Farinelli

CARMEN

0h 2min
1984
Story of Farinelli
CARMEN

Unique incursion de Rosi dans le spectacle musical vocal avec l'adaptation du célèbre opéra de Bizet, le tragique destin de la belle et sauvage cigarière sévillane séduisant le brigadier Don José puis l'abandonnant pour le torero Escamillo dans cette arène de l'amour à mort. Rosi relève le défi de réaliser un film avec les exigences propres au cinéma tout en respectant l’œuvre originale, un film d’opéra à la fois réaliste et lyrique. Le spectacle scénique est transposé dans les décors naturels et lumineux d'Andalousie. Pour les comédiens, les rôles principaux sont attribués à de grands interprètes de l'art lyrique : la mezzo-soprano et danseuse Julia Migenes-Johnson, le ténor Placido Domingo, le baryton Ruggero Raimondi ; la direction d'orchestre est confiée à Lorin Maazel et la chorégraphie est réglée par Antonio Gades.

 

« C'est un opéra libre dans la conception de son auteur, qui saute de l'opérette à la tragédie avec une désinvolture géniale. Il y a, à l'origine, de la comédie musicale dans Carmen, avec des dialogues et non des récitatifs. Et je suis revenu à la version première de Bizet et non au traitement ultérieur de Guiraud. Je l'ai traité comme un "musical"plutôt que comme un opéra. Cela avec tout le respect que j'ai pour Bizet, sans me livrer à des modifications ou des interpolations. J'ai voulu simplement interpréter Carmen selon ma sensibilité émotionnelle et visuelle. La nouveauté – si nouveauté il y a – vient donc de ma conception personnelle et aussi de mon désir de suivre certaines suggestions de l'auteur lui-même. Car l'auteur n'emploie pas seulement le langage de la parole, de la musique, du chant, mais aussi celui de la danse. Il avait compris en effet que pour les Andalous et les Gitans les gestes et la danse sont des moyens d'expression privilégiés. »

Francesco Rosi, entretien avec Michel Ciment, Le dossier Rosi,Paris, Ramsay, 1987

 

« L'enracinement social des personnages, la confrontation des classes ne pouvaient que concerner Rosi. Face à des personnages bien dans leurs peaux parce que leur conduite correspond à leurs aspirations tels l'aristocrate Escamillo, Carmen la prolétaire et Micaëla la paysanne, s'oppose un Don José engoncé dans son uniforme, signe pour lui de promotion sociale mais pour nous de son déracinement. »

Michel Ciment, ibid.

    • CARMEN

      Unique incursion de Rosi dans le spectacle musical vocal avec l'adaptation du célèbre opéra de Bizet, le tragique destin de la belle et sauvage cigarière sévillane séduisant le brigadier Don José puis l'abandonnant pour le torero Escamillo dans cette arène de l'amour à mort. Rosi relève le défi de réaliser un film avec les exigences propres au cinéma tout en respectant l’œuvre originale, un film d’opéra à la fois réaliste et lyrique. Le spectacle scénique est transposé dans les décors naturels et lumineux d'Andalousie. Pour les comédiens, les rôles principaux sont attribués à de grands interprètes de l'art lyrique : la mezzo-soprano et danseuse Julia Migenes-Johnson, le ténor Placido Domingo, le baryton Ruggero Raimondi ; la direction d'orchestre est confiée à Lorin Maazel et la chorégraphie est réglée par Antonio Gades.

       

      « C'est un opéra libre dans la conception de son auteur, qui saute de l'opérette à la tragédie avec une désinvolture géniale. Il y a, à l'origine, de la comédie musicale dans Carmen, avec des dialogues et non des récitatifs. Et je suis revenu à la version première de Bizet et non au traitement ultérieur de Guiraud. Je l'ai traité comme un "musical"plutôt que comme un opéra. Cela avec tout le respect que j'ai pour Bizet, sans me livrer à des modifications ou des interpolations. J'ai voulu simplement interpréter Carmen selon ma sensibilité émotionnelle et visuelle. La nouveauté – si nouveauté il y a – vient donc de ma conception personnelle et aussi de mon désir de suivre certaines suggestions de l'auteur lui-même. Car l'auteur n'emploie pas seulement le langage de la parole, de la musique, du chant, mais aussi celui de la danse. Il avait compris en effet que pour les Andalous et les Gitans les gestes et la danse sont des moyens d'expression privilégiés. »

      Francesco Rosi, entretien avec Michel Ciment, Le dossier Rosi,Paris, Ramsay, 1987

       

      « L'enracinement social des personnages, la confrontation des classes ne pouvaient que concerner Rosi. Face à des personnages bien dans leurs peaux parce que leur conduite correspond à leurs aspirations tels l'aristocrate Escamillo, Carmen la prolétaire et Micaëla la paysanne, s'oppose un Don José engoncé dans son uniforme, signe pour lui de promotion sociale mais pour nous de son déracinement. »

      Michel Ciment, ibid.

    • Réalisation
      Francesco Rosi
    • Scénario
      Francesco Rosi, Tonino Guerra, adaptation de l'opéra de Georges Bizet, livret de Meilhac et Halévy, d'après la nouvelle éponyme de Prosper Mérimée
    • Image
      Pasqualino De Santis
    • Montage
      Ruggero Mastroianni, Colette Semprun
    • Musique
      Orchestre national de France et Chœurs et Maîtrise de Radio-France dirigés par Lorin Maazel
    • Producteur (s)
      Patrice Ledoux, Alain Poiré, Renzo Rossellini
    • Productions
      Gaumont International, Productions Marcel Dassault, Opera Film Produzione
    • Distribution France
      Gaumont
    • Interprètes
      Julia Migenes-Johnson, Placido Domingo, Ruggero Raimondi, Faith Esham, Jean-Philippe Lafont, Gérard Garino, François Le Roux, Susan Daniel, Lilian Watson, John-Paul Bogart, Julien Guiomar
    • Année
      1984
    • Durée
      2h 32
    • Pays de production
      Italie, France
    • Format
      VOST
    • Citation
      L’amour est enfant de bohème…
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom