L’ESTATE DEL MIO PRIMO BACIO

0h 1min
2021
Story of L’ESTATE DEL MIO PRIMO BACIO
L'ESTATE DEL MIO PRIMO BACIO Été 1987. Camilla a 13 ans, une mère névrosée et un père volage. Pas très jolie, elle est gâtée-pourrie, pleine de présomption et un peu mythomane. Chaque été, c’est un rite, elle va passer ses vacances dans la magnifique villa que sa famille fortunée possède sur la côte de Toscane. Elle retrouve ses amies, filles d’amis de ses parents, aussi fortunés qu’eux. Toutes ces gamines désoeuvrées sont en proie aux premiers émois amoureux sans que leurs parents ne s’en aperçoivent, pris dans leurs propres rituels des vacances. Pour eux elles ne sont encore que des fillettes dont on se débarrasse en leur disant : « Allez jouer ! ». Mais cette année Camilla est fermement résolue à quitter l’enfance : elle est décidée à conquérir son premier baiser et même « à aller plus loin, bien plus loin. » Malheureusement, pemier chagrin, l’élu de son cœur, Antonello, 17 ans, sort avec une grande de son âge. Un beau matin au bord de sa piscine elle voit un jeune homme beau comme un ange. C’est Adelmo, l’ouvrier qui a été envoyé pour vérifier le bon fonctionnement de l’installation hydraulique. Certes, c’est un pauvre… mais c’est quand même un grand et il a une moto : de quoi faire crever d’envie ses copines qui, comme elle, fantasment sur des aventures plus ou moins improbables. Mais le bel Adelmo ne lui prête aucune attention, il est très pragmatique, il est là pour gagner sa vie. Elle se dit qu’avec tout son argent elle doit lui paraître inaccessible et que c’est donc à elle de faire le premier pas…     On connaissait Carlo Virzì comme compositeur des musiques des films de son grand frère Paolo. Comment a-t-il décidé de passer à la réalisation ? « Ce sont les producteurs de Cattleya qui me l’ont proposé. Ils avaient acquis les droits du roman Adelmo torna da me de Teresa Ciabatti, publié chez Einaudi. J’avais fait leur connaissance lors du casting de Caterina va in città de mon frère Paolo. Durant ce casting j’avais rencontré quelques 3.000 adolescents, un fichier qui s’est révélé très utile. Comme une partie du travail était déjà faite, les producteurs de Cattleya m’ont demandé de trouver la protagoniste du film, Camilla, puis ils m’ont proposé de réaliser le film. J’ai accepté, entre autres parce que le roman m’avait bien plu. Ça a été une belle aventure qui m’a donné beaucoup de satisfactions. Ce ne sera probablement pas une histoire sans suite, même si je ne considère pas que cinéaste est mon métier. Au demeurant, j’ai découvert des affinités entre le cinéma et la musique. Un film aussi a besoin d’avoir du rythme, une tonalité et un registre spécifiques. » Propos recueillis par Barbara Corsi, VivilCinema, 2006, n°3
    • L'ESTATE DEL MIO PRIMO BACIO

      Été 1987. Camilla a 13 ans, une mère névrosée et un père volage. Pas très jolie, elle est gâtée-pourrie, pleine de présomption et un peu mythomane. Chaque été, c’est un rite, elle va passer ses vacances dans la magnifique villa que sa famille fortunée possède sur la côte de Toscane. Elle retrouve ses amies, filles d’amis de ses parents, aussi fortunés qu’eux. Toutes ces gamines désoeuvrées sont en proie aux premiers émois amoureux sans que leurs parents ne s’en aperçoivent, pris dans leurs propres rituels des vacances. Pour eux elles ne sont encore que des fillettes dont on se débarrasse en leur disant : « Allez jouer ! ».

      Mais cette année Camilla est fermement résolue à quitter l’enfance : elle est décidée à conquérir son premier baiser et même « à aller plus loin, bien plus loin. » Malheureusement, pemier chagrin, l’élu de son cœur, Antonello, 17 ans, sort avec une grande de son âge.

      Un beau matin au bord de sa piscine elle voit un jeune homme beau comme un ange. C’est Adelmo, l’ouvrier qui a été envoyé pour vérifier le bon fonctionnement de l’installation hydraulique. Certes, c’est un pauvre… mais c’est quand même un grand et il a une moto : de quoi faire crever d’envie ses copines qui, comme elle, fantasment sur des aventures plus ou moins improbables. Mais le bel Adelmo ne lui prête aucune attention, il est très pragmatique, il est là pour gagner sa vie. Elle se dit qu’avec tout son argent elle doit lui paraître inaccessible et que c’est donc à elle de faire le premier pas…

       

       

      On connaissait Carlo Virzì comme compositeur des musiques des films de son grand frère Paolo. Comment a-t-il décidé de passer à la réalisation ?

      « Ce sont les producteurs de Cattleya qui me l’ont proposé. Ils avaient acquis les droits du roman Adelmo torna da me de Teresa Ciabatti, publié chez Einaudi. J’avais fait leur connaissance lors du casting de Caterina va in città de mon frère Paolo. Durant ce casting j’avais rencontré quelques 3.000 adolescents, un fichier qui s’est révélé très utile. Comme une partie du travail était déjà faite, les producteurs de Cattleya m’ont demandé de trouver la protagoniste du film, Camilla, puis ils m’ont proposé de réaliser le film. J’ai accepté, entre autres parce que le roman m’avait bien plu. Ça a été une belle aventure qui m’a donné beaucoup de satisfactions. Ce ne sera probablement pas une histoire sans suite, même si je ne considère pas que cinéaste est mon métier. Au demeurant, j’ai découvert des affinités entre le cinéma et la musique. Un film aussi a besoin d’avoir du rythme, une tonalité et un registre spécifiques. »

      Propos recueillis par Barbara Corsi, VivilCinema, 2006, n°3

    • Réalisation
      Carlo Virzì
    • Scenario
      Teresa Ciabatti, Francesco Bruni, Paolo Virzì, Carlo Virzì
    • Image
      Blasco Giurato
    • Montage
      Fabrizio Rossetti
    • Musique
      Carlo Virzì
    • Productions
      Cattleya, Rai Cinema
    • Interprètes
      Laura Morante, Neri Marcorè, Gabriella Belisario, Iacopo Petrini, Andrea Renzi
    • Année
      2006
    • Durée
      1h 24
    • Pays de production
      Italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom