VIAGGIO IN ITALIA

VIAGGIO IN ITALIA

VOYAGE EN ITALIE

Roberto Rossellini

0h 1min
2021
Story of VIAGGIO IN ITALIA
VIAGGIO IN ITALIA VOYAGE EN ITALIE Un riche homme d’affaires britannique Alexander Joyce (George Sanders) et sa femme Katherine (Ingrid Bergman) arrivent en Italie en voiture. Ils viennent régler une affaire d’héritage : l’oncle Homer leur a légué une villa dominant la baie de Naples, à Torre del Greco. Après que Burton (Leslie Daniels), l’homme de confiance de l’oncle, leur a fait visiter la maison, ils décident de s’y installer quelques jours en attendant de la vendre. C’est la première fois, depuis huit ans de mariage, qu’ils entreprennent un aussi long voyage en tête-à-tête. Tout au long des cinq journées de ce voyage, leurs rapports se dégradent. Chacun vit de son côté : Alexander se rend à Capri chez des amis où il courtise une jeune femme, Marie (Maria Mauban) ; Katherine visite seule les sites touristiques et les musées, et erre dans les rues de Naples grouillantes de vie, remplies d’amoureux et de femmes enceintes qui lui font ressentir, par contraste, la stérilité de son mariage. Le cinquième jour, la dispute éclate et ils décident de divorcer. C’est à ce moment que Burton leur propose de se rendre dans les ruines de Pompéi. Au cours de la visite, une fouille met à jour un couple uni dans la mort ; Katherine se sent alors mal et se fait raccompagner par Alexander en voiture. En route ils sont arrêtés par une procession religieuse et descendent de voiture. Soudain un miracle se produit : la guérison d’un paralytique. L’enthousiasme de la foule entraîne Katherine dans un raz-de-marée humain. Alexander parvient à la rejoindre ; ils s’avouent leur amour et s’embrassent au milieu du brouhaha.   Ici, nouveauté partout. Forme, fond, jeu, photo, musique. Voyage en Italie est le premier film à prendre pour sujet un sentiment et ses variations. D’où la construction toute musicale de l’oeuvre ordonnée autour des thèmes de la vie et de la mort… Voyage en Italie est le film d’un état d’âme, d’une difficulté d’être (à deux) qui devient finalement, par la force des choses, la dignité d’être, purement et simplement. François Truffaut, Radio-Cinéma, Télévision, mai 1955, in documentation Films sans frontières   Revu d’un oeil froid un quart de siècle après sa réalisation, Voyage en Italie semble ne pas être le chef-d’oeuvre salué par les uns ni l’ignominie piétinée par les autres : ce film, beaucoup moins anti conventionnel qu’on ne le disait, laisse par instants passer un frémissement d’authentique réalisme où le sentiment d’aliénation moderne affleure et où certains silences et regards s’ouvrent sur un vertige que la statue d’un saint, jamais ne pourra masquer. Freddy Buache, Le cinéma italien 1945-1979, Editions L’âge d’homme, 1979
 
    • VIAGGIO IN ITALIA

      VOYAGE EN ITALIE

      Un riche homme d’affaires britannique Alexander Joyce (George Sanders) et sa femme Katherine (Ingrid Bergman) arrivent en Italie en voiture. Ils viennent régler une affaire d’héritage : l’oncle Homer leur a légué une villa dominant la baie de Naples, à Torre del Greco. Après que Burton (Leslie Daniels), l’homme de confiance de l’oncle, leur a fait visiter la maison, ils décident de s’y installer quelques jours en attendant de la vendre. C’est la première fois, depuis huit ans de mariage, qu’ils entreprennent un aussi long voyage en tête-à-tête. Tout au long des cinq journées de ce voyage, leurs rapports se dégradent. Chacun vit de son côté : Alexander se rend à Capri chez des amis où il courtise une jeune femme, Marie (Maria Mauban) ; Katherine visite seule les sites touristiques et les musées, et erre dans les rues de Naples grouillantes de vie, remplies d’amoureux et de femmes enceintes qui lui font ressentir, par contraste, la stérilité de son mariage. Le cinquième jour, la dispute éclate et ils décident de divorcer. C’est à ce moment que Burton leur propose de se rendre dans les ruines de Pompéi. Au cours de la visite, une fouille met à jour un couple uni dans la mort ; Katherine se sent alors mal et se fait raccompagner par Alexander en voiture. En route ils sont arrêtés par une procession religieuse et descendent de voiture. Soudain un miracle se produit : la guérison d’un paralytique. L’enthousiasme de la foule entraîne Katherine dans un raz-de-marée humain. Alexander parvient à la rejoindre ; ils s’avouent leur amour et s’embrassent au milieu du brouhaha.

       

      Ici, nouveauté partout. Forme, fond, jeu, photo, musique. Voyage en Italie est le premier film à prendre pour sujet un sentiment et ses variations. D’où la construction toute musicale de l’oeuvre ordonnée autour des thèmes de la vie et de la mort… Voyage en Italie est le film d’un état d’âme, d’une difficulté d’être (à deux) qui devient finalement, par la force des choses, la dignité d’être, purement et simplement.

      François Truffaut, Radio-Cinéma, Télévision, mai 1955,

      in documentation Films sans frontières

       

      Revu d’un oeil froid un quart de siècle après sa réalisation, Voyage en Italie semble ne pas être le chef-d’oeuvre salué par les uns ni l’ignominie piétinée par les autres : ce film, beaucoup moins anti conventionnel qu’on ne le disait, laisse par instants passer un frémissement d’authentique réalisme où le sentiment d’aliénation moderne affleure et où certains silences et regards s’ouvrent sur un vertige que la statue d’un saint, jamais ne pourra masquer.

      Freddy Buache, Le cinéma italien 1945-1979, Editions L’âge d’homme, 1979

       

    • Réalisation
      Roberto Rossellini
    • Scénario
      Roberto Rossellini, Vitaliano Brancati
    • Image
      Enzo Serafin
    • Montage
      Jolanda Benvenuti
    • Musique
      Renzo Rossellini, chansons populaires napolitaines interprétées par Giacomo Rondinella
    • Producteur (s)
      Roberto Rossellini, Adolfo Fossataro, Alfredo Guarini
    • Productions
      Sveva Film, Junior Film, Italia Film, Ariane Film, Francinex Paris, Société Générale de Cinématographie
    • Distribution France
      Films sans Frontières
    • Interprètes
      Ingrid Bergman, George Sanders, Maria Mauban, Anna Proclemer, Jackie Frost, Leslie Daniels, Paul Muller, Anthony La Penna, Natalia Ray La Penna, Bianca Maria Cerasoli
    • Année
      1954
    • Durée
      1h 18
    • Pays de production
      Italien, France
    • Format
      VOangST
    • Citation
      La façon de tousser d&39;un homme en dit long sur lui - Et il toussait comment ? - Comme un crétin.
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom