ROSSOSPERANZA

ROSSOSPERANZA

Annarita Zambrano

  • Dans l’Italie des années 90, Zena (Margherita Morellini), fille du médecin du Pape et petite-fille d’un ancien fasciste, est admise au sein d’un institut de redressement, la Villa Bianca, où l’on "soigne" les déviances, dernier recours pour les parents de la bonne société italienne qui souhaitent "réparer" une génération cabossée et rebelle. Elle y rencontre trois adolescents avec qui elle se lie d’amitié, Marzia (Ludovica Rubino), une jeune fille nymphomane, Alfonso (Leonardo Giuliani), un jeune homme fantasque qui entend exprimer son homosexualité, et Adriano (Luca Varone), cannibale, enfermé dans son mutisme depuis la disparition de sa mère.
    Leurs journées sont marquées par des exercices de self-control répétitifs dispensés par de grotesques éducateurs qui croient pouvoir réparer le dysfonctionnement de leurs esprits, selon la volonté des familles de ces jeunes gens qui, eux, ne cherchent qu’à s’extirper des normes de la bienséance imposées par leur classe sociale et donner libre cours à leurs rêves, leurs envies, leur projet de vie.

    « Je connais cet endroit parce que des personnes proches de moi y ont séjourné, c'est un lieu non officiel où j'ai rencontré un certain nombre de personnes liées au pouvoir. Ce sont des enfants subversifs du pouvoir, c'est pourquoi je me suis concentrée sur eux. Parce que mon film est un film contre le pouvoir et contre la violence rampante. La violence y était quotidienne parce que les jeunes sont sans filtre, ils s'insultent, ils sont grossiers. C'est leur façon de communiquer. La violence des adultes est plus subtile, mais elle est dévastatrice. Le pouvoir a utilisé les mots pour se cacher. C'est une violence qui passe par les mots, qui sont "choisis" pour être édulcorés. Les jeunes sont des enfants de cette classe sociale, ils en connaissent parfaitement les mécanismes, mais ils sont en dehors des conventions, alors ils utilisent une violence verbale très forte. Plus on est réprimé, plus on a envie explosive de liberté, que ce soit par la musique, l’art ou la révolte. C’est une loi naturelle. »
    Annarita Zambrano, propos recueillis par Valentina D’Amico, movieplayer, 26 août 2023

  • Réalisation
    Annarita Zambrano
  • Scénario
    Annarita Zambrano
  • Image
    Laurent Brunet
  • Montage
    Cecilia Caruso en collaboration avec Isabella Guglielmi
  • Musique
    Enzo Foniciello
  • Producteur (s)
    Maria Carolina Terzi,Lorenza, Carlo et Luciano Stella, Gianluca Curti, Santo Versace, Milena Poylo, Gilles Sacuto, Alice Bloch
  • Productions
    Mad Entertainment, Minerva Pictures, TS Productions, Rai Cinema, avec la contribution du Ministero della Cultura et du CNC, avec le soutien de Regione Lazio, Région Île-de-France
  • Interprètes
    Margherita Morellini, Leonardo Giuliani, Ludovica Rubino, Luca Varone, Elia Nuzzolo, Andrea Sartoretti, Daniela Marra, Antonio Zavatteri, Rolando Ravello
  • Année
    2023
  • Durée
    88 min
  • Pays de production
    Italie, France
  • Citation
    « Sur tout ce que nos jeunes hôtes ont pu faire, involontairement, certes, ici nous gardons le secret. »
Et vous, qu’en pensez-vous ?

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d’un *.

Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

Festival du Film Italien de Villerupt

Festival du Film Italien de Villerupt
6 rue Clemenceau
54190 Villerupt


+33 (0)3 82 89 40 22
organisation@festival-villerupt.com

©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom