NORMAL

1h 10min
2021
Story of NORMAL
NORMAL Dans les salles de gym, à la plage, en discothèque ou à l’église, c’est le genre de la personne qui détermine ses agissements, qui influence ses gestes, ses comportements, ses aspirations et ses désirs. La caméra observe la chorégraphie des corps et les rituels sociaux du masculin et du féminin dans l’Italie d’aujourd’hui, de l’enfance à l’âge adulte. Une mosaïque de situations tour à tour tendres, grotesques, mystérieuses prend forme : on appelle ça la normalité.   « Le genre, de nos jours, est un thème très conflictuel. Alors que les militants de Family Day en Italie (l’équivalent de la Manif pour tous en France) affluent dans les rues contre le spectre du « genre », les statistiques et les journaux font un état alarmant de la violence, de la discrimination et de l’inégalité fondée sur le genre et l’orientation sexuelle. Et la régulation des rôles selon le genre exerce encore un pouvoir énorme sur l’expression individuelle des gens, leurs interactions et leurs relations. Ce projet est né avec l’intention de réfléchir sur la façon dont les normes des genres sont des pratiques sociales implicites, des règles tacites qui imprègnent nos vies, souvent si subtiles et enracinées en nous qu’elles ne sont pas problématiques, mais tout l’inverse. Dans le passé, j’ai travaillé sur des questions liées au genre et à la sexualité en choisissant toujours des protagonistes reflétant le point de vue de ceux qui sont en marge des conventions sociales dominantes. Dans Normal, j’ai voulu expérimenter un changement de perspective, en me concentrant précisément sur ce qui est considéré comme conventionnel, normatif. Normal. J’avais dans l’idée de déclencher des juxtapositions et des associations visant à provoquer une prise de distance et une surprise devant le spectacle de la réalité quotidienne normale. Je voulais raconter le genre comme un acte performatif collectif, une cérémonie qui façonne notre corps et influence nos désirs. » Adele Tulli, Dossier de Presse
    • NORMAL

      Dans les salles de gym, à la plage, en discothèque ou à l’église, c’est le genre de la personne qui détermine ses agissements, qui influence ses gestes, ses comportements, ses aspirations et ses désirs. La caméra observe la chorégraphie des corps et les rituels sociaux du masculin et du féminin dans l’Italie d’aujourd’hui, de l’enfance à l’âge adulte. Une mosaïque de situations tour à tour tendres, grotesques, mystérieuses prend forme : on appelle ça la normalité.

       

      « Le genre, de nos jours, est un thème très conflictuel. Alors que les militants de Family Day en Italie (l’équivalent de la Manif pour tous en France) affluent dans les rues contre le spectre du « genre », les statistiques et les journaux font un état alarmant de la violence, de la discrimination et de
      l’inégalité fondée sur le genre et l’orientation sexuelle. Et la régulation des rôles selon le genre exerce encore un pouvoir énorme sur l’expression individuelle des gens, leurs interactions et leurs relations. Ce projet est né avec l’intention de réfléchir sur la façon dont les normes des genres sont des pratiques sociales implicites, des règles tacites qui imprègnent nos vies, souvent si subtiles et enracinées en nous qu’elles ne sont pas problématiques, mais tout l’inverse. Dans le passé, j’ai travaillé sur des questions liées au genre et à la sexualité en choisissant toujours des protagonistes reflétant le point de vue de ceux qui sont en marge des conventions sociales dominantes. Dans Normal, j’ai voulu expérimenter un changement de perspective, en
      me concentrant précisément sur ce qui est considéré comme conventionnel, normatif. Normal. J’avais dans l’idée de déclencher des juxtapositions et des associations visant à provoquer une prise de distance et une surprise devant le spectacle de la réalité quotidienne normale. Je voulais raconter le genre comme un acte performatif collectif, une cérémonie qui façonne notre corps et influence nos désirs. »
      Adele Tulli, Dossier de Presse

    • Scenario
      Adele Tulli
    • Image
      Clarissa Cappellani, Francesca Zonars
    • Montage
      Ilaria Fraioli, Elisa Cantelli, Adele Tulli
    • Musique
      Andrea Koch
    • Producer (s)
      Valeria Adilardi, Luca Ricciaridi, Laura Romano, Mauro Vicentini
    • Productions
      FilmAffair, AAMOD – Archivio Audiovisivo del Movimento Operaio e Democratico, Istituto Luce Cinecittà, Ginestra Film, Rai Cinema
    • Vente à l’étranger
      Slingshot Films
    • Année
      2019
    • Durée
      70 min
    • Pays de production
      Italie, Suède
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom