec son beau-frère qu’elle n’aime pas pour conserver la cohésion du clan. Caterina (Lorenza Indovina), sa sœur aînée, exécute sans états d’âme les ordres d’Alfredo (Tommaso Ragno), son mari, boss de la mafia locale, qui se cache à proximité, de même que son fils Pasquale, destiné à devenir son successeur. Giuseppe ne demande qu’à être initié lui aussi, ce que sa mère ignore, et risque la même fin que son père. Vittoria, malgré les menaces explicites qu’elle reçoit, veut convaincre Assunta de collaborer avec la justice pour sauver ses enfants. Mais l’omertà semble primer.

      « Le plus souvent les films sur la mafia ne sont que des films de genre. Je ne pouvais pas faire un film de ce type. J'ai trop à cœur la douleur du peuple calabrais pour l’utiliser comme prétexte pour en faire un film. Nous avons essayé de ne pas nous focaliser sur le parcours d'un héros positif qui va au-devant de l’inévitable martyre. Nous avons tenté d'entrer "dans la plaie". Nous n'avons pas tracé cette ligne abstraite et inutile qui sépare les gentils des méchants pour rassurer les gens et représenter la guerre civile en cours en l'embaumant. C’est une approche qui aboutit émotivement à ce que l’on pourrait appeler une "sensation d'impuissance". Nous avons voulu regarder les hommes et les femmes qui sont impliqués dans la bataille de part et d’autre de la ligne de front sans nous focaliser sur le héros positif mais plutôt sur les autres, les méchants. »

      Fernando Muraca, propos recueillis Ludovico Peroni et Edoardo Zaccagnini, close up,  27 mars 2015

       

      Après des études de cinéma à Rome, Fernando Muraca (1967) travaille d’abord comme scénariste de téléfilms. Il réalise un premier court-métrage, Ti porto dentro, en 2000, puis une série télévisée pour jeune public Indietro nel tempo (2004). Terra dei santi est son deuxième long-métrage, après È tempo di cambiare, réalisé en 2008.

    • Réalisation
      Fernando Muraca
    • Scenario
      Fernando Muraca, Monica Zapelli, d’après son roman Il cielo a metà
    • Image
      Federico Annicchiarico
    • Montage
      Marcello Saurino, Paola Fredi
    • Musique
      Valerio Vigliar
    • Producer (s)
      Marianna De Liso, Enrica Gonella, Matteo Fago, Luca Tornatore
    • Productions
      Kinesis Film, Dm Communication, avec la contribution du MiBACT, avec le soutien d’Apulia Film Commission
    • Vente à l’étranger
      Intramovies
    • Interprètes
      Valeria Solarino, Daniela Marra, Lorenza Indovina, Ninni Bruschetta, Tommaso Ragno, Francesco Colella, Marco Aiello, Giuseppe Vitale, Claudio Spadaro, Piero Calabrese
    • Année
      2014
    • Durée
      1h 29
    • Pays de production
      Italie
    • Format
      VOST
    • Citation
      Madame, vous voulez arrêter la mer d’une main. C’est impossible.
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom