I GIORNI CONTATI

LES JOURS COMPTÉS

0h 1min
1962
Story of I GIORNI CONTATI
I GIORNI CONTATI LES JOURS COMPTÉS

Cesare Conversi (Salvo Randone), la cinquantaine, se sent bien seul depuis qu'il est veuf. Un matin comme tous les autres en se rendant à son travail il assiste dans le tram à la mort d’un homme du même âge que lui. Bouleversé par cette scène et obsédé par la vieillesse et l'approche inexorable de la mort, lui qui a travaillé toute sa vie avec abnégation décide de cesser son métier de plombier afin de prendre le temps de vivre. Vêtu de son costume du dimanche il déambule dans Rome et rencontre des gens qui lui apportent peu. Il tente de renouer avec un amour d'antan, envisage de retourner dans son village natal et participe même à une arnaque à l'assurance. Mais il est trop tard pour récupérer le temps perdu. Au bout du compte Cesare retourne avec lucidité à son travail toujours aussi convaincu de l'inutilité de son existence.

 

La construction dramatique du film - comme celle de L’assassino - comporte quatre temps : mort d’un inconnu dans le tram, prise de conscience et libération, reprise du travail, mort du protagoniste dans le tram. Par là, Petri exprime une prise de conscience radicale, libératrice, mais en définitive rendue inutile par les conditions sociales. La similitude des mouvements dramatiques dans les deux films doit être retenue en tant que preuve de l’osmose totale, recherchée et réussie par Petri, entre le contenu et la forme ; l’aspect cyclique du récit est le signe d’un pessimisme qui parcourt toute l’œuvre du cinéaste.

Jean A. Gili, critique cinématographique et historien du cinéma Rétrospective Elio Petri - Villerupt, octobre 2015  

« I giorni contati est un film politique dans la mesure où c’est un film contre le travail. Le ton du film est plus existentialiste que celui de La classe ouvrière va au paradis, il y a une présence permanente de la mort, le sens de la mort, de la maladie, du vieillissement précoce : le destin est là. On nous dit ”Avanti, avanti”. Je sais que je dois venir et mourir. […] On peut dire que I giorni contati comme La classe ouvrière va au paradis affronte le thème de la division du travail dans le monde moderne du point de vue des exclus ; les deux films décrivent la division qui de l’objectivité se projette dans l’exclu. »

Elio Petri
    • I GIORNI CONTATI

      LES JOURS COMPTÉS

      Cesare Conversi (Salvo Randone), la cinquantaine, se sent bien seul depuis qu'il est veuf. Un matin comme tous les autres en se rendant à son travail il assiste dans le tram à la mort d’un homme du même âge que lui. Bouleversé par cette scène et obsédé par la vieillesse et l'approche inexorable de la mort, lui qui a travaillé toute sa vie avec abnégation décide de cesser son métier de plombier afin de prendre le temps de vivre. Vêtu de son costume du dimanche il déambule dans Rome et rencontre des gens qui lui apportent peu. Il tente de renouer avec un amour d'antan, envisage de retourner dans son village natal et participe même à une arnaque à l'assurance. Mais il est trop tard pour récupérer le temps perdu. Au bout du compte Cesare retourne avec lucidité à son travail toujours aussi convaincu de l'inutilité de son existence.

       

      La construction dramatique du film - comme celle de L’assassino - comporte quatre temps : mort d’un inconnu dans le tram, prise de conscience et libération, reprise du travail, mort du protagoniste dans le tram. Par là, Petri exprime une prise de conscience radicale, libératrice, mais en définitive rendue inutile par les conditions sociales. La similitude des mouvements dramatiques dans les deux films doit être retenue en tant que preuve de l’osmose totale, recherchée et réussie par Petri, entre le contenu et la forme ; l’aspect cyclique du récit est le signe d’un pessimisme qui parcourt toute l’œuvre du cinéaste.

      Jean A. Gili, critique cinématographique et historien du cinéma

      Rétrospective Elio Petri - Villerupt, octobre 2015

       

      « I giorni contati est un film politique dans la mesure où c’est un film contre le travail. Le ton du film est plus existentialiste que celui de La classe ouvrière va au paradis, il y a une présence permanente de la mort, le sens de la mort, de la maladie, du vieillissement précoce : le destin est là. On nous dit ”Avanti, avanti”. Je sais que je dois venir et mourir. […] On peut dire que I giorni contati comme La classe ouvrière va au paradis affronte le thème de la division du travail dans le monde moderne du point de vue des exclus ; les deux films décrivent la division qui de l’objectivité se projette dans l’exclu. »

      Elio Petri

    • Réalisation
      Elio Petri
    • Scénario
      Elio Petri, Tonino Guerra, Carlo Romano
    • Image
      Ennio Guarnieri
    • Montage
      Ruggero Mastroianni
    • Musique
      Ivan Vandor
    • Producteur (s)
      Goffredo Lombardo
    • Productions
      Titanus-Metro
    • Distribution France
      Tamasa Distribution
    • Interprètes
      Salvo Randone, Franco Sportelli, Regina Bianchi, Paolo Ferrari, Vittorio Caprioli, Marcella Valeri, Angela Minervini, Renato Maddalena, Alberto Amato, Piero Gucaione, Vittorio Bottone, Lando Buzzanca
    • Année
      1962
    • Durée
      1h 39
    • Pays de production
      Italie
    • Format
      VOST
    • Citation
      J’ai fait comme vous. J’ai arrêté de travailler.
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom