LA MAFIA FAIT LA LOI

IL GIORNO DELLA CIVETTA

0h 1min
1967
Story of IL GIORNO DELLA CIVETTA
IL GIORNO DELLA CIVETTA LA MAFIA FAIT LA LOI Sicile, années 60. Nicola Colasberna, un petit entrepreneur est assassiné sur une route de campagne, non loin d'une ferme isolée où habite la famille Nicolosi. Les carabiniers commencent leur enquête sous la conduite du capitaine Bellodi. Mais Bellodi vient de Parme, il est en Sicile depuis peu et il a du mal à comprendre les choses et les gens. Le lendemain, Rosa Nicolosi vient dénoncer la disparition de son mari. Adroitement, Bellodi la fait parler du matin du meurtre. Rosa est réticente mais elle donne tout de même au capitaine le nom de Zecchinetta, présent au moment du crime. Bellodi s'empresse de l'arrêter mettant en émoi tous les notables locaux. La réaction de Don Mariano, le chef local de la mafia ne se fait pas attendre. Il fait courir le bruit d'une liaison entre Rosa et Colasberna, justifiant un crime d'honneur de la part du mari trompé. Mais un informateur fait savoir à Bellodi que l'arme du crime se trouve justement chez Don Mariano. Les carabiniers perquisitionnent, trouvent le fusil et Don Mariano finit derrière les barreaux. Bellodi est l'objet de pressions politiques de plus en plus fortes pour qu'il suive la piste du crime passionnel. 11 pense donc qu'il faut au plus vite qu'il retrouve le mari de Rosa pour confirmer son hypothèse. On l'informe discrètement qu'un cadavre est caché sous la chaussée d'une route en construction. Bellodi pense qu'il s'agit Nicolosi, mais c'est son informateur qui est exhumé. Son accusation tombe et il est contraint de remettre en liberté les mafieux triomphants.   Bellodi campe dans ce film un personnage d'enquêteur qui rompt avec la tradition du récit anglais, où le détective finit par s'imposer par ses capacités d'investigation, d'induction et de déduction, et par résoudre l'énigme qui se pose à lui. Sa qualité de septentrional fait aussi qu 'il rompt avec une tradition italienne, laquelle confiait volontiers le rôle du policier à un méridional. Mais ce qui fait surtout l'originalité de ce policier, c 'est qu 'il se donne pour objectif non pas de découvrir un meurtrier— qui ne saurait être qu 'un comparse —, mais de démasquer un système, d'en révéler les accointances, les rouages internes, les fonctionnements subtils et pernicieux. Bruno Toppan, 22... les carabiniers !, Université Nancy 2, octobre 1999   "Sciasda a été extrêmement important pour moi. Je suis né près de Pordenone, ce n 'est donc certainement pas la géographie qui aurait pu m'amener à faire des films en Sicile. C'est Sciasda qui a suscité en moi cet intérêt et qui a permis à l'Austro-hongrois que je suis de rencontrer un Sicilien. Et ce n 'est pas étonnant : ce sont les différences qui permettent la connaissance réciproque. Voilà donc qu 'un beau jour un écrivain sicilien qui n 'était pas encore très célèbre a publié un roman : Le jour de la chouette. Ce roman m'a plu aussitôt. Il me donnait la possibilité de m'identifier avec le personnage principal qui est justement un capitaine de Parme qui vient en Sicile et qui sait qu'il ne sait rien. C'est à dire qu'il est conscient qu 'il ignore tout de la réalité sicilienne. Moi aussi j'étais conscient de tout ignorer, je pouvais m'identifier à Bellodi et me trouver dans un univers dont le protagoniste n 'arrivait pas à saisir toutes les facettes, malgré sa volonté de comprendre. Nous devons, et moi le premier, être reconnaissants à Sciasda pour la clarification qu 'il a effectuée, pour avoir tenté de mettre en lumière ce qu 'ily derrière les apparences. " Damiano Damiani e la Sicilia Propos recueillis par Sebastiano Gesu, 1989
    • IL GIORNO DELLA CIVETTA

      LA MAFIA FAIT LA LOI

      Sicile, années 60. Nicola Colasberna, un petit entrepreneur est assassiné sur une route de campagne, non loin d'une ferme isolée où habite la famille Nicolosi. Les carabiniers commencent leur enquête sous la conduite du capitaine Bellodi. Mais Bellodi vient de Parme, il est en Sicile depuis peu et il a du mal à comprendre les choses et les gens.

      Le lendemain, Rosa Nicolosi vient dénoncer la disparition de son mari. Adroitement, Bellodi la fait parler du matin du meurtre. Rosa est réticente mais elle donne tout de même au capitaine le nom de Zecchinetta, présent au moment du crime. Bellodi s'empresse de l'arrêter mettant en émoi tous les notables locaux. La réaction de Don Mariano, le chef local de la mafia ne se fait pas attendre. Il fait courir le bruit d'une liaison entre Rosa et Colasberna, justifiant un crime d'honneur de la part du mari trompé. Mais un informateur fait savoir à Bellodi que l'arme du crime se trouve justement chez Don Mariano. Les carabiniers perquisitionnent, trouvent le fusil et Don Mariano finit derrière les barreaux. Bellodi est l'objet de pressions politiques de plus en plus fortes pour qu'il suive la piste du crime passionnel. 11 pense donc qu'il faut au plus vite qu'il retrouve le mari de Rosa pour confirmer son hypothèse. On l'informe discrètement qu'un cadavre est caché sous la chaussée d'une route en construction. Bellodi pense qu'il s'agit Nicolosi, mais c'est son informateur qui est exhumé. Son accusation tombe et il est contraint de remettre en liberté les mafieux triomphants.

       

      Bellodi campe dans ce film un personnage d'enquêteur qui rompt avec la tradition du récit anglais, où le détective finit par s'imposer par ses capacités d'investigation, d'induction et de déduction, et par résoudre l'énigme qui se pose à lui. Sa qualité de septentrional fait aussi qu 'il rompt avec une tradition italienne, laquelle confiait volontiers le rôle du policier à un méridional. Mais ce qui fait surtout l'originalité de ce policier, c 'est qu 'il se donne pour objectif non pas de découvrir un meurtrier— qui ne saurait être qu 'un comparse —, mais de démasquer un système, d'en révéler les accointances, les rouages internes, les fonctionnements subtils et pernicieux.

      Bruno Toppan, 22... les carabiniers !, Université Nancy 2, octobre 1999

       

      "Sciasda a été extrêmement important pour moi. Je suis né près de Pordenone, ce n 'est donc certainement pas la géographie qui aurait pu m'amener à faire des films en Sicile. C'est Sciasda qui a suscité en moi cet intérêt et qui a permis à l'Austro-hongrois que je suis de rencontrer un Sicilien. Et ce n 'est pas étonnant : ce sont les différences qui permettent la connaissance réciproque. Voilà donc qu 'un beau jour un écrivain sicilien qui n 'était pas encore très célèbre a publié un roman : Le jour de la chouette. Ce roman m'a plu aussitôt. Il me donnait la possibilité de m'identifier avec le personnage principal qui est justement un capitaine de Parme qui vient en Sicile et qui sait qu'il ne sait rien. C'est à dire qu'il est conscient qu 'il ignore tout de la réalité sicilienne. Moi aussi j'étais conscient de tout ignorer, je pouvais m'identifier à Bellodi et me trouver dans un univers dont le protagoniste n 'arrivait pas à saisir toutes les facettes, malgré sa volonté de comprendre. Nous devons, et moi le premier, être reconnaissants à Sciasda pour la clarification qu 'il a effectuée, pour avoir tenté de mettre en lumière ce qu 'ily derrière les apparences. "

      Damiano Damiani e la Sicilia

      Propos recueillis par Sebastiano Gesu, 1989

    • Réalisation
      Damiano Damiani
    • Scenario
      Tiré du roman de Leonardo Sciascia Damiano Damiani
    • Image
      Tonino Delli Colli
    • Montage
      Nino Biragli
    • Musique
      Giovanni Fusco
    • Producer (s)
      Ermano Donati, et Luigi Carpentieri
    • Productions
      Panda Cinematografica (Rome),,les Films Corona (Paris)
    • Interprètes
      Claudia Cardinale, Franco Nero, Serge Reggiani, Gaetano Cimarosa, Lee J. Cobb, Fred Coplan, Ugo d'Alessio, Gianni Pallavicino, Nehemiah Persoff, Laura De Marchi, Brizzio Montinari, Uno Coletta
    • Année
      1967
    • Durée
      1h 52
    • Pays de production
      Italie, France
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom