MA CHE COLPA ABBIAMO NOI

0h 1min
2021
Story of MA CHE COLPA ABBIAMO NOI
MA CHE COLPA ABBIAMO NOI Huit personnes, légèrement névrotiques sui­vent une thérapie de groupe avec une psy­chanalyste d'un certain âge. Il y a làGegè, la cinquantaine, fils d'un riche industriel, figure paternelle écrasante qui ne lui permet pas de s'émanciper, Alfredo, personne obèse avec une obsession religieuse, Ernesto, qui tente désespérément de revenir au domicile conju­gal après que sa femme l'ait mis àla porte car il l'avait trompée, et ne peut dormir que dans un train, Flavia, professeur de lettres, qui a une obsession maniaque pour les chaussures qu'elle collectionne, et qui attend que son amant quitte enfin sa femme, Gabriella, qui n'accepte pas de subir les conséquences du temps qui passe, Luca, homosexuel qui a une relation avec un homme marié, Chiara étudiante boulimique et le dernier arrivé, Marco, jeune homme introverti. Tous sont tellement obnubilés par leurs problèmes person­nels qu'ils ne s'aperçoivent pas tout de suite du décès de la vieille psychana­lyste au beau milieu d'une de leur séance. Brusquement privés de thérapeute, ils décident de rester ensemble et de continuer àpartager leurs souffrances, sauf Alfredo qui se déclare guérit. Dans un premier temps, le groupe cherche un nouveau psychanalyste, mais sans succès. Voulant absolument guérir, Gegè, Ernesto, Flavia, Gabriella, Luca, Chiara et Marco improvisent alors une thérapie en autogestion, organisant des séances tantôt chez l'un, tantôt chez l'autre, séances qui s'avéreront infructueuses en raison de leur égoïsme, de leur incapacitéàécouter les autres, chacun étant convaincu que son propre problème est le plus important. Mais ils découvriront qu'ils n'ont finalement besoin de personne pour guérir, qu'il leur suffit de s'accepter tels qu'ils sont et d'affronter leurs névroses avec un brin de bon sens.   Une comédie chorale rythmée, dans laquelle le réalisateur porte un regard àla fois compréhensif et sensible sur ces personnages névrotiques traités avec une légèretéironique et magistralement interprétés par un groupe de comédiens bien assortis.   «La saison 2003 du cinéma italien s'ouvre de manière prometteuse avec ce film : un spectacle amusant qui ne renonce pas àl'intelligence et au bon goût, professionnellement impeccable, dépourvu de morgue tout en ayant les carac­téristiques du film d'auteur. » Tullio Kezich, Corriere délia Sera, 4 janvier 2003   «Exceptionnel : une comédie italienne qui parle de psychanalyse, qui suit les huit patients d'une thérapie de groupe, et qui ne se moque pas, ne fait pas de répliques ignorantes, ne dépeint pas de personnages caricaturaux, ne ridiculi­se pas, mais se limite de temps àautre àune légère ironie. » Lietta Tornabuoni, La Stampa, 24 janvier 2003   «Plein de vitalité, amusant, optimiste dans l'ensemble, "Ma che colpa abbia­mo noi" est un film qui est tout sauf banal ou simplificateur. Personne n'attend de Verdone un traitésur la psychanalyse, d'accord : les exigences du specta­cle restent au premier plan (...) Les typologies humaines et leurs névroses relatives sont traitées avec simplicitéet authenticité, le regard posésur les incertitudes contemporaines apparaît comme mûr, compréhensif, agréable­ment serein. Le tout menéavec un bon rythme de comédie noire (...). Le grou­pe des interprètes est bien assorti, ils jouent leur rôle avec enthousiasme et conviction. Ou ce ne sont que des acteurs doués, ou ils ont vraiment fait une thérapie de groupe pendant le tournage. » Roberto Nepoti, La Repubblica, 11 janvier 2003
    • MA CHE COLPA ABBIAMO NOI

      Huit personnes, légèrement névrotiques sui­vent une thérapie de groupe avec une psy­chanalyste d'un certain âge. Il y a làGegè, la cinquantaine, fils d'un riche industriel, figure paternelle écrasante qui ne lui permet pas de s'émanciper, Alfredo, personne obèse avec une obsession religieuse, Ernesto, qui tente désespérément de revenir au domicile conju­gal après que sa femme l'ait mis àla porte car il l'avait trompée, et ne peut dormir que dans un train, Flavia, professeur de lettres, qui a une obsession maniaque pour les chaussures qu'elle collectionne, et qui attend que son amant quitte enfin sa femme, Gabriella, qui n'accepte pas de subir les conséquences du temps qui passe, Luca, homosexuel qui a une relation avec un homme marié, Chiara étudiante boulimique et le dernier arrivé, Marco, jeune homme introverti. Tous sont tellement obnubilés par leurs problèmes person­nels qu'ils ne s'aperçoivent pas tout de suite du décès de la vieille psychana­lyste au beau milieu d'une de leur séance. Brusquement privés de thérapeute, ils décident de rester ensemble et de continuer àpartager leurs souffrances, sauf Alfredo qui se déclare guérit. Dans un premier temps, le groupe cherche un nouveau psychanalyste, mais sans succès. Voulant absolument guérir, Gegè, Ernesto, Flavia, Gabriella, Luca, Chiara et Marco improvisent alors une thérapie en autogestion, organisant des séances tantôt chez l'un, tantôt chez l'autre, séances qui s'avéreront infructueuses en raison de leur égoïsme, de leur incapacitéàécouter les autres, chacun étant convaincu que son propre problème est le plus important. Mais ils découvriront qu'ils n'ont finalement besoin de personne pour guérir, qu'il leur suffit de s'accepter tels qu'ils sont et d'affronter leurs névroses avec un brin de bon sens.

       

      Une comédie chorale rythmée, dans laquelle le réalisateur porte un regard àla fois compréhensif et sensible sur ces personnages névrotiques traités avec une légèretéironique et magistralement interprétés par un groupe de comédiens bien assortis.

       

      «La saison 2003 du cinéma italien s'ouvre de manière prometteuse avec ce film : un spectacle amusant qui ne renonce pas àl'intelligence et au bon goût, professionnellement impeccable, dépourvu de morgue tout en ayant les carac­téristiques du film d'auteur. »

      Tullio Kezich, Corriere délia Sera, 4 janvier 2003

       

      «Exceptionnel : une comédie italienne qui parle de psychanalyse, qui suit les huit patients d'une thérapie de groupe, et qui ne se moque pas, ne fait pas de répliques ignorantes, ne dépeint pas de personnages caricaturaux, ne ridiculi­se pas, mais se limite de temps àautre àune légère ironie. »

      Lietta Tornabuoni, La Stampa, 24 janvier 2003

       

      «Plein de vitalité, amusant, optimiste dans l'ensemble, "Ma che colpa abbia­mo noi" est un film qui est tout sauf banal ou simplificateur. Personne n'attend de Verdone un traitésur la psychanalyse, d'accord : les exigences du specta­cle restent au premier plan (...) Les typologies humaines et leurs névroses relatives sont traitées avec simplicitéet authenticité, le regard posésur les incertitudes contemporaines apparaît comme mûr, compréhensif, agréable­ment serein. Le tout menéavec un bon rythme de comédie noire (...). Le grou­pe des interprètes est bien assorti, ils jouent leur rôle avec enthousiasme et conviction. Ou ce ne sont que des acteurs doués, ou ils ont vraiment fait une thérapie de groupe pendant le tournage. »

      Roberto Nepoti, La Repubblica, 11 janvier 2003

    • Réalisation
      Carlo Verdone
    • Scénario
      Carlo Verdone, Pasquale Plastino, Piero De Bernard!, Fiamma Satta
    • Image
      Danilo Desideri
    • Montage
      Claudio Di Mauro
    • Musique
      Lele Marchitelli
    • Productions
      Virginia Film, Warner Bros. Italia
    • Vente à l’étranger
      Adriana Chiesa Entrerprises
    • Interprètes
      Carlo Verdone, Margherita Buy, Anita Caprioli, Antonio Catania, Lucia Sardo, Stefano Pesce, Max Amato, Raquel Sueiro, Luciano Gubinelli
    • Année
      2003
    • Durée
      1h 29
    • Pays de production
      Italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom