LO SCAPOLO

LO SCAPOLO
LE CÉLIBATAIRE

Antonio Pietrangeli

LO SCAPOLO

LE CÉLIBATAIRE

Rome. Paolo Anselmi (Alberto Sordi), grossiste en électro-ménager, est un célibataire impénitent et heureux de l’être. Cela ne l’empêche pas pour autant d’apprécier la compagnie des belles filles et de fantasmer sur des amours imaginaires. Lorsque son ami et partenaire commercial, Armando, se marie il lui laisse l’appartement qu’ils partageaient. Il emménage dans une pension où il fait la connaissance de Gabriella (Sandra Milo), une hôtesse de l’air. La relation entre les deux devient sérieuse, mais quand elle lui confie les projets d’une future vie commune il préfère fuir et Gabriella accepte alors une mutation à Milan. Lors d’une visite à sa famille en province, il se vante auprès d’amis de ses conquêtes, il fait la leçon à Peppino (Nino Manfredi), fiancé à sa sœur depuis quatre ans et qui ne se décide pas à l’épouser, mais il ne s’attarde pas lorsqu’il s’aperçoit que sa mère joue les entremetteuses. Petit à petit la solitude lui pèse, l’heure de la reddition n’est pas loin, le célibataire cherche une femme. Mais chaque fois, à la dernière minute, Paolo se rétracte. Au final il se rend compte que c’est de Carla (Madeleine Fischer), une relation professionnelle avec qui il a eu des échanges orageux, qu’il est amoureux. Il finit par capituler et c’est elle qui le conduit à l’autel.

 

Le style d’Antonio Pietrangeli est tout à fait perceptible par la façon qu’il a de transformer les tourments amoureux de Paolo Anselmi, ce don juan de province, en une satire de mœurs où l’amertume et l’introspection l’emportent sur la comédie. Pris entre le souvenir nostalgique de Gabrielle et le mariage avec la Signorina Carla, Sordi finit par capituler, à l’inverse de ce qu’il a fait dans la vie.

Giorgio Gosetti, Directeur des Journées des auteurs de la Mostra de Venise

Rétrospective Alberto Sordi – Villerupt, octobre 2020

 

« Dès son second film, Antonio Pietrangeli met en avant Alberto Sordi, star du comique et figure type du romain velléitaire, dans Le Célibataire. Il s’agit cette fois d’une solitude masculine : d’abord libertin jouisseur et volontiers misogyne, Paolo se révèle de plus en plus angoissé par un célibat auquel il tente de mettre fin par une quête matrimoniale à la fois grotesque et pathétique. »

Esther Hallé, Cahiers du cinéma, avril 2017

 

Un désopilant tableau des mœurs, ainsi qu’un portrait acidulé d’un séducteur à la petite semaine.

Antonio Pietrangeli

Antonio Pietrangeli (Rome, 1919 – Gaète, 1968) participe au courant néo-réaliste en collaborant à l'écriture de scénarios, notamment avec Visconti et Rossellini, et en réalisant Il sole negli occhi (Du soleil dans les yeux), son premier film en 1953. Par la suite, avec la complicité d'Ettore Scola et de Ruggero Maccari pour les scénarios, il se singularise par des comédies de mœurs, même quand elles prennent un tour plus dramatique.
Filmographie partielle : Lo scapolo (1955, Le Célibataire), Adua e le compagne (1960, Adua et ses compagnes), Fantasmi a Roma (1961, Fantômes à Rome), La parmigiana (1963), Il magnifico cornuto (1964, Le cocu magnifique), Io la conoscevo bene (1965, Je la connaissais bien). 

BANDE ANNONCE

SÉANCES

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Antonio Pietrangeli

Scénario : Antonio Pietrangeli, Alessandro Continenza, Ruggero Maccari, Ettore Scola

Image :  Gianni Di Venanzo

Montage : Eraldo Da Roma

Musique : Angelo Francesco Lavagno

Producteur (s) : Moris Ergas

Productions : Film Costellazione Produzione, Águila Films

Distribution France : Les Films du Camélia

Vente à l’étranger : 

Interprètes : Alberto Sordi, Sandra Milo, Nino Manfredi, Madeleine Fischer, Anna Maria Pancani, Maria Asquerino, Fernando Fernán Gómez, Pina Bottin, Attilio Martella

Année : 1955
Durée : 91 min
Pays de production : Italie, Espagne