Story of RIDE
RIDE Malgré tous ses efforts, Carolina (Chiara Martegiani) n’arrive pas à pleurer. Pourtant, elle est à la veille d’enterrer son mari (Lino Musella), jeune ouvrier mort sur son lieu de travail. Elle a beau tout tenter, écouter « leur » chanson fétiche, revoir d’anciennes photographies, observer la table où il a mangé pour la dernière fois, rien n’y fait. Et les visites n’y changent rien : le premier amour en pleurs de son défunt mari (Silvia Gallerano), le couple d’amis qui se sépare (Milena Mancini et Giordano De Plano), la voisine qui vient dispenser ses conseils (Milena Vukotic), les reproches de son jeune fils (Arturo Marchetti) qui ne comprend pas que sa mère ne pleure pas et son beau-frère (Stefano Dionisi), fils maudit, revenu affronter le père (Renato Carpentieri) pour l’occasion. Au-delà du risque de heurter les autres en ne se montrant pas éplorée, c’est la peur de se décevoir elle-même qui hante Carolina.   « Le but initial du film était de montrer la difficulté d’aller puiser dans ses émotions de nos jours, qu’il s’agisse d’une grande joie ou d’une grande peine, avec toute la spontanéité et le naturel que cela implique. […] Il y a beaucoup de manières de ressentir de la douleur, et il faut permettre à chacun d’avoir la sienne. Le décès sur le lieu de travail est symbolique d’une société hypocrite : elle le juge et le condamne mais ne fait rien ensuite pour y mettre fin. Un des personnages du film affirme qu’« on meurt à la guerre, pas au travail », et cette phrase englobe toute la démarche de répression d’un monde qui empêche la protagoniste d’être seule et de faire face à sa douleur. » Valerio Mastandrea, cineuropa.org
    • RIDE

      Malgré tous ses efforts, Carolina (Chiara Martegiani) n’arrive pas à pleurer. Pourtant, elle est à la veille d’enterrer son mari (Lino Musella), jeune ouvrier mort sur son lieu de travail. Elle a beau tout tenter, écouter « leur » chanson fétiche, revoir d’anciennes photographies, observer la table où il a mangé pour la dernière fois, rien n’y fait. Et les visites n’y changent rien : le premier amour en pleurs de son défunt mari (Silvia Gallerano), le couple d’amis qui se sépare (Milena Mancini et Giordano De Plano), la voisine qui vient dispenser ses conseils (Milena Vukotic), les reproches de son jeune fils (Arturo Marchetti) qui ne comprend pas que sa mère ne pleure pas et son beau-frère (Stefano Dionisi), fils maudit, revenu affronter le père (Renato Carpentieri) pour l’occasion. Au-delà du risque de heurter les autres en ne se montrant pas éplorée, c’est la peur de se décevoir elle-même qui hante Carolina.

       

      « Le but initial du film était de montrer la difficulté d’aller puiser dans ses émotions de nos jours, qu’il s’agisse d’une grande joie ou d’une grande peine, avec toute la spontanéité et le naturel que cela implique. […] Il y a beaucoup de manières de ressentir de la douleur, et il faut permettre à chacun d’avoir la sienne. Le décès sur le lieu de travail est symbolique d’une société hypocrite : elle le juge et le condamne mais ne fait rien ensuite pour y mettre fin. Un des personnages du film affirme qu’« on meurt à la guerre, pas au travail », et cette phrase englobe toute la démarche de répression d’un monde qui empêche la protagoniste d’être seule et de faire face à sa douleur. »

      Valerio Mastandrea, cineuropa.org

    • Scénario
      Marta Maffucci
    • Image
      Andrea Fastella
    • Montage
      Mauro Bonanni
    • Musique
      Riccardo Sinigallia
    • Producteur (s)
      Simone Isola, Paolo Bogna
    • Productions
      Kimerafilm, Rai Cinema,avec la participation du MiBAC
    • Vente à l’étranger
      Minerva Pictures Group
    • Interprètes
      Chiara Martegiani, Renato Carpentieri, Stefano Dionisi, Arturo Marchetti, Milena Vukotic, Mattia Stramazzi, Valter Toschi, Giancarlo Porcacchia, Silvia Gallerano, EmanueleBevilacqua, Milena Mancini, Giordano De Plano, Lino Musella
    • Année
      2018
    • Durée
      90 min
    • Pays de production
      Italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom