TATANKA

TATANKA

Giuseppe Bonito

0h 1min
2021
Story of TATANKA
TATANKA Vivre pour  la beauté du sport ou dans l'enfer  de la mafia, c'est le choix récurent  qu'a à faire le jeune Michele, tout au long de sa vie. Entraîné par son ami Rosario dans un monde de violence et de corruption, Michele débute dès son adolescence une carrière de petit malfrat au service de la Camorra. Un jour, alors qu'ils sont  poursuivis par la police, les deux mafiosi en herbe se réfugient dans une salle d'entraînement, appelée l'Excelsior. Plus qu'une cachette, ce lieu devient  une véritable planche  de salut pour Michele qui, sous l'autorité du vieux coach Sabatino,  va découvrir  un nouvel univers, celui de la boxe. La compétition commence alors. A chaque  combat, à chaque round, c'est sa propre  survie que le jeune homme remet en jeu. Toute nouvelle victoire l'éloigne, pas à pas, des ennuis et l'amène à grandir, à trouver une certaine stabilité. Seul point faible… une amitié qui l'accapare et qui l'attire irrémédiablement à ses premiers errements. Un soir, alors que tous deux dévalisent un entrepôt, Michele commet  l'erreur de sa vie, une erreur qui le conduit à essuyer une lourde peine de prison. De cette expérience il ressortira pourtant plus fort, moralement et physiquement. Celui que ses compagnons boxeurs surnomment Tatanka (bison en langage sioux) doit alors prendre la décision de suivre le même parcours que son ami Rosario, devenu  membre  actif de la Camorra, ou de garder l'espoir de gravir un jour les podiums des plus grandes compétitions de boxe du monde. D'après  la nouvelle Tatanka déchaîné de Roberto  Saviano.   « Tatanka a été un projet passionnant. Nous y avons travaillé pendant près de 2 ans et je suis  heureux de l'accueil qu'il  a reçu. Les critiques sont excellentes, et c'est quelque chose d'important pour un cinéaste. Nous voulions raconter un peu de ce pays et nous avons choisi de le faire à travers une  histoire qui parle d'espoir. Le cinéma italien a le devoir de raconter l'Italie, on ne peut pas laisser ce rôle aux reality shows. J'aime le cinéma qui  accorde une attention aux contenus mais qui a en même temps une forte aspiration vers un style visuel rigoureux. Depuis Scorsese, le maître, en passant par les frères Coen, jusqu'à ce grand réalisateur italien qu'est Sorrentino ». Giuseppe GAGLIARDI, propos recueillis par Matteo Fantozzi, direttanews.it, 12 mai 2011
    • TATANKA

      Vivre pour  la beauté du sport ou dans l'enfer  de la mafia, c'est le choix récurent  qu'a à faire le jeune Michele, tout au long de sa vie.

      Entraîné par son ami Rosario dans un monde de violence et de corruption, Michele débute dès son adolescence une carrière de petit malfrat au service de la Camorra. Un jour, alors qu'ils sont  poursuivis par la police, les deux mafiosi en herbe se réfugient dans une salle d'entraînement, appelée l'Excelsior. Plus qu'une cachette, ce lieu devient  une véritable planche  de salut pour Michele qui, sous l'autorité du vieux coach Sabatino,  va découvrir  un nouvel univers, celui de la boxe. La compétition commence alors. A chaque  combat, à chaque round, c'est sa propre  survie que le jeune homme remet en jeu. Toute nouvelle victoire l'éloigne, pas à pas, des ennuis et l'amène à grandir, à trouver une certaine stabilité. Seul point faible… une amitié qui l'accapare et qui l'attire irrémédiablement à ses premiers errements. Un soir, alors que tous deux dévalisent un entrepôt, Michele commet  l'erreur de sa vie, une erreur qui le conduit à essuyer une lourde peine de prison. De cette expérience il ressortira pourtant plus fort, moralement et physiquement. Celui que ses compagnons boxeurs surnomment Tatanka (bison en langage sioux) doit alors prendre la décision de suivre le même parcours que son ami Rosario, devenu  membre  actif de la Camorra, ou de garder l'espoir de gravir un jour les podiums des plus grandes compétitions de boxe du monde.

      D'après  la nouvelle Tatanka déchaîné de Roberto  Saviano.

       

      « Tatanka a été un projet passionnant. Nous y avons travaillé pendant près de 2 ans et je suis  heureux de l'accueil qu'il  a reçu. Les critiques sont excellentes, et c'est quelque chose d'important pour un cinéaste. Nous voulions raconter un peu de ce pays et nous avons choisi de le faire à travers une  histoire qui parle d'espoir. Le cinéma italien a le devoir de raconter l'Italie, on ne peut pas laisser ce rôle aux reality shows. J'aime le cinéma qui  accorde une attention aux contenus mais qui a en même temps une forte aspiration vers un style visuel rigoureux. Depuis Scorsese, le maître, en passant par les frères Coen, jusqu'à ce grand réalisateur italien qu'est Sorrentino ».

      Giuseppe GAGLIARDI,

      propos recueillis par Matteo Fantozzi, direttanews.it, 12 mai 2011

    • Scénario
      Maurizio Braucci, Giuseppe Gagliardi, Massimo Gaudioso, Salvatore Sansone, Stefano Sardo, d'après La bellezza e l'inferno de Roberto Saviano
    • Image
      Michele Paradisi
    • Montage
      Simone Manetti
    • Musique
      Peppe Voltarelli
    • Producteur (s)
      Galliano Juso, Gianluca Curti
    • Productions
      Margherita Film, Minerva Pictures, Rai Cinema, avec la contribution del MiBACT
    • Vente à l’étranger
      Minerva Pictures Group
    • Interprètes
      Clemente Russo, Rade Serbedzija, Giorgio Colangeli, Carmine Recano, Raiz, Sascha Zacharias, Damir Todorovic, Luis Molteni, Enzo Casertano
    • Année
      2011
    • Durée
      1h 40
    • Pays de production
      Italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom