NAPOLI VELATA

Ferzan Ozpetek

0h 1min
2021
Story of NAPOLI VELATA
NAPOLI VELATA Naples, entre magie et sensualité. Adriana (Giovanna Mezzogiorno) est médecin légiste. Sa vie bascule lorsqu’elle reconnaît sur sa table d’autopsie le corps d’Andrea (Alessandro Borghi) assassiné. Elle l’avait rencontré la veille lors d’une fête et ils avaient passé ensemble une nuit passionnée. Au petit matin ils s’étaient donné un rendez-vous auquel Andrea n’est pas venu. Adriana se retrouve malgré elle mêlée à l’enquête, et elle décide d’en mener une de son côté en essayant de comprendre qui était Andrea et pourquoi il était si fascinant. Son enquête la conduit au cœur d’une Naples profane et baroque où se pratiquent des rites ancestraux basés sur des superstitions. Les secrets de la ville se mêlent à ses propres secrets et Adriana n’a pas d’autre choix que de repenser sa vie et fouiller dans son propre passé.   « Depuis longtemps je savais que je voulais tourner un film à Naples, la quatrième ville après Istanbul, Rome et Lecce, où je me sens comme à la maison. […] Je voulais raconter comment une femme bouleversée par un événement traumatisant et inattendu est obligée de remettre en question toute sa vie et d’amorcer un processus d’introspection et de questionnement de son passé. Plus j’approfondissais ce voyage intérieur, plus je m’apercevais combien il était ambigu et insaisissable. Le personnage oscillait entre sexualité, besoin d’amour et refus de la réalité. Entrer dans l’esprit d’Adriana était comme explorer une ville, en parcourir les ruelles et les places, comme un labyrinthe où les dimensions et les couleurs changeaient continuellement. C’est alors que j’ai compris que la ville qui était dans l’esprit d’Adriana ne pouvait être que Naples. » Ferzan Özpetek, Dossier de presse   Né en 1959 à Istanbul Ferzan Özpetek a fait des études de cinéma à l’Université La Sapienza de Rome. Il a débuté en tant qu’assistant réalisateur notamment auprès de Massimo Troisi. C’est en 1997 qu’il réalise son premier film Il bagno turco (Hammam, le bain turc). L’homosexualité est un des ses thèmes de prédilection, comme dans Le fate ignoranti (Tableau de famille, 2001) et Mine vaganti (Le premier qui l’a dit), Nastro d’Argento pour la meilleure comédie en 2010. Napoli velata est son douzième film.
    • NAPOLI VELATA

      Naples, entre magie et sensualité. Adriana (Giovanna Mezzogiorno) est médecin légiste. Sa vie bascule lorsqu’elle reconnaît sur sa table d’autopsie le corps d’Andrea (Alessandro Borghi) assassiné. Elle l’avait rencontré la veille lors d’une fête et ils avaient passé ensemble une nuit passionnée. Au petit matin ils s’étaient donné un rendez-vous auquel Andrea n’est pas venu. Adriana se retrouve malgré elle mêlée à l’enquête, et elle décide d’en mener une de son côté en essayant de comprendre qui était Andrea et pourquoi il était si fascinant. Son enquête la conduit au cœur d’une Naples profane et baroque où se pratiquent des rites ancestraux basés sur des superstitions. Les secrets de la ville se mêlent à ses propres secrets et Adriana n’a pas d’autre choix que de repenser sa vie et fouiller dans son propre passé.

       

      « Depuis longtemps je savais que je voulais tourner un film à Naples, la quatrième ville après Istanbul, Rome et Lecce, où je me sens comme à la maison. […] Je voulais raconter comment une femme bouleversée par un événement traumatisant et inattendu est obligée de remettre en question toute sa vie et d’amorcer un processus d’introspection et de questionnement de son passé. Plus j’approfondissais ce voyage intérieur, plus je m’apercevais combien il était ambigu et insaisissable. Le personnage oscillait entre sexualité, besoin d’amour et refus de la réalité. Entrer dans l’esprit d’Adriana était comme explorer une ville, en parcourir les ruelles et les places, comme un labyrinthe où les dimensions et les couleurs changeaient continuellement. C’est alors que j’ai compris que la ville qui était dans l’esprit d’Adriana ne pouvait être que Naples. »

      Ferzan Özpetek, Dossier de presse

       

      Né en 1959 à Istanbul Ferzan Özpetek a fait des études de cinéma à l’Université La Sapienza de Rome. Il a débuté en tant qu’assistant réalisateur notamment auprès de Massimo Troisi. C’est en 1997 qu’il réalise son premier film Il bagno turco (Hammam, le bain turc). L’homosexualité est un des ses thèmes de prédilection, comme dans Le fate ignoranti (Tableau de famille, 2001) et Mine vaganti (Le premier qui l’a dit), Nastro d’Argento pour la meilleure comédie en 2010. Napoli velata est son douzième film.

    • Réalisation
      Ferzan Özpetek
    • Scénario
      Gianni Romoli, Valia Santella, Ferzan Özpetek
    • Image
      Gian Filippo Corticelli
    • Montage
      Leonardo Alberto Moschetta
    • Musique
      Pasquale Catalano
    • Producteur (s)
      Tilde Corsi, Gianni Romoli
    • Productions
      Warner Bros. Entertainment Italia, R&C Produzioni, Faros Film avec la contribution de la Regione Campania et Lazio
    • Vente à l’étranger
      True Colours - Glorious Films
    • Interprètes
      Giovanna Mezzogiorno, Alessandro Borghi, Anna Bonaiuto, Peppe Barra, Biagio Forestieri, Luisa Ranieri, Maria Pia Calzone, Carmine Recano, Lina Sastri, Isabella Ferrari, Angela Pagano, Maria Luisa Santella, Loredana Cannata, Antonio Grosso, Antonio Braucci
    • Année
      2017
    • Durée
      1h 53
    • Pays de production
      Italie
    • Format
      VOSTF
    • Citation
      Naples, ses secrets, elle ne les révèle à personne…
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom