PAUVRES MAIS BEAUX

POVERI MA BELLI

0h 1min
2021
Story of POVERI MA BELLI
POVERI MA BELLI PAUVRES MAIS BEAUX L'action se déroule dans un quartier populaire de Rome. Romolo, le vendeur et Salvatore, le maître-nageur, sont deux jeunes amis insouciants, toujours prêts à courtiser les belles filles. La soeur de Romolo en pince pour Salvatore et celle de Salvatore pour Romolo, mais les deux garçons sont attirés par Giovanna, la jolie fille du tailleur. Ils entreprennent sa conquête. L'amitié entre Romolo et Salvatore est mise à rude épreuve car Giovanna laisse croire à chacun qu'il est l'heureux élu. Romolo fait une tentative de suicide lorsqu'elle semble accorder sa préférence à Salvatore. Finalement, Giovanna les laisse tomber tous les deux pour rejoindre son ex-fiancé dont elle est toujours amoureuse. S'étant rendu compte de leur erreur, ils porteront chacun maintenant plus d'attention à la soeur de l'autre.   Avec Pauvres mais beaux (1956) - que suivront Belle ma povere (1957) et Poveri milionari (1958) -, RISI met au point un style de plus en plus personnel : héritier du néoréalisme dans la perspective de ce que l'on a appelé de façon réductrice "le néoréalisme rosé", le cinéaste crée un univers dont la bonne humeur apparente cache à grand peine une inquiétude sous-jacente. "Le bien-être, note le metteur en scène, commençait à se faire sentir en Italie. Dans son petit domaine, le film représentait ce passage d'un mode de vie à un autre. Voir ces jeunes gens essayer de vivre dans une société à laquelle ils n'étaient pas adaptés avait quelque chose de pathétique". Ainsi, la comédie fonctionne pleinement mais derrière la drôlerie, la légèreté et la précision du récit, le film est veiné par un détachement mélancolique qui le leste d'une gravité inattendue. Un dosage subtil, qui n'appartient qu'à RISI, commence à percer. Le public italien ne s'y trompa pas : il fit un triomphe à ces jeunes gens "pauvres d'argent mais riches de fantaisie". Jean A. Gili, préface de Dino Risi de Valerio Caprara, Gremese International - 1993 également Jean A. Gili, La comédie italienne, Henri Veyrier - 1983
    • POVERI MA BELLI

      PAUVRES MAIS BEAUX

      L'action se déroule dans un quartier populaire de Rome. Romolo, le vendeur et Salvatore, le maître-nageur, sont deux jeunes amis insouciants, toujours prêts à courtiser les belles filles. La soeur de Romolo en pince pour Salvatore et celle de Salvatore pour Romolo, mais les deux garçons sont attirés par Giovanna, la jolie fille du tailleur. Ils entreprennent sa conquête. L'amitié entre Romolo et Salvatore est mise à rude épreuve car Giovanna laisse croire à chacun qu'il est l'heureux élu. Romolo fait une tentative de suicide lorsqu'elle semble accorder sa préférence à Salvatore. Finalement, Giovanna les laisse tomber tous les deux pour rejoindre son ex-fiancé dont elle est toujours amoureuse. S'étant rendu compte de leur erreur, ils porteront chacun maintenant plus d'attention à la soeur de l'autre.

       

      Avec Pauvres mais beaux (1956) - que suivront Belle ma povere (1957) et Poveri milionari (1958) -, RISI met au point un style de plus en plus personnel : héritier du néoréalisme dans la perspective de ce que l'on a appelé de façon réductrice "le néoréalisme rosé", le cinéaste crée un univers dont la bonne humeur apparente cache à grand peine une inquiétude sous-jacente. "Le bien-être, note le metteur en scène, commençait à se faire sentir en Italie. Dans son petit domaine, le film représentait ce passage d'un mode de vie à un autre. Voir ces jeunes gens essayer de vivre dans une société à laquelle ils n'étaient pas adaptés avait quelque chose de pathétique". Ainsi, la comédie fonctionne pleinement mais derrière la drôlerie, la légèreté et la précision du récit, le film est veiné par un détachement mélancolique qui le leste d'une gravité inattendue. Un dosage subtil, qui n'appartient qu'à RISI, commence à percer. Le public italien ne s'y trompa pas : il fit un triomphe à ces jeunes gens "pauvres d'argent mais riches de fantaisie".

      Jean A. Gili, préface de Dino Risi de Valerio Caprara, Gremese International - 1993

      également Jean A. Gili, La comédie italienne, Henri Veyrier - 1983

    • Réalisation
      Dino Risi
    • Scenario
      Dino Risi, Pasquale Festa Campanile, Massimo Franciosa
    • Image
      Tonino Delli Colli
    • Montage
      Mario Serandrei
    • Musique
      Piero Piccioni
    • Producer (s)
      Silvio Clementelli
    • Productions
      Titanus, SGC (Paris)
    • Distribution France
      Les Films du Camelia
    • Interprètes
      Marisa Allasio, Maurizio Arena, Renato Salvatori, Lorella De Luca, Alessandra Panaro, Memmo Carotenuto, Mario Carotenuto, Virgilio Riento, Ettore Manni
    • Année
      1956
    • Durée
      1h 42
    • Pays de production
      Italie, France
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom