IL TRADITORE

LE TRAÎTRE

Story of IL TRADITORE
IL TRADITORE LE TRAÎTRE Tommaso Buscetta (Pierfrancesco Favino) est un individu singulier, intelligent et charmeur. Un mafieux fidèle à Cosa Nostra, mais aussi à ses principes personnels. À la fin des années 1970, il doit faire face à la montée en puissance des Corléonais de Totò Riina (Nicola Calì) qui bafouent les principes fondamentaux de Cosa Nostra. Ils tuent femmes, enfants, et éliminent tout obstacle leur passage. Buscetta ne s’y reconnaît plus. En 1982, il s’installe à Rio de Janeiro avec sa femme et ses enfants, mais il est arrêté et extradé. Il propose alors un accord à la justice italienne : collaborer à démanteler cette mafia en échange de la protection pour lui et les siens. Il rencontre le juge Falcone (Fausto Russo Alesi) et lui dévoile tous les secrets de l’organisation. Il montre aussi le fossé qui s’est creusé entre «sa» mafia et les Corléonais. S’il y a un traître, c’est Totò Riina.   « C’est un film bien différent de tous mes précédents films, peut-être ressemble-t-il un peu à Buongiorno, notte parce que les personnages sont appelés par leurs vrais noms, mais le regard est plus exposé, vers l’extérieur, les protagonistes sont souvent en public, par exemple dans le grand théâtre du Maxi-procès à Palerme. Même si les personnages sont souvent filmés de très près, j’ai évité ces temps psychologiques, ces névroses et psychoses «bourgeoises» qui étaient souvent la matière première de nombreux films que j’ai réalisés. Le traître est aussi un film de «dénonciation sociale», comme on disait jadis, mais qui évite rhétorique et idéologie. Et j’ai découvert dans ce film, toujours en amateur, le sicilien, une langue merveilleuse qui est souvent écorchée, ridiculisée, caricaturée même par notre cinéma. » Marco Bellocchio, Dossier de presse
    • IL TRADITORE

      LE TRAÎTRE

      Tommaso Buscetta (Pierfrancesco Favino) est un individu singulier, intelligent et charmeur. Un mafieux fidèle à Cosa Nostra, mais aussi à ses principes personnels. À la fin des années 1970, il doit faire face à la montée en puissance des Corléonais de Totò Riina (Nicola Calì) qui bafouent les principes fondamentaux de Cosa Nostra. Ils tuent femmes, enfants, et éliminent tout obstacle leur passage. Buscetta ne s’y reconnaît plus. En 1982, il s’installe à Rio de Janeiro avec sa femme et ses enfants, mais il est arrêté et extradé. Il propose alors un accord à la justice italienne : collaborer à démanteler cette mafia en échange de la protection pour lui et les siens. Il rencontre le juge Falcone (Fausto Russo Alesi) et lui dévoile tous les secrets de l’organisation. Il montre aussi le fossé qui s’est creusé entre «sa» mafia et les Corléonais. S’il y a un traître, c’est Totò Riina.

       

      « C’est un film bien différent de tous mes précédents films, peut-être ressemble-t-il un peu à Buongiorno, notte parce que les personnages sont appelés par leurs vrais noms, mais le regard est plus exposé, vers l’extérieur, les protagonistes sont souvent en public, par exemple dans le grand
      théâtre du Maxi-procès à Palerme. Même si les personnages sont souvent filmés de très près, j’ai évité ces temps psychologiques, ces névroses et psychoses «bourgeoises» qui étaient souvent la matière première de nombreux films que j’ai réalisés. Le traître est aussi un film de «dénonciation sociale», comme on disait jadis, mais qui évite rhétorique et idéologie. Et j’ai découvert dans ce film, toujours en amateur, le sicilien, une langue merveilleuse qui est souvent écorchée, ridiculisée, caricaturée même par notre cinéma. »

      Marco Bellocchio, Dossier de presse

    • Scénario
      Marco Bellocchio, Ludovica Rampoldi, Valia Santella, Francesco Piccolo
    • Image
      Vladan Radovic
    • Montage
      Francesca Calvelli
    • Musique
      Nicola Piovani
    • Producteur (s)
      Beppe Caschetto, Simone Gattoni, Viola Fügen, Michael Weber, Michel Merkt, Alexandra Henochsberg, Fabiano Gullane, Caio Gullane
    • Productions
      IBC Movie, Kavac, Rai Cinema, Ad Vitam, Match Factory Productions, Gullane, Arte France
    • Distribution France
      Ad Vitam
    • Interprètes
      Pierfrancesco Favino, Maria Fernanada Candido, Fabrizio Ferracane, Luigi Lo Cascio, Fausto Russo Alesi, Nicola Calì, Giuseppe Calcagno, Federica Butera, Alessio Praticò, Pier Giorgio Bellocchio, Elia Schilton, Nunzia Lo Presti, Raffaella Lebboroni
    • Année
      2019
    • Durée
      135 min
    • Pays de production
      Italie, France, Allemagne, Brésil –
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom