UNA FAMIGLIA PERFETTA

0h 2min
2021
Story of UNA FAMIGLIA PERFETTA
UNA FAMIGLIA PERFETTA

Leone (Sergio Castellitto), un quinquagénaire mystérieux, vit seul dans une somptueuse villa en Ombrie. Il se prépare à fêter Noël en compagnie de sa mère, de sa femme et de ses enfants venus le rejoindre pour l'occasion. En réalité, Leone a engagé une troupe de comédiens pour jouer à son intention une famille unie au moment de Noël. Fortunato (Marco Giallini) s'est entouré de collègues pour interpréter les divers rôles : Rosa (llaria Occhini) la maman âgée, sa femme Carmen (Claudia Gerini) l'épouse de Leone, Luna (Eugenia Costantini), Pietro (Eugenio Franceschini) et Daniele (Giacomo Nasta) leurs enfants, et Sole (Carolina Crescen­tini), une jeune comédienne, dans le rôle de l'amoureuse de Fortunato... Chacun a travaillé son personnage, a préparé des répliques pour l'unique représentation façon commedia dell'arte où il s’agira de ne pas faire de faux-pas. Mais sciemment Leone ne leur facilite pas la tâche. Pour compliquer le tout, voilà qu'arrive Alicia (Francesca Neri), une très jolie femme qui ne connaît pas la règle du jeu.

 

Sergio Castellitto, en pleine forme, incarne un personnage d'histrion excentrique aux soudaines sautes d'humeur. Avec le plus grand naturel, il parsème de pièges la représentation, il s'écarte du scénario et les autres sont contraints d'improviser. Il est le seul spectateur, le protagoniste, le grand ordonnateur d'une sorte de représentation impeccable de la mystique de la famille et simultanément son destructeur sournois, le contradicteur prêt à démontrer que la famille parfaite n'existe pas et que, dans le cas contraire, de toute façon ça ne pourrait pas marcher. [...] Les divers niveaux du récit se superposent et se mêlent graduellement, la réalité et le jeu s'enchevêtrent et du coup, des thèmes importants comme la solitude, le bonheur, ou encore l'authenticité, peuvent être évoqués sans aucune gravité. Malgré sa légèreté affichée, dans cette comédie il y a des traces reconnaissables de Pirandello, Dickens et Monicelli, ce qui la rend vraiment supérieure àla moyenne.

Serena Nannelli, Il Giornale, 2décembre 2012

 

    • UNA FAMIGLIA PERFETTA

      Leone (Sergio Castellitto), un quinquagénaire mystérieux, vit seul dans une somptueuse villa en Ombrie. Il se prépare à fêter Noël en compagnie de sa mère, de sa femme et de ses enfants venus le rejoindre pour l'occasion. En réalité, Leone a engagé une troupe de comédiens pour jouer à son intention une famille unie au moment de Noël. Fortunato (Marco Giallini) s'est entouré de collègues pour interpréter les divers rôles : Rosa (llaria Occhini) la maman âgée, sa femme Carmen (Claudia Gerini) l'épouse de Leone, Luna (Eugenia Costantini), Pietro (Eugenio Franceschini) et Daniele (Giacomo Nasta) leurs enfants, et Sole (Carolina Crescen­tini), une jeune comédienne, dans le rôle de l'amoureuse de Fortunato... Chacun a travaillé son personnage, a préparé des répliques pour l'unique représentation façon commedia dell'arte où il s’agira de ne pas faire de faux-pas. Mais sciemment Leone ne leur facilite pas la tâche. Pour compliquer le tout, voilà qu'arrive Alicia (Francesca Neri), une très jolie femme qui ne connaît pas la règle du jeu.

       

      Sergio Castellitto, en pleine forme, incarne un personnage d'histrion excentrique aux soudaines sautes d'humeur. Avec le plus grand naturel, il parsème de pièges la représentation, il s'écarte du scénario et les autres sont contraints d'improviser. Il est le seul spectateur, le protagoniste, le grand ordonnateur d'une sorte de représentation impeccable de la mystique de la famille et simultanément son destructeur sournois, le contradicteur prêt à démontrer que la famille parfaite n'existe pas et que, dans le cas contraire, de toute façon ça ne pourrait pas marcher. [...] Les divers niveaux du récit se superposent et se mêlent graduellement, la réalité et le jeu s'enchevêtrent et du coup, des thèmes importants comme la solitude, le bonheur, ou encore l'authenticité, peuvent être évoqués sans aucune gravité. Malgré sa légèreté affichée, dans cette comédie il y a des traces reconnaissables de Pirandello, Dickens et Monicelli, ce qui la rend vraiment supérieure àla moyenne.

      Serena Nannelli, Il Giornale, 2décembre 2012

       

    • Réalisation
      Paolo Genovese
    • Scenario
      Paolo Genovese, Luca Miniero, Marco Alessi, d’après le film Familia de Fernando Leon De Aranoa
    • Image
      Fabrizio Lucci
    • Montage
      Consuelo Catucci
    • Musique
      Emanuele Bossi
    • Producer (s)
      Marco Belardi
    • Productions
      Lotus Production, Medusa Film
    • Vente à l’étranger
      Lotus Production
    • Interprètes
      Sergio Castellitto, Marco Giallini, Francesca Neri, Claudia Gerini, Carolina Crescentini, Eugenio Franceschini, Eugenia Costantini, Ilaria Occhini, Paolo Calabresi, Maurizio Mattioli, Giacomo  Nasta
    • Année
      2012
    • Durée
      2h 00
    • Pays de production
      Italie
    • Format
      VOST
    • Citation
      Cet enfant est gros et il porte des lunettes. Il ne peut pas être mon fils, il ne me ressemble même pas. Trouvez-en un autre ou fichez tous le camp
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom