NOUR

NOUR

Maurizio Zaccaro

Story of NOUR
NOURLes bateaux chargés de migrants rescapés continuent d’arriver à Lampedusa. Pietro Bartolo (Sergio Castellitto), le médecin de l’île, compte les morts et prend s’occupe des vivants. De l’un de ces bateaux descend Nour El Shabi (Linda Mresy), une gamine syrienne de 11 ans, seule. Pietro la prend en charge, mais elle s’enfuit toujours à la recherche de ses parents. Que sont-ils devenus ? Pietro met tout en œuvre pour essayer de les retrouver. Devant l’inutilité de ses recherches, il s’adresse à un passeur, malgré tout le mépris qu’il a pour ce genre d’individu. Lui sait ce qui s’est passé lors du départ.   « Le film a été tourné entièrement à Lampedusa en mai 2018. Il a été demandé par de nombreux festivals mais aucun ne l’a obtenu. Il n’est pas distribué. J’aurais préféré mille fois qu’on me dise que mon film n’était pas bon, qu’il était tellement mauvais et mal tourné que ça aurait été une honte de le distribuer. Mais non, rien que le silence. Nour est devenu ainsi un film qui n’existe pas, même si de l’argent public a été investi. Nour gêne le pouvoir parce qu’il remue les consciences ? Mieux vaut alors le faire disparaître, le dissoudre dans le néant comme s’il n’avait jamais été tourné. “Chaque époque a son fascisme : on voit ses signes avant-coureurs partout où la concentration du pouvoir empêche le citoyen de s’exprimer et d’agir selon sa volonté. Cela se fait de bien des façons, pas nécessairement par la terreur et l’intimidation policière, mais aussi en niant ou en déformant l’information, en polluant la justice, en paralysant les écoles, en répandant subtilement la nostalgie d’un monde où l’ordre règne en maître et où la sécurité de quelques privilégiés repose sur le travail et le silence forcés du plus grand nombre“ nous disait Primo Levi dans Un passé que nous croyions ne jamais devoir revenir (Corriere della Sera, 8 mai 1974) ». Maurizio Zaccaro, mauriziozaccaro.org
  • NOUR

    Les bateaux chargés de migrants rescapés continuent d’arriver à Lampedusa. Pietro Bartolo (Sergio Castellitto), le médecin de l’île, compte les morts et prend s’occupe des vivants. De l’un de ces bateaux descend Nour El Shabi (Linda Mresy), une gamine syrienne de 11 ans, seule. Pietro la prend en charge, mais elle s’enfuit toujours à la recherche de ses parents. Que sont-ils devenus ? Pietro met tout en œuvre pour essayer de les retrouver. Devant l’inutilité de ses recherches, il s’adresse à un passeur, malgré tout le mépris qu’il a pour ce genre d’individu. Lui sait ce qui s’est passé lors du départ.

     

    « Le film a été tourné entièrement à Lampedusa en mai 2018. Il a été demandé par de nombreux festivals mais aucun ne l’a obtenu. Il n’est pas distribué. J’aurais préféré mille fois qu’on me dise que mon film n’était pas bon, qu’il était tellement mauvais et mal tourné que ça aurait été une honte de le distribuer. Mais non, rien que le silence. Nour est devenu ainsi un film qui n’existe pas, même si de l’argent public a été investi. Nour gêne le pouvoir parce qu’il remue les consciences ? Mieux vaut alors le faire disparaître, le dissoudre dans le néant comme s’il n’avait jamais été tourné.
    “Chaque époque a son fascisme : on voit ses signes avant-coureurs partout où la concentration du pouvoir empêche le citoyen de s’exprimer et d’agir selon sa volonté. Cela se fait de bien des façons, pas nécessairement par la terreur et l’intimidation policière, mais aussi en niant ou en déformant l’information, en polluant la justice, en paralysant les écoles, en répandant subtilement la nostalgie d’un monde où l’ordre règne en maître et où la sécurité de quelques privilégiés repose sur le travail et le silence forcés du plus grand nombre“ nous disait Primo Levi dans Un passé que nous croyions ne jamais devoir revenir (Corriere della Sera, 8 mai 1974) ».

    Maurizio Zaccaro, mauriziozaccaro.org

  • Réalisation
    Maurizio Zaccaro
  • Scénario
    Maurizio Zaccaro d’après Les larmes de sel de Pietro Bartolo et Lidia Tilotta
  • Image
    Fabio Olm
  • Montage
    Paola Freddi
  • Musique
    Alessio Vlad
  • Producteur (s)
    Donatella Palermo, Elisabetta Olmi
  • Productions
    Stemal Entertainment, Ipotesi Cinema, Rai Cinema, avec le soutien de Sicila Film Commission
  • Vente à l’étranger
    Rai Com
  • Interprètes
    Linda Mresy, Sergio Castellitto, Valeria D’Obici, Raffaella Rea
  • Année
    2019
  • Durée
    92 min
  • Pays de production
    Italie
Et vous, qu’en pensez-vous ?

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d’un *.

Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

Festival du Film Italien de Villerupt

Festival du Film Italien de Villerupt
6 rue Clemenceau
54190 Villerupt


+33 (0)3 82 89 40 22
organisation@festival-villerupt.com

©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom