GIANNI E LE DONNE
GIANNI ET LES FEMMES

GIANNI E LE DONNE

Gianni Di Gregorio

0h 1min
2021
Story of GIANNI E LE DONNE
GIANNI E LE DONNE GIANNI ET LES FEMMES Gianni (Gianni Di Gregorio), la soixantaine éclatante, fait preuve d’un dévouement exceptionnel : il est au service de son épouse (Elisabetta Piccolomini), femme active débordée, de sa fille adorée (Aylin Prandi), du fiancé de sa fille qui a élu domicile chez lui, et surtout de sa vieille mère, noble déchue qui s’obstine à vivre au-dessus de ses moyens. Un jour, son ami Alfonso lui ouvre les yeux : tous les hommes de sa génération, malgré leurs airs respectables, ont une maîtresse. Gianni tente alors de changer les choses… Il y a Gabriella (Gabriella Sborgi), l’inaccessible, désirée de longue date, Valeria (Valeria Cavalli), son merveilleux premier amour, la sublime Kristina (Kristina Cepraga), aide à domicile de sa mère, et l’infinité des femmes qui peuplent le monde… Gianni, tel un vieux moteur qui se remet en marche, fait du boucan, de la fumée, mais peine à passer la seconde.   La première qualité de cette comédie est de rappeler qu'en Italie, il y a une autre manière d'aimer les femmes que celle de Silvio Berlusconi, qui était en plein "Rubygate" lorsqu'elle est sortie dans son pays d'origine. Tout en se moquant de ses concitoyens (et de lui-même), de ces mâles qui se teignent les cheveux ou filent voir une prostituée à Vespa, Gianni Di Gregorio pose un regard attendri sur la culture de son pays, sur ces vieux beaux qui refusent le passage du temps, ne se résignent pas à ne plus être regardés par les femmes, à être devenus transparents. Le film critique un certain machisme mais rappelle aussi ce qui unit chacun de ces pathétiques messieurs à leurs mères, ces mammas possessives, fussent-elles comme ici portées à les sadiser. Gianni courtise donc Cristina, la bonne de sa mère, l'inaccessible cantatrice Gabriella, son premier amour Valeria, ainsi que la voisine, dont il pourrait être le grand-père. Ses aventures mort-nées sont déclinées "à l'italienne", entre humour et cruauté. Gianni et les femmes accomplit une performance relativement rare : que le second épisode d'un film à succès soit à la hauteur du précédent. En effet, il s'agit de la suite du Déjeuner du 15 août, qui révéla en 2008 Gianni Di Gregorio. (...) La recette de ce deuxième opus est la même que celle du premier, qui était tourné dans le propre appartement du cinéaste : entre l'autofiction et l'autodérision, avec des comédiens amateurs pour la plupart, avec Gianni Di Gregorio lui-même dans le rôle-titre, et dans la tradition des Alberto Sordi, Ugo Tognazzi. "Gianni est devenu une sorte de masque, dit-il, c'est moi un peu transfiguré. Il a ma nature timide, soumise. Je me considère comme un homme quelconque, normal, et j'espère rendre quelque chose d'universel." Gianni, c'est lui ; pour les autres, qui se reconnaîtra ? Jean-Luc Douin, Le Monde, 1er juin 2011
    • GIANNI E LE DONNE

      GIANNI ET LES FEMMES

      Gianni (Gianni Di Gregorio), la soixantaine éclatante, fait preuve d’un dévouement exceptionnel : il est au service de son épouse (Elisabetta Piccolomini), femme active débordée, de sa fille adorée (Aylin Prandi), du fiancé de sa fille qui a élu domicile chez lui, et surtout de sa vieille mère, noble déchue qui s’obstine à vivre au-dessus de ses moyens. Un jour, son ami Alfonso lui ouvre les yeux : tous les hommes de sa génération, malgré leurs airs respectables, ont une maîtresse. Gianni tente alors de changer les choses…

      Il y a Gabriella (Gabriella Sborgi), l’inaccessible, désirée de longue date, Valeria (Valeria Cavalli), son merveilleux premier amour, la sublime Kristina (Kristina Cepraga), aide à domicile de sa mère, et l’infinité des femmes qui peuplent le monde… Gianni, tel un vieux moteur qui se remet en marche, fait du boucan, de la fumée, mais peine à passer la seconde.

       

      La première qualité de cette comédie est de rappeler qu'en Italie, il y a une autre manière d'aimer les femmes que celle de Silvio Berlusconi, qui était en plein "Rubygate" lorsqu'elle est sortie dans son pays d'origine. Tout en se moquant de ses concitoyens (et de lui-même), de ces mâles qui se teignent les cheveux ou filent voir une prostituée à Vespa, Gianni Di Gregorio pose un regard attendri sur la culture de son pays, sur ces vieux beaux qui refusent le passage du temps, ne se résignent pas à ne plus être regardés par les femmes, à être devenus transparents.

      Le film critique un certain machisme mais rappelle aussi ce qui unit chacun de ces pathétiques messieurs à leurs mères, ces mammas possessives, fussent-elles comme ici portées à les sadiser. Gianni courtise donc Cristina, la bonne de sa mère, l'inaccessible cantatrice Gabriella, son premier amour Valeria, ainsi que la voisine, dont il pourrait être le grand-père. Ses aventures mort-nées sont déclinées "à l'italienne", entre humour et cruauté. Gianni et les femmes accomplit une performance relativement rare : que le second épisode d'un film à succès soit à la hauteur du précédent. En effet, il s'agit de la suite du Déjeuner du 15 août, qui révéla en 2008 Gianni Di Gregorio. (...)

      La recette de ce deuxième opus est la même que celle du premier, qui était tourné dans le propre appartement du cinéaste : entre l'autofiction et l'autodérision, avec des comédiens amateurs pour la plupart, avec Gianni Di Gregorio lui-même dans le rôle-titre, et dans la tradition des Alberto Sordi, Ugo Tognazzi. "Gianni est devenu une sorte de masque, dit-il, c'est moi un peu transfiguré. Il a ma nature timide, soumise. Je me considère comme un homme quelconque, normal, et j'espère rendre quelque chose d'universel." Gianni, c'est lui ; pour les autres, qui se reconnaîtra ?

      Jean-Luc Douin, Le Monde, 1er juin 2011

    • Réalisation
      Gianni Di Gregorio
    • Scenario
      Gianni Di Gregorio, Valerio Attanasio
    • Image
      Gogò Bianchi
    • Montage
      Marco Spoletini
    • Musique
      Stefano Ratchev, Mattia Carratello
    • Producer (s)
      Angelo Barbagallo
    • Productions
      Bibi Film Tv, Rai Cinema, Isaria Productions
    • Distribution France
      Pyramide distribution
    • Interprètes
      Gianni Di Gregorio, Valeria Bendoni, Alfonso Santagata, Aylin Prandi, Elisabetta Piccolomini, Valeria Cavalli, Kristina Cepraga, Lilia Sborgi, Michelangelo Ciminale, Teresa Di Gregorio
    • Année
      2011
    • Durée
      1h30
    • Pays de production
      Italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom