PROFUMO DI DONNA

PROFUMO DI DONNA

PARFUM DE FEMME

Dino Risi

Story of PROFUMO DI DONNA
PROFUMO DI DONNA PARFUM DE FEMME Fausto Consolo (Vittorio Gassman), capitaine de cavalerie, a perdu la vue et sa main gauche en manipulant une grenade lors de manœuvres. Homme élégant, amateur de whisky et de femmes, il refuse son infirmité et ne veut ni aide ni compassion. Il a conservé un esprit paillard et dissimule son amertume sous une agressivité permanente. Giovanni Bertazzi (Alessandro Momo), surnommé Ciccio, jeune ordonnance de dix-huit ans, est chargé de l’accompagner au cours d'un voyage en train Turin-Naples via Gênes et Rome. Ciccio doit subir en silence les sarcasmes et les caprices du capitaine, mais il est fasciné par cet aveugle qui devine la présence des femmes grâce au parfum quelles dégagent. À Gênes Fausto court les prostituées. À Rome, il se confie à un cousin prêtre. À Naples il loge chez Vincenzo, un compagnon d’armes aveugle lui aussi. Sara (Agostina Belli), la fille de la restauratrice qui prépare leurs repas, est depuis longtemps amoureuse de lui. Refusant ce qu'il considère comme un sacrifice ou de la pitié, Fausto repousse cet amour. Après une soirée bien arrosée, les deux officiers mettent à exécution leur projet de se suicider ensemble. Vincenzo est gravement blessé et Fausto, au dernier moment, n'a pas le courage de se supprimer. Seul, humilié, il lance à Sara un appel qui ressemble à un cri de rage et de désespoir. Le scénario co-écrit par Dino Risi et Ruggero Maccari est tiré du roman Parfum de femme de Giovanni Arpino. L’interprétation de Vittorio Gassman est magistrale. Ce drame burlesque et cruel sur l’amour et la solitude joue de l’alternance entre une première partie facétieuse et la seconde plus mélancolique, un cocktail de sarcasme et de pitié, d’ironie et d’amertume. Parfum de femme a fait l’objet de deux nominations aux Oscar (meilleur film étranger, meilleur scénario adapté) et l’époustouflant Vittorio Gassman a reçu le prix de la meilleure interprétation masculine au Festival de Cannes de 1975, ainsi que le David di Donatello et le Ruban d’argent. Fabrizio Corallo, réalisateur Rétrospective Dino Risi – Villerupt, octobre 2021 « Je préfère généralement travailler sur des histoires originales sans m’attacher à quelque chose qui existe déjà au niveau de l’écriture. Mais le roman de Giovanni Arpino Il Buio e il miele (ndlr : 1969, publié en français en 2005 sous le titre Parfum de femme) auquel je suis resté assez fidèle, apportant peu de changements sinon pour le condenser, est une œuvre originale dans le panorama littéraire italien. Arpino est un solitaire totalement à l’écart des clans et des modes littéraires. Il raconte de façon un peu démodée des histoires très sombres qui frappent par leur psychologie très forte. Et ce qui m’a attiré dans Il Buio e il miele c’est ce caractère d’un aveugle qui n’accepte pas la cécité, d’un homme mûr, violent, luxurieux, rempli de curiosité et d’appétit et qui est en train de quitter la vie. Il y a une sorte de duplicité fascinante dans cette façon de quitter la vie et en même temps de l’aimer de façon désespérée. » Dino Risi, entretien avec Guy Braucourt, Rome, février 1975 Ecran 75, n°40, octobre 1975   "Le Festival de Cannes avait couronné à juste titre la fabuleuse interprétation de Vittorio Gassman : il restait à Paris d'organiser la cérémonie du sacre de Dino Risi, l'un des plus grands cinéastes italiens, longtemps resté dans l'ombre. (...) Aujourd'hui le raz de marée de Cannes, le succès de Paris, son triomphe italien n'ont guère de prise sur son itinéraire, sa voie reste la porte étroite, celle d'un cinéma mûr, sans concessions. Voilà une attitude qui est le reflet d'un tempérament et d'une conception plutôt aristocratique, Risi ne fait pas du cinéma une affaire, mais une récréation pour son esprit, et un divertissement pour les autres. Parfum de femme représente à coup sûr un virage important : pour la première fois, Risi passe d'un cinéma cocasse, virulent et féroce, au registre beaucoup plus populaire du mélo. On aimait - dans ses films précédents - retrouver ses personnages grinçants, son souffle rageur, et cette mise en boîte des contradictions de la société italienne. Or voilà que brusquement le ton change, et que l'on s'occupe d'une histoire, et d'un héros, la toile de fond passant un peu au second plan. Quelque part, Parfum de femme est le défi d'un dandy, qui refuse de crier lorsqu'il se noie. Mais c'est aussi une méditation sur l'orgueil démesuré qui mène au suicide ou à l'extrême solitude." Henry CHAPIER, Le Quotidien de Paris, 3 octobre 1975
  • PROFUMO DI DONNA

    PARFUM DE FEMME

    Fausto Consolo (Vittorio Gassman), capitaine de cavalerie, a perdu la vue et sa main gauche en manipulant une grenade lors de manœuvres. Homme élégant, amateur de whisky et de femmes, il refuse son infirmité et ne veut ni aide ni compassion. Il a conservé un esprit paillard et dissimule son amertume sous une agressivité permanente. Giovanni Bertazzi (Alessandro Momo), surnommé Ciccio, jeune ordonnance de dix-huit ans, est chargé de l’accompagner au cours d'un voyage en train Turin-Naples via Gênes et Rome. Ciccio doit subir en silence les sarcasmes et les caprices du capitaine, mais il est fasciné par cet aveugle qui devine la présence des femmes grâce au parfum quelles dégagent.
    À Gênes Fausto court les prostituées. À Rome, il se confie à un cousin prêtre. À Naples il loge chez Vincenzo, un compagnon d’armes aveugle lui aussi. Sara (Agostina Belli), la fille de la restauratrice qui prépare leurs repas, est depuis longtemps amoureuse de lui. Refusant ce qu'il considère comme un sacrifice ou de la pitié, Fausto repousse cet amour. Après une soirée bien arrosée, les deux officiers décident de mettre à exécution leur projet de se suicider ensemble. Vincenzo est gravement blessé et Fausto, au dernier moment, n'a pas le courage de se supprimer.
    Seul, humilié, il lance à Sara un appel qui ressemble à un cri de rage et de désespoir.

    Le scénario co-écrit par Dino Risi et Ruggero Maccari est tiré du roman Parfum de femme de Giovanni Arpino. L’interprétation de Vittorio Gassman est magistrale. Ce drame burlesque et cruel sur l’amour et la solitude joue de l’alternance entre une première partie facétieuse et la seconde plus mélancolique, un cocktail de sarcasme et de pitié, d’ironie et d’amertume.
    Parfum de femme a fait l’objet de deux nominations aux Oscar (meilleur film étranger, meilleur scénario adapté) et l’époustouflant Vittorio Gassman a reçu le prix de la meilleure interprétation masculine au Festival de Cannes de 1975, ainsi que le David di Donatello et le Ruban d’argent.

    Fabrizio Corallo, réalisateur
    Rétrospective Dino Risi – Villerupt, octobre 2021

     

    « Je préfère généralement travailler sur des histoires originales sans m’attacher à quelque chose qui existe déjà au niveau de l’écriture. Mais le roman de Giovanni Arpino Il Buio e il miele (ndlr : 1969, publié en français en 2005 sous le titre Parfum de femme) auquel je suis resté assez fidèle, apportant peu de changements sinon pour le condenser, est une œuvre originale dans le panorama littéraire italien. Arpino est un solitaire totalement à l’écart des clans et des modes littéraires. Il raconte de façon un peu démodée des histoires très sombres qui frappent par leur psychologie très forte. Et ce qui m’a attiré dans Il Buio e il miele c’est ce caractère d’un aveugle qui n’accepte pas la cécité, d’un homme mûr, violent, luxurieux, rempli de curiosité et d’appétit et qui est en train de quitter la vie. Il y a une sorte de duplicité fascinante dans cette façon de quitter la vie et en même temps de l’aimer de façon désespérée. »

    Dino Risi, entretien avec Guy Braucourt, Rome, février 1975
    Ecran 75, n°40, octobre 1975

     

    "Le Festival de Cannes avait couronné à juste titre la fabuleuse interprétation de Vittorio Gassman : il restait à Paris d'organiser la cérémonie du sacre de Dino Risi, l'un des plus grands cinéastes italiens, longtemps resté dans l'ombre. (...)
    Aujourd'hui le raz de marée de Cannes, le succès de Paris, son triomphe italien n'ont guère de prise sur son itinéraire, sa voie reste la porte étroite, celle d'un cinéma mûr, sans concessions. Voilà une attitude qui est le reflet d'un tempérament et d'une conception plutôt aristocratique, Risi ne fait pas du cinéma une affaire, mais une récréation pour son esprit, et un divertissement pour les autres.
    Parfum de femme représente à coup sûr un virage important : pour la première fois, Risi passe d'un cinéma cocasse, virulent et féroce, au registre beaucoup plus populaire du mélo. On aimait - dans ses films précédents - retrouver ses personnages grinçants, son souffle rageur, et cette mise en boîte des contradictions de la société italienne. Or voilà que brusquement le ton change, et que l'on s'occupe d'une histoire, et d'un héros, la toile de fond passant un peu au second plan.
    Quelque part, Parfum de femme est le défi d'un dandy, qui refuse de crier lorsqu'il se noie. Mais c'est aussi une méditation sur l'orgueil démesuré qui mène au suicide ou à l'extrême solitude."

    Henry CHAPIER, Le Quotidien de Paris, 3 octobre 1975

  • Réalisation
    Dino Risi
  • Scénario
    Ruggero Maccari, Dino Risi d'après le roman de Giovanni Arpino Il Buio e il miele
  • Image
    Claudio Cirillo
  • Montage
    Alberto Gallitti
  • Musique
    Armando Trovajoli
  • Producteur (s)
    Pio Angeletti, Adriano De Micheli
  • Productions
    Dean Film
  • Distribution France
    Les Acacias
  • Interprètes
    Vittorio Gassman, Alessandro Momo, Agostina Belli, Moira Orfei, Franco Ricci, Elena Veronese, Stefania Spugnini, Lorenzo Piani
  • Année
    1974
  • Durée
    1h 43
  • Pays de production
    Italie
  • Citation
    "Un sexe, des cuisses, une belle paire de fesses : c'est ça la seule religion, le seul idéal politique, la vraie patrie de l'homme."
Et vous, qu’en pensez-vous ?

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d’un *.

Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

Festival du Film Italien de Villerupt

Festival du Film Italien de Villerupt
6 rue Clemenceau
54190 Villerupt


+33 (0)3 82 89 40 22
organisation@festival-villerupt.com

©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom