FELLINI ROMA

ROMA

1h 53min
1972
Story of ROMA
ROMA FELLINI ROMA   Avec Roma, Federico rompt avec toute trame dramatique. Plus encore que dans son Satyricon, son évocation de la Ville Éternelle ne consiste plus qu'en une série de tableaux, dont l'enchaînement échappe à toute logique traditionnelle. D'où des ruptures apparemment déconcertantes qui tranchent en profondeur sur le genre du reportage où les transitions doivent au contraire être particulièrement soignées. Les séquences se succèdent à la manière de visions; ce montage intentionnellement arbitraire signale que Fellini tient cette fois à rendre compte de la réalité comme s'il s'agissait d'un rêve, de son rêve. Du début jusqu'à la fin du film, le personnage de Rome, certes, reste présent. D'abord perçu de Rimini, il n'est cependant que le symbole de la foi catholique et de la gloire fasciste; il appartient à l'enfance du réalisateur, toute nourrie de la caricature qu'on veut brosser de la Ville Eternelle. Mais il échappe à toute description objective. Puis, envisagée à la lumière de l'actualité des années soixante-dix, Rome prend des allures de monstre. L'embouteillage sur l'autoroute, le déferlement de la foule des touristes, le voyage au cœur des entrailles de la capitale sur le chantier du métro, le défilé de mode ecclésiastique, la fête de Noantri dans le quartier du Trastevere, les hippies matraqués par la police ou les motards fonçant dans la nuit illustrent le caractère fantastique et insaisissable de la Ville Eternelle. Comme Anna Magnani qui se refuse à toute interview (ce sera sa dernière apparition à l'écran), Rome semble se dérober et répondre à Fellini : « Nun me fido » - « Je n'ai pas confiance » ( ...) C'est donc bien un rêve que le réalisateur a fait en tournant ce voyage dans le temps. Un rêve sur Rome et sur l'impossibilité de la représenter : « J'ai préparé le film avec l'enthousiasme de toujours, j'ai scruté la ville, je suis allé fouiller dans les recoins les plus secrets, mais finalement ces lieux, cette humanité, ces immeubles, ces décors grandioses que je pensais avoir possédés me sont apparus dans toute leur virginité, intacts. Rome, en somme, est restée immaculée, totalement étrangère à mon film sur elle. » Bertrand Levergeois, Fellini, la Dolce Vita du Maesto - 1994, Ed. de L'Arsenal
    • ROMA

      FELLINI ROMA

       

      Avec Roma, Federico rompt avec toute trame dramatique. Plus encore que dans son Satyricon, son évocation de la Ville Éternelle ne consiste plus qu'en une série de tableaux, dont l'enchaînement échappe à toute logique traditionnelle. D'où des ruptures apparemment déconcertantes qui tranchent en profondeur sur le genre du reportage où les transitions doivent au contraire être particulièrement soignées. Les séquences se succèdent à la manière de visions; ce montage intentionnellement arbitraire signale que Fellini tient cette fois à rendre compte de la réalité comme s'il s'agissait d'un rêve, de son rêve.
      Du début jusqu'à la fin du film, le personnage de Rome, certes, reste présent. D'abord perçu de Rimini, il n'est cependant que le symbole de la foi catholique et de la gloire fasciste; il appartient à l'enfance du réalisateur, toute nourrie de la caricature qu'on veut brosser de la Ville Eternelle. Mais il échappe à toute description objective. Puis, envisagée à la lumière de l'actualité des années soixante-dix, Rome prend des allures de monstre. L'embouteillage sur l'autoroute, le déferlement de la foule des touristes, le voyage au cœur des entrailles de la capitale sur le chantier du métro, le défilé de mode ecclésiastique, la fête de Noantri dans le quartier du Trastevere, les hippies matraqués par la police ou les motards fonçant dans la nuit illustrent le caractère fantastique et insaisissable de la Ville Eternelle. Comme Anna Magnani qui se refuse à toute interview (ce sera sa dernière apparition à l'écran), Rome semble se dérober et répondre à Fellini : « Nun me fido » - « Je n'ai pas confiance » ( ...)
      C'est donc bien un rêve que le réalisateur a fait en tournant ce voyage dans le temps. Un rêve sur Rome et sur l'impossibilité de la représenter : « J'ai préparé le film avec l'enthousiasme de toujours, j'ai scruté la ville, je suis allé fouiller dans les recoins les plus secrets, mais finalement ces lieux, cette humanité, ces immeubles, ces décors grandioses que je pensais avoir possédés me sont apparus dans toute leur virginité, intacts. Rome, en somme, est restée immaculée, totalement étrangère à mon film sur elle. »

      Bertrand Levergeois, Fellini, la Dolce Vita du Maesto - 1994, Ed. de L'Arsenal

    • Scenario
      Bernardino Zapponi, Federico Fellini
    • Image
      Giuseppe Rotunno
    • Montage
      Ruggero Mastroianni
    • Musique
      Nino Rota
    • Producer (s)
      Turi Vasile
    • Productions
      Ultra Film, Les Artsistes Associés
    • Interprètes
      Fedor Chaliapine, Gianluigi Chirizzi, Franco Citti, Dante Cleri, Fiona Florence, Pia De Doses, Rolando De Santis, Maria De Sisti, Peter Gonzales Falcon,
    • Année
      1972
    • Durée
      113 min
    • Pays de production
      Italie, France
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom