5 (CINQUE)

5 (CINQUE)

Francesco Maria Dominedo

1h 39min
2021
Story of 5 (CINQUE)
5 (CINQUE) C’est l’histoire de cinq jeunes garçons – Gianni (Stefano Sammarco), Manolo (Matteo Branciamore), Emiliano (Alessandro Borghi), Fabrizio (Alessandro Tersigni), Luigi (Christian Marazziti) – qui vivent dans une banlieue romaine caractérisée par un taux de criminalité très élevé. Ils commettent leurs premiers méfaits et ils sont incarcérés. C’est pendant leur détention qu’ils deviennent amis. Ils se lient par un pacte de sang qui les accompagne ensuite pendant toute leur la vie à l’extérieur de la prison. Plusieurs années plus tard, ils montent un coup qui doit rapporter gros et qui pourrait leur permettre de changer de vie. Gianni, en particulier, a le besoin urgent de faire soigner sa fille et ça coûte cher. Tout est conçu dans les moindres détails : l’agent financier qui transporte 5 millions d’euros pour le compte d’un réseau criminel est bloqué et dérobé, mais Manolo, bourré de cocaïne, le tue. Ils investissent cet argent dans de la drogue et leur trafic prend des dimensions qui les dépassent. De plus, la mafia russe est à leurs trousses.   « Mon film est un film indépendant en ce sens qu’il n’a pas bénéficié de subventions ministérielles ni d’apports des télévisions. Je ne sais pas comment Walter D’Errico s’est débrouillé pour boucler le budget, modeste certes, mais il tenait vraiment à ce film. […] L’idée de départ, c’était de raconter une histoire d’amitié. On ne l’a pas dit tout de suite aux comédiens à qui on a fait miroiter un film de gangsters, type Romanzo criminale. Mais ce qui m’intéressait vraiment, c’était l’histoire d’amitié entre les personnages, entre autres parce que nous n’avions pas l’intention de faire un film sociologique. Le sujet est de l’un des comédiens, Stefano Sammarco, et très vite on a écrit le scénario avec Paola Bonetti et on a commencé à tourner à Quarticciolo, dans la banlieue est de Rome, où les gens nous ont beaucoup aidés. Je me suis beaucoup inspiré des films de Fernando Di Leo et plus généralement de tous les films policiers italiens des années 70. L’utilisation frénétique du zoom vient de là. Mais plus qu’au genre lui-même, je me suis inspiré de l’époque où l’on essayait de trouver de bonnes idées en peu de temps et sans gros moyens. » Francesco Maria DOMINEDÒ, Propos recueillis par Augusto D’AMANTE, film.35mm.it,   « Un poème en noir qui retrace le délire d’omnipotence de cinq jeunes piégés par l’argent facile, le sexe et l’hédonisme exaspéré » (Il Mattino)
    • 5 (CINQUE)

      C’est l’histoire de cinq jeunes garçons – Gianni (Stefano Sammarco), Manolo (Matteo Branciamore), Emiliano (Alessandro Borghi), Fabrizio (Alessandro Tersigni), Luigi (Christian Marazziti) – qui vivent dans une banlieue romaine caractérisée par un taux de criminalité très élevé. Ils commettent leurs premiers méfaits et ils sont incarcérés. C’est pendant leur détention qu’ils deviennent amis. Ils se lient par un pacte de sang qui les accompagne ensuite pendant toute leur la vie à l’extérieur de la prison. Plusieurs années plus tard, ils montent un coup qui doit rapporter gros et qui pourrait leur permettre de changer de vie. Gianni, en particulier, a le besoin urgent de faire soigner sa fille et ça coûte cher. Tout est conçu dans les moindres détails : l’agent financier qui transporte 5 millions d’euros pour le compte d’un réseau criminel est bloqué et dérobé, mais Manolo, bourré de cocaïne, le tue. Ils investissent cet argent dans de la drogue et leur trafic prend
      des dimensions qui les dépassent. De plus, la mafia russe est à leurs trousses.

       

      « Mon film est un film indépendant en ce sens qu’il n’a pas bénéficié de subventions ministérielles ni d’apports des télévisions. Je ne sais pas comment Walter D’Errico s’est débrouillé pour boucler le budget, modeste certes, mais il tenait vraiment à ce film. […] L’idée de départ, c’était de raconter une histoire d’amitié. On ne l’a pas dit tout de suite aux comédiens à qui on a fait miroiter un film de gangsters, type Romanzo criminale. Mais ce qui m’intéressait vraiment, c’était l’histoire d’amitié entre les personnages, entre autres parce que nous n’avions pas l’intention de faire un film sociologique. Le sujet est de l’un des comédiens, Stefano Sammarco, et très vite on a écrit le scénario avec Paola Bonetti et on a commencé à tourner à Quarticciolo, dans la banlieue est de Rome, où les gens nous ont beaucoup aidés. Je me suis beaucoup inspiré des films de Fernando Di Leo et plus généralement de tous les films policiers italiens des années 70. L’utilisation frénétique du zoom vient de là. Mais plus qu’au genre lui-même, je me suis inspiré de l’époque où l’on essayait de trouver de bonnes idées en peu de temps et sans gros moyens. »

      Francesco Maria DOMINEDÒ,
      Propos recueillis par Augusto D’AMANTE, film.35mm.it,

       

      « Un poème en noir qui retrace le délire d’omnipotence de cinq jeunes piégés par l’argent facile, le sexe et l’hédonisme exaspéré » (Il Mattino)

    • Réalisation
      Francesco Maria Domenedò
    • Scénario
      Francesco Maria Domenedò, Valter D'Errico, Riccardo Papa
    • Image
      Michele D'Attanasio,
    • Montage
      Luigi Meareli
    • Musique
      Louis Siciliano
    • Producteur (s)
      Valter D'Errico, Lorenzo Carvelli
    • Productions
      Vaderrik Film
    • Interprètes
      Massimo Bonetti, Giorgia Wurth, Lidia Vitale, Loredana Solfizi, Emma Nitti, Rolando Ravello, Angelo Orlando,
    • Année
      2011
    • Durée
      99 min
    • Pays de production
      Italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom