PATER FAMILIAS

PATER FAMILIAS

Francesco Patierno

0h 1min
2021
Story of PATER FAMILIAS
PATER FAMILIAS Après dix ans passés en prison, Matteo retourne dans le village où il a grandi, près de Naples. Son père est au plus mal et Matteo doit régler quelques affaires. Avec l'excuse de rencontrer un prêtre, il revisite les lieux les plus mar­quants de sa jeunesse. Les flashback qui se succèdent nous apprennent les faits qui l'ont amené en prison : Matteo a tué le frère de sa petite amie Anna, qui l'avait violée par jalousie et qui avait tué le cousin de Matteo par vengeance. Parmi  les  amis  d'autrefois,   beaucoup sont morts : assassinés, suicidés, abattus par la police au cours d'un hold-up. Le film nous conduit dans les quartiers les plus sombres de Naples, où la violence est le quotidien des personnages ; les amis de Matteo sont fils d'alcooliques, de chômeurs, de prostituées. Sa voisine et amie, Maria, est amoureuse d'un garçon violent. Après être tombée enceinte, elle sera considérée comme une moins que rien par son père qui fera tout pour forcer le jeune homme à l'épouser. Pendant les années d'emprisonnement, Maria n'a jamais cessé d'écrire à Matteo. Le retour à la liberté sera aussi l'occasion des retrouvailles. Paterfamilias est un drame sans issue, un coup de poing à l'estomac. La cause première de toute cette déchéance, c'est la disparition de la figure paternelle et le silence douloureux des mères, conscientes mais impuissantes qui ne peuvent que constater les dégâts. Il est des lieux où tout ce qui arrive paraît marqué du sceau de la fatalité et où le salut ne peut venir que de la femme...   " 'Pater Familias', un groupe pasolinien dans la Naples d'aujourd'hui. Parlé en pur napolitain, 'Pater Familias' est un premier film qui se fait remarquer, librement tiré d'un livre de Massimo Cacciapuoti - dont les faits marquants sont inspirés à la réalité- et interprété par des acteurs débutants. Les scènes choc sont nombreuses ; mais la violence n'est jamais représentée de façon hystérique ou satisfaite : douloureuse, plutôt". La Repubblica, 15 mars 2003
    • PATER FAMILIAS

      Après dix ans passés en prison, Matteo retourne dans le village où il a grandi, près de Naples. Son père est au plus mal et Matteo doit régler quelques affaires. Avec l'excuse de rencontrer un prêtre, il revisite les lieux les plus mar­quants de sa jeunesse. Les flashback qui se succèdent nous apprennent les faits qui l'ont amené en prison : Matteo a tué le frère de sa petite amie Anna, qui l'avait violée par jalousie et qui avait tué le cousin de Matteo par vengeance.

      Parmi  les  amis  d'autrefois,   beaucoup sont morts : assassinés, suicidés, abattus par la police au cours d'un hold-up. Le film nous conduit dans les quartiers les plus sombres de Naples, où la violence est le quotidien des personnages ; les amis de Matteo sont fils d'alcooliques, de chômeurs, de prostituées. Sa voisine et amie, Maria, est amoureuse d'un garçon violent. Après être tombée enceinte, elle sera considérée comme une moins que rien par son père qui fera tout pour forcer le jeune homme à l'épouser. Pendant les années d'emprisonnement, Maria n'a jamais cessé d'écrire à Matteo. Le retour à la liberté sera aussi l'occasion des retrouvailles.

      Paterfamilias est un drame sans issue, un coup de poing à l'estomac. La cause première de toute cette déchéance, c'est la disparition de la figure paternelle et le silence douloureux des mères, conscientes mais impuissantes qui ne peuvent que constater les dégâts. Il est des lieux où tout ce qui arrive paraît marqué du sceau de la fatalité et où le salut ne peut venir que de la femme...

       

      " 'Pater Familias', un groupe pasolinien dans la Naples d'aujourd'hui. Parlé en pur napolitain, 'Pater Familias' est un premier film qui se fait remarquer, librement tiré d'un livre de Massimo Cacciapuoti - dont les faits marquants sont inspirés à la réalité- et interprété par des acteurs débutants. Les scènes choc sont nombreuses ; mais la violence n'est jamais représentée de façon hystérique ou satisfaite : douloureuse, plutôt".

      La Repubblica, 15 mars 2003

    • Réalisation
      Francesco Patierno
    • Scénario
      Francesco Patierno Massimo Cacciapuoti
    • Image
      Mauro Marchetti
    • Montage
      Luca Gazzolo
    • Musique
      Angelo Talocci
    • Producteur (s)
      Umberto Massa
    • Productions
      Kubla Khan
    • Vente à l’étranger
      Intramovies
    • Interprètes
      Domenico Balsamo, Luigi Hacuzio, Federica Bonavolontà, Francesco Pirozzi, Sergio Solli, Marina Suma, Ernesto Mahieux
    • Année
      2002
    • Durée
      1h 39
    • Pays de production
      Italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom