DUE SOLDI DI SPERANZA

DUE SOLDI DI SPERANZA

DEUX SOUS D'ESPOIR

Renato Castellani

0h 1min
2021
Story of DUE SOLDI DI SPERANZA
DUE SOLDI DI SPERANZA DEUX SOUS D'ESPOIR Son service militaire terminé, Antonio Catalano rentre chez lui dans un petit village sur les pentes du Vésuve. Antonio, un gentil garçon aime sa famille, une famille nombreuse et pauvre ; le travail manque. Carmela, la fille du pyrotechnicien, est follement éprise d'Antonio et elle réussit peu à peu à le rendre amoureux. Mais pas question de mariage pour les deux jeunes gens sans le sou. Antonio est bien décidé à gagner sa vie. Il refuse toute aide financière et se démultiplie pour faire des petits boulots. Il assiste le sacristain dans ses tâches quotidiennes ou bien il transporte l'unique copie du film de la salle de cinéma à celle du village voisin mais, chaque fois, des circonstances malheureuses lui font perdre son emploi.

Exaspérée par l'attente, Carmela demande à Antonio de ''porter atteinte à son honneur" en fuyant avec elle. Carmela est chassée du foyer familial et à ce moment là il ne reste plus à Antonio qu'à l'épouser, malgré les difficultés et la misère. Les habitants du village feront tout leur possible pour offrir au couple l'indispensable à vivre.

   

Parmi les films de Castellani il faut en distinguer trois qui composent une sorte de trilogie et qui constituent sa participation originale au néo-réalisme italien : Sotto il sole di Roma (1948, Sous le soleil de Rome), È primavera (Printemps, 1949) et Due soldi di speranza (1952, Deux sous d'espoir). À travers ces œuvres il est évident que Castellani n 'a pas été insensible au grand courant de chaleur humaine qui était en train de transformer le cinéma italien et que l'esthétisme froid et élégant de ses premiers films était balayé par une prise de conscience sociale ainsi que par une grande soif d'observation directe et réaliste.

Mais son réalisme, qui s'exprime par une évidence prédilection pour les acteurs non professionnels et pour les décors naturels garde quand même son originalité. Se tenant à l'écart de cette espèce de révision déchirante qu'accomplissaient en ces années les cinéastes, Castellani, poète d'une espèce de néo optimiste, chante toute sa confiance en la bonté intrinsèque de l'homme et sa sympathie pour les amours jeunes et fraîches. Loin de poursuivre l'enquête profonde et angoissante de certains de ses contemporains, Castellani se contente d'observer la réalité d'un œil plutôt frivole, et sa critique - si critique il y a- reste toujours dans les limites d'une ironie facile et, en quelque sorte, détachée.

    • DUE SOLDI DI SPERANZA

      DEUX SOUS D'ESPOIR

      Son service militaire terminé, Antonio Catalano rentre chez lui dans un petit village sur les pentes du Vésuve. Antonio, un gentil garçon aime sa famille, une famille nombreuse et pauvre ; le travail manque. Carmela, la fille du pyrotechnicien, est follement éprise d'Antonio et elle réussit peu à peu à le rendre amoureux. Mais pas question de mariage pour les deux jeunes gens sans le sou. Antonio est bien décidé à gagner sa vie. Il refuse toute aide financière et se démultiplie pour faire des petits boulots. Il assiste le sacristain dans ses tâches quotidiennes ou bien il transporte l'unique copie du film de la salle de cinéma à celle du village voisin mais, chaque fois, des circonstances malheureuses lui font perdre son emploi.
      Exaspérée par l'attente, Carmela demande à Antonio de ''porter atteinte à son honneur" en fuyant avec elle. Carmela est chassée du foyer familial et à ce moment là il ne reste plus à Antonio qu'à l'épouser, malgré les difficultés et la misère. Les habitants du village feront tout leur possible pour offrir au couple l'indispensable à vivre.

      Parmi les films de Castellani il faut en distinguer trois qui composent une sorte de trilogie et qui constituent sa participation originale au néo-réalisme italien : Sotto il sole di Roma (1948, Sous le soleil de Rome), È primavera (Printemps, 1949) et Due soldi di speranza (1952, Deux sous d'espoir). À travers ces œuvres il est évident que Castellani n 'a pas été insensible au grand courant de chaleur humaine qui était en train de transformer le cinéma italien et que l'esthétisme froid et élégant de ses premiers films était balayé par une prise de conscience sociale ainsi que par une grande soif d'observation directe et réaliste.
      Mais son réalisme, qui s'exprime par une évidence prédilection pour les acteurs non professionnels et pour les décors naturels garde quand même son originalité. Se tenant à l'écart de cette espèce de révision déchirante qu'accomplissaient en ces années les cinéastes, Castellani, poète d'une espèce de néo­optimiste, chante toute sa confiance en la bonté intrinsèque de l'homme et sa sympathie pour les amours jeunes et fraîches. Loin de poursuivre l'enquête profonde et angoissante de certains de ses contemporains, Castellani se contente d'observer la réalité d'un œil plutôt frivole, et sa critique - si critique il y a- reste toujours dans les limites d'une ironie facile et, en quelque sorte, détachée.

    • Réalisation
      Renato Castellani
    • Scénario
      Renato Castellani, Titina De Filippo, d'après Ettore M. Margadonna
    • Image
      Arturo Gallea
    • Montage
      Jolanda Benvenuti
    • Musique
      Alessandro Cicognini
    • Producteur (s)
      Sandro Ghenzi, Antonio Roi
    • Productions
      Universalcine
    • Interprètes
      Maria Fiore, Vincenzo Musolino, Luigi Astarita, Luigi Barone, Carmela Cirillo, Felicia Lettieri, Gina Mascetti
    • Année
      1951
    • Durée
      1h 35
    • Pays de production
      Italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom