NON PENSARCI

NON PENSARCI

CIAO STEFANO

Gianni Zanasi

0h 1min
2021
Story of NON PENSARCI
NON PENSARCI CIAO STEFANO

Guitariste dans un groupe de rock punk, Stefano Nardini (Valerio Mastandrea) vit sa bohême à Rome. Il a trente-six ans et dresse le bilan : il y a bien longtemps qu’il ne fait plus les couvertures des magazines, sa fiancée le trompe avec un musicien d'un groupe rival et il n’a plus de lit où dormir ; il lui reste sa guitare et une voiture aux portières bloquées… En somme, le moment est venu de prendre le temps de réfléchir, de chercher un refuge, de retourner à Rimini dans sa famille qu’il n’a pas vue depuis des années. Mais à la maison, tout a changé. Le père, remis d’un infarctus, a lâché les rênes de son entreprise pour se consacrer au golf, la mère assiste à des séminaires de « techniques chamaniques », Michela (Anita Caprioli), la jeune soeur, a lâché la fac pour s’occuper de dauphins dans un parc aquatique et Alberto (Giuseppe Battiston), le frère aîné, a endossé la « terrible » responsabilité de l’entreprise familiale de cerises à l’eau de vie au bord de la faillite… Stefano se retrouve bien malgré lui obligé de s’occuper de tout le monde. Tant et si bien qu’il finira, sans même s’en rendre compte, par s’occuper aussi de lui-même.

   

Le film de Gianni Zanasi, véritable radiographie sociale et politique de l'Italie de Berlusconi, renoue avec les comédies italiennes d'antan. […] Le charme et la profondeur du film viennent de cette fausse allégresse, politesse d'un certain désespoir, avec laquelle le héros retrouve sa famille. Et de la radiographie sociale et politique que reflète ce séjour impromptu. Prêt à masquer son caractère dépressif sous une douce ironie, faisant mine même de montrer l'exemple d'une certaine joie de vivre enfantine pour distraire neveu et nièce, notre homme va se rendre compte que ceux qu'il avait laissés dans son Émilie natale se portent encore plus mal que lui.

Jean-Luc Douin, Le Monde, 29 avril 2008

 

    • NON PENSARCI

      CIAO STEFANO

      Guitariste dans un groupe de rock punk, Stefano Nardini (Valerio Mastandrea) vit sa bohême à Rome. Il a trente-six ans et dresse le bilan : il y a bien longtemps qu’il ne fait plus les couvertures des magazines, sa fiancée le trompe avec un musicien d'un groupe rival et il n’a plus de lit où dormir ; il lui reste sa guitare et une voiture aux portières bloquées… En somme, le moment est venu de prendre le temps de réfléchir, de chercher un refuge, de retourner à Rimini dans sa famille qu’il n’a pas vue depuis des années. Mais à la maison, tout a changé. Le père, remis d’un infarctus, a lâché les rênes de son entreprise pour se consacrer au golf, la mère assiste à des séminaires de « techniques chamaniques », Michela (Anita Caprioli), la jeune soeur, a lâché la fac pour s’occuper de dauphins dans un parc aquatique et Alberto (Giuseppe Battiston), le frère aîné, a endossé la « terrible » responsabilité de l’entreprise familiale de cerises à l’eau de vie au bord de la faillite… Stefano se retrouve bien malgré lui obligé de s’occuper de tout le monde. Tant et si bien qu’il finira, sans même s’en rendre compte, par s’occuper aussi de lui-même.

       

       

      Le film de Gianni Zanasi, véritable radiographie sociale et politique de l'Italie de Berlusconi, renoue avec les comédies italiennes d'antan. […] Le charme et la profondeur du film viennent de cette fausse allégresse, politesse d'un certain désespoir, avec laquelle le héros retrouve sa famille. Et de la radiographie sociale et politique que reflète ce séjour impromptu. Prêt à masquer son caractère dépressif sous une douce ironie, faisant mine même de montrer l'exemple d'une certaine joie de vivre enfantine pour distraire neveu et nièce, notre homme va se rendre compte que ceux qu'il avait laissés dans son Émilie natale se portent encore plus mal que lui.

      Jean-Luc Douin, Le Monde, 29 avril 2008

       

    • Réalisation
      Gianni Zanasi
    • Scénario
      Michele Pellegrini, Gianni Zanasi
    • Image
      Giulio Pietromarchi
    • Montage
      Rita Rognoni
    • Musique
      Atomik Dog, Les Fauves, Merci Miss Monroe
    • Producteur (s)
      Beppe Caschetto, Rita Rognoni
    • Productions
      Pupkin Production, IBC Movie en collaboration avec LA7
    • Distribution France
      Pyramide Films
    • Interprètes
      Valerio Mastandrea, Giuseppe Battiston, Anita Caprioli, Caterina Murino, Paolo Briguglia, Dino Abbrescia, Teco Celio, Gisella Burinato, Luciano Scarpa, Paolo Sassanelli, Natalino Balasso, Raffaella Reboroni, Edoardo Gabbriellini
    • Année
      2007
    • Durée
      1h 45
    • Pays de production
      Italie
    • Citation
      Jouer de la musique c’est ce que tu sais faire de mieux.
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom