DOGMAN

DOGMAN

0h 2min
2021
Story of DOGMAN
DOGMAN

Marcello (Marcello Fonte), c’est le Dogman, un bon gars un peu simplet, divorcé, avec une fille, qui est toiletteur pour chiens dans cette banlieue où il ne fait vraiment pas bon vivre. Les bâtiments délabrés encerclent une petite place semi-déserte. Les habitants y sont très durs ; cela ressemble cruellement à une prison à ciel ouvert. Dans ce milieu glauque et oppressant Marcello vit d’expédients. Physiquement et moralement, Marcello est un faible qui redoute surtout la violence. C’est ainsi que Simone (Edoardo Pesce), la terreur du quartier qui ne s’exprime qu’avec ses poings, fait de lui ce qu’il veut. Marcello se rend donc, malgré lui, complice d’un de ses mauvais coups et il est condamné à un an de prison parce qu’il est bien incapable de le dénoncer. Lors de sa sortie, Marcello n’est plus si candide et poussé à bout par Simone, il se rebelle.

 

« Dogman est un film qui, même au travers d’une histoire "extrême", nous place devant quelque chose qui nous concerne tous : les conséquences des choix que nous faisons quotidiennement pour survivre, des "oui" que nous disons et qui nous mènent à ne plus pouvoir dire "non", de l’écart entre ce que nous sommes et ce que nous pensons être. Dans cette profonde interrogation sur nous-mêmes, dans ce questionnement sur un homme qui a perdu son innocence, je crois que ce film est universel, "éthique" et non moralisateur : c’est aussi pour cela que je tiens beaucoup à souligner la distance avec le fait divers qui l’a librement inspiré. Tout a été transfiguré, à commencer par les lieux, les personnages, leurs psychologies. »

Matteo Garrone, Dossier de presse

 

Matteo Garrone (1968) est un réalisateur italien connu et reconnu internationalement à partir de 2008 pour son adaptation cinématographique du livre Gomorra de Saviano. Il signe ici son neuvième long-métrage qui a reçu de nombreux Nastri d’argento et le prix d’interprétation masculine pour Marcello Fonte au dernier Festival de Cannes.

    • DOGMAN

      Marcello (Marcello Fonte), c’est le Dogman, un bon gars un peu simplet, divorcé, avec une fille, qui est toiletteur pour chiens dans cette banlieue où il ne fait vraiment pas bon vivre. Les bâtiments délabrés encerclent une petite place semi-déserte. Les habitants y sont très durs ; cela ressemble cruellement à une prison à ciel ouvert. Dans ce milieu glauque et oppressant Marcello vit d’expédients. Physiquement et moralement, Marcello est un faible qui redoute surtout la violence. C’est ainsi que Simone (Edoardo Pesce), la terreur du quartier qui ne s’exprime qu’avec ses poings, fait de lui ce qu’il veut. Marcello se rend donc, malgré lui, complice d’un de ses mauvais coups et il est condamné à un an de prison parce qu’il est bien incapable de le dénoncer. Lors de sa sortie, Marcello n’est plus si candide et poussé à bout par Simone, il se rebelle.

       

      « Dogman est un film qui, même au travers d’une histoire "extrême", nous place devant quelque chose qui nous concerne tous : les conséquences des choix que nous faisons quotidiennement pour survivre, des "oui" que nous disons et qui nous mènent à ne plus pouvoir dire "non", de l’écart entre ce que nous sommes et ce que nous pensons être. Dans cette profonde interrogation sur nous-mêmes, dans ce questionnement sur un homme qui a perdu son innocence, je crois que ce film est universel, "éthique" et non moralisateur : c’est aussi pour cela que je tiens beaucoup à souligner la distance avec le fait divers qui l’a librement inspiré. Tout a été transfiguré, à commencer par les lieux, les personnages, leurs psychologies. »

      Matteo Garrone, Dossier de presse

       

      Matteo Garrone (1968) est un réalisateur italien connu et reconnu internationalement à partir de 2008 pour son adaptation cinématographique du livre Gomorra de Saviano. Il signe ici son neuvième long-métrage qui a reçu de nombreux Nastri d’argento et le prix d’interprétation masculine pour Marcello Fonte au dernier Festival de Cannes.

    • Réalisation
      Matteo Garrone
    • Scenario
      Ugo Chiti, Massimo Gaudioso, Matteo Garrone
    • Image
      Nicolaï Brüel
    • Montage
      Marco Spoletini
    • Musique
      Michele Braga
    • Producer (s)
      Paolo Del Brocco, Matteo Garrone, Jean Labadie, Jérémy Thomas
    • Productions
      Archimede, Le Pacte, Rai Cinema, avec le soutien d’Eurimages, Regione Lazio, Regione Campania
    • Distribution France
      Le Pacte
    • Interprètes
      Marcello Fonte, Edoardo Pesce, Nunzia Schiano, Adamo Dionisi, Francesco Acquaroli, Alida Baldari Calabria, Gianluca Gobbi, Laura Pizzirani, Aniello Arena
    • Année
      2018
    • Durée
      2h 00
    • Pays de production
      Italie, France
    • Format
      VOSTF
    • Citation
      '- Mais moi j‘ai tout à perdre, j’ai une fille.
      - Oh, je suis ton ami ou pas ? Alors tu fermes ta boutique et tu me passes ta clef !
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom