BUONI A NULLA

BUONI A NULLA

BONS À RIEN

Gianni Di Gregorio

0h 1min
2021
Story of BUONI A NULLA
BUONI A NULLA BONS À RIEN

Combien d’injustices doit encore subir le pauvre Gianni (Gianni Di Gregorio) ? De ses collègues de bureau qui ne le respectent pas, à son infecte voisine, une râleuse professionnelle qui lui pourrit la vie, jusqu’aux exigences impossibles de son ex-femme, les brimades qu’il vit au quotidien sont infinies. Après un check-up chez son médecin qui lui décèle une tension trop haute, il décide de réagir et ne plus se laisser marcher sur les pieds.

Avec  Marco (Marco Marzocca), un type sympa et trop gentil que tout le monde cherche à exploiter parce qu'il sait travailler, ensemble ils entrent en résistance…

 

Dans son troisième film, Di Gregorio  distille son charme vieillot mais toujours irrésistible - à condition qu’on soit sensible à ?ce type d’anachronisme. Mettant un bémol à son donjuanisme chronique (quoique), il fustige ici avec bonheur ?la vie de bureau sur un mode vintage, bien que quelques indices (téléphone portable, informatique) confirment que l’histoire ?est bien contemporaine. […] Le sujet central de cette farce, et source de gags jubilatoires, c’est la colère, ou plutôt l’affirmation de soi, dont Gianni découvre soudain les vertus. D’où une suite de facéties où il se venge ?des humiliations qu’il tolérait auparavant. La vision ″tatiesque″ du cinéaste sur l’inhumanité du monde de l’entreprise se double donc du sens habituel de la provoc de Di Gregorio, maestro ?de la transgression hédoniste. Ce principe se concrétise avec force à travers un personnage annexe, Marco, collègue gentil et corvéable à merci, auquel Gianni inculque son credo réactif. Si tout n’est pas percutant chez Di Gregorio, et certaines de ses ficelles parfois usées, son cinéma aussi modeste qu’impertinent est un havre de fraîcheur dans un monde confus où le sens ?de l’humour est en perte de vitesse.

Vincent Ostria, lesinrocks.com, 17 février 2015

    • BUONI A NULLA

      BONS À RIEN

      Combien d’injustices doit encore subir le pauvre Gianni (Gianni Di Gregorio) ? De ses collègues de bureau qui ne le respectent pas, à son infecte voisine, une râleuse professionnelle qui lui pourrit la vie, jusqu’aux exigences impossibles de son ex-femme, les brimades qu’il vit au quotidien sont infinies. Après un check-up chez son médecin qui lui décèle une tension trop haute, il décide de réagir et ne plus se laisser marcher sur les pieds.

      Avec  Marco (Marco Marzocca), un type sympa et trop gentil que tout le monde cherche à exploiter parce qu'il sait travailler, ensemble ils entrent en résistance…

       

      Dans son troisième film, Di Gregorio  distille son charme vieillot mais toujours irrésistible - à condition qu’on soit sensible à ?ce type d’anachronisme. Mettant un bémol à son donjuanisme chronique (quoique), il fustige ici avec bonheur ?la vie de bureau sur un mode vintage, bien que quelques indices (téléphone portable, informatique) confirment que l’histoire ?est bien contemporaine. […] Le sujet central de cette farce, et source de gags jubilatoires, c’est la colère, ou plutôt l’affirmation de soi, dont Gianni découvre soudain les vertus. D’où une suite de facéties où il se venge ?des humiliations qu’il tolérait auparavant. La vision ″tatiesque″ du cinéaste sur l’inhumanité du monde de l’entreprise se double donc du sens habituel de la provoc de Di Gregorio, maestro ?de la transgression hédoniste. Ce principe se concrétise avec force à travers un personnage annexe, Marco, collègue gentil et corvéable à merci, auquel Gianni inculque son credo réactif. Si tout n’est pas percutant chez Di Gregorio, et certaines de ses ficelles parfois usées, son cinéma aussi modeste qu’impertinent est un havre de fraîcheur dans un monde confus où le sens ?de l’humour est en perte de vitesse.

      Vincent Ostria, lesinrocks.com, 17 février 2015

    • Réalisation
      Gianni Di Gregorio
    • Scénario
      Gianni Di Gregorio, Pietro Albino Di Pasquale
    • Image
      Gogò Bianchi
    • Montage
      Marco Spoletini
    • Musique
      Enrico Melozzi
    • Producteur (s)
      Angelo Barbagalo
    • Productions
      BiBi Film TV, Rai Cinema, avec la contribution du MiBACT, avec le soutien de Regione Lazio
    • Distribution France
      Bellissima Films
    • Interprètes
      Gianni Di Gregorio, Marco Marzocca, Valentina Lodovini, Daniela Giordano, Gianfelice Imparato, Marco Messeri, Camilla Filippi, Anna Bonaiuto, Giovanna Cau, Ugo Gregoretti
    • Année
      2014
    • Durée
      1h 27
    • Pays de production
      Italie
    • Format
      VOST
    • Citation
      Tu dois apprendre à dire non !
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom