ECCE BOMBO

ECCE BOMBO

0h 1min
1978
Story of ECCE BOMBO
ECCE BOMBO

Michele est encore étudiant, il vit à Rome chez ses parents avec lesquels il a des relations conflictuelles. Il a une copine, Silvia, qui travaille dans le cinéma et avec laquelle il a des discussions enflammées sur le cinéma italien. Il ne veut pas qu’elle connaisse ses amis, non par jalousie mais parce qu’il n’aime pas que les gens qu’il aime se rencontrent. Avec ses amis, il passe son temps aux terrasses des cafés à se demander ce qu’ils pourraient bien faire pour passer le temps. Pour sortir de ce désœuvrement, ils décident de se livrer à des séances d’auto-conscience où ils expriment leur mal-être et leurs frustrations. Finalement, un soir ils décident d’aller à Ostie, sur la plage et d’attendre l’aube pour voir le soleil surgir de la mer comme dans un chromo révolutionnaire prometteur d’un avenir radieux. Las, le soleil s’obstine à se lever à l’est, dans leur dos et ils ne le voient pas…

 

« Étrangement, bien que pauvre, autarcique et dénué de toute exhibition spectaculaire, ce film a toute la légèreté d’un film international, français en particulier, qui nous a rappelé avec joie cet internationalisme que notre cinéma ignore et qui appartient à Godard, Truffaut, Tati ainsi qu’au grand Buñuel. Comme tous les films de Buñuel, Ecce Bombo réussit une chose simplissime autant que délicate, qui était jusqu’à présent l’apanage du seul maître espagnol : le clin d’œil au spectateur. Il ne raconte pas une histoire à laquelle le spectateur doit nécessairement croire, il ne demande pas une identification de masse, mais le divertissement, comme s’il disait : ayez présent à l’esprit qu’après tout on est juste en train de faire un film, rien de plus. Un autre aspect international réside dans le fait que bien que parlé avec l’accent romain et situé dans des quartiers périphériques de Rome, pour la toute première fois il n’y a aucun des traits de ce folklore provincial qui sert de toile de fond à tant de films tournés à Rome ou en Italie. Le marché américain ne sera pas le déversoir des mozzarelles, des spaghetti, des Sophia Loren ou autres Vésuve, qui sont les éternelles cartes postales obligatoires de notre pays. Dans ce sens, les personnages du film ne sont pas spécialement italiens. Ce sont des individus jeunes, déboussolés et crétinisés (en premier lieu dans le langage) par cet air soixante-huitard qui n’a pas marqué le début de quelque chose, mais certainement une fin. La fin de la logique associative, de la fonction de l’éducation, de la culture humaniste (pour ne pas dire traditionnelle, donc scolaire, justement), de la convention pères-fils, de la convention famille, État, religion, politique, idéologie. »

Goffredo Parise, Corriere della Sera, 15 avril 1978

    • ECCE BOMBO

      Michele est encore étudiant, il vit à Rome chez ses parents avec lesquels il a des relations conflictuelles. Il a une copine, Silvia, qui travaille dans le cinéma et avec laquelle il a des discussions enflammées sur le cinéma italien. Il ne veut pas qu’elle connaisse ses amis, non par jalousie mais parce qu’il n’aime pas que les gens qu’il aime se rencontrent. Avec ses amis, il passe son temps aux terrasses des cafés à se demander ce qu’ils pourraient bien faire pour passer le temps. Pour sortir de ce désœuvrement, ils décident de se livrer à des séances d’auto-conscience où ils expriment leur mal-être et leurs frustrations. Finalement, un soir ils décident d’aller à Ostie, sur la plage et d’attendre l’aube pour voir le soleil surgir de la mer comme dans un chromo révolutionnaire prometteur d’un avenir radieux. Las, le soleil s’obstine à se lever à l’est, dans leur dos et ils ne le voient pas…

       

      « Étrangement, bien que pauvre, autarcique et dénué de toute exhibition spectaculaire, ce film a toute la légèreté d’un film international, français en particulier, qui nous a rappelé avec joie cet internationalisme que notre cinéma ignore et qui appartient à Godard, Truffaut, Tati ainsi qu’au grand Buñuel. Comme tous les films de Buñuel, Ecce Bombo réussit une chose simplissime autant que délicate, qui était jusqu’à présent l’apanage du seul maître espagnol : le clin d’œil au spectateur. Il ne raconte pas une histoire à laquelle le spectateur doit nécessairement croire, il ne demande pas une identification de masse, mais le divertissement, comme s’il disait : ayez présent à l’esprit qu’après tout on est juste en train de faire un film, rien de plus. Un autre aspect international réside dans le fait que bien que parlé avec l’accent romain et situé dans des quartiers périphériques de Rome, pour la toute première fois il n’y a aucun des traits de ce folklore provincial qui sert de toile de fond à tant de films tournés à Rome ou en Italie. Le marché américain ne sera pas le déversoir des mozzarelles, des spaghetti, des Sophia Loren ou autres Vésuve, qui sont les éternelles cartes postales obligatoires de notre pays. Dans ce sens, les personnages du film ne sont pas spécialement italiens. Ce sont des individus jeunes, déboussolés et crétinisés (en premier lieu dans le langage) par cet air soixante-huitard qui n’a pas marqué le début de quelque chose, mais certainement une fin. La fin de la logique associative, de la fonction de l’éducation, de la culture humaniste (pour ne pas dire traditionnelle, donc scolaire, justement), de la convention pères-fils, de la convention famille, État, religion, politique, idéologie. »

      Goffredo Parise, Corriere della Sera, 15 avril 1978

    • Réalisation
      Nanni Moretti
    • Scenario
      Nanni Moretti
    • Image
      Giuseppe Pinori
    • Montage
      Enzo Meniconi
    • Musique
      Franco Piersanti
    • Producer (s)
      Mario Gallo, Enzo Giulioli
    • Productions
      Filmalpha, Ministero del Turismo e dello Spettacolo, Alphabetafilm
    • Distribution France
      Le Pacte
    • Interprètes
      Nanni Moretti, Luisa Rossi, Lina Sastri, Piero Galletti, Susanna Javicoli, Cristina Manni, Lorenza Ralli, Maurizio Romoli, Carola Stagnaro, Fabio Traversa, Giorgio Viterbo, Paolo Zaccagnini, Sandro Conte, Maurizio Di Taddeo, Mauro Fabretti, Simona Frosi, Giampiero Mughini, Vincenzo Vitobello, Glauco Mauri
    • Année
      1978
    • Durée
      1h 43
    • Pays de production
      Italie
    • Citation
      On me remarquera davantage si je viens et que je reste à l’écart ou si je ne viens pas ?
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom