VERMISAT

0h 1min
1974
Story of VERMISAT
VERMISAT Vermisat est le nom d'un homme qui n'a rien, pas même un nom. En dialecte lombard, c'est le nom d'un homme qui n'a d'autres ressources pour survivre que de vendre des vers de terre - ou bien son sang. Un laissé pour compte de la société industrielle. Aux marges de la ville, ce "ver" rencontre une misérable prostituée avec laquelle, en silence, il se met en ménage. Lorsque repris par la tuberculose il sera hospitalisé, elle le quittera pour rejoindre le guérisseur à qui Vermisat s'en remettait de son sort.    Un voyage au bout de la misère et de la solitude dans les plaines du Pô. Fraternellement, naturellement, simplement, Brenta suit son non-héros, nous faisant vivre son impossibilité d'être, et même seulement d'exister dans une société, une culture qui ne sont pas faites pour lui. On pense à Olmi, on pense au grand néo-réalisme documentaire. Mais il y a du drame contemporain dans cet exclusion du Tiers Monde à domicile, et la sociologie est ici filtrée par une sensibilité très actuelle à l'asocialité, à cette sous-culture irrationnelle et primitive que Vermisat vit obstinément. Le cinéma ne nous a pas habitué à tant d'honnêteté, de rigueur et d'authenticité. XVIIIe Journées Cinématographiques de Poitiers - Cinéma italien  grandeur réelle, 1980   Mario Brenta, premier invité de la manifestation, présente son film lors de la 2e édition en 1977.
    • VERMISAT

      Vermisat est le nom d'un homme qui n'a rien, pas même un nom. En dialecte lombard, c'est le nom d'un homme qui n'a d'autres ressources pour survivre que de vendre des vers de terre - ou bien son sang. Un laissé pour compte de la société industrielle. Aux marges de la ville, ce "ver" rencontre une misérable prostituée avec laquelle, en silence, il se met en ménage. Lorsque repris par la tuberculose il sera hospitalisé, elle le quittera pour rejoindre le guérisseur à qui Vermisat s'en remettait de son sort. 

       

      Un voyage au bout de la misère et de la solitude dans les plaines du Pô.

      Fraternellement, naturellement, simplement, Brenta suit son non-héros, nous faisant vivre son impossibilité d'être, et même seulement d'exister dans une société, une culture qui ne sont pas faites pour lui. On pense à Olmi, on pense au grand néo-réalisme documentaire. Mais il y a du drame contemporain dans cet exclusion du Tiers Monde à domicile, et la sociologie est ici filtrée par une sensibilité très actuelle à l'asocialité, à cette sous-culture irrationnelle et primitive que Vermisat vit obstinément.

      Le cinéma ne nous a pas habitué à tant d'honnêteté, de rigueur et d'authenticité.

      XVIIIe Journées Cinématographiques de Poitiers - Cinéma italien  grandeur réelle, 1980

       

      Mario Brenta, premier invité de la manifestation, présente son film lors de la 2e édition en 1977.

    • Scénario
      Mario Brenta, Piergiuseppe Murgia
    • Image
      Dimitri Nicolau
    • Montage
      Sergio Nuti
    • Musique
      Nicola Piovani
    • Producteur (s)
      Eucarpia Film, RAI Radiotelevisione Italiana
    • Productions
      Carlo Tuzii
    • Interprètes
      Carlo Carlini, Maria Monti, Alberto Borzi, Bruno Biasibetti, Antonio Baessato, Giancarlo Badessi
    • Année
      1974
    • Durée
      1h30
    • Pays de production
      Italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom