LATIN LOVER

LATIN LOVER

Cristina Comencini

LATIN LOVER

À San Vito dei Normanni, petite ville des Pouilles, on veut célébrer dignement le grand comédien Saverio Crispo, originaire du lieu, disparu dix ans auparavant : projections, conférences, pose d’une plaque commémorative… Saverio  (Francesco Scianna) a aussi été un grand séducteur qui a eu cinq filles (et peut-être plus) de cinq femmes de nationalités différentes. C’est dans la maison de Rita (Virna Lisi), la première, qui vit avec sa fille Susanna (Angela Finocchiaro) qu’arrivent les autres filles, Stéphanie (Valeria Bruni Tedeschi) et Solveig (Pilha Vlitala), toutes deux comédiennes, Segunda (Candela Peña), avec son mari, ses enfants et sa mère Ramona (Marisa Paredes).

Entre les filles commence une joute aux souvenirs, chacune revendiquant sa part de l’héritage spirituel et affectif de leur père. Les relations sont tendues aussi entre les deux veuves et Stéphanie et Solveig, dont les mères sont coupables de leur avoir volé Saverio. Au fil des conversations et des affrontements tous les non-dits et les rancœurs affleurent et l’image de Saverio se recompose sous leurs yeux.

 

« Au centre de mon film il y a la quête d’une nouvelle identité féminine, hors du conflit entre femmes, la découverte de la liberté d’être soi, comme le dit Marisa Parades dans une scène fondamentale, libérées du regard masculin. Toutes ces thématiques et ces aspects sont incarnés par des interprètes européens extraordinaires. Pendant le tournage la reconstruction de fragments de films de jadis a été passionnante. Toute la troupe était prise d’une étrange excitation et s’amusait énormément. Le passage de ces scènes à celles entre les filles, les femmes, leur fragilité, leurs conflits, leur dépendance, m’a fait prendre la juste mesure de la différence entre ce cinéma-là et celui que nous faisons. J’ai aussi réalisé que pour recueillir cet héritage, nous devons forcer le trait et ne pas avoir peur de raconter tout aussi librement notre modernité plus complexe et ambivalente. »

Cristina Comencini, Dossier de presse

 

Cristina Comencini
Cristina Comencini

Cristina Comencini (Rome 1956) débute comme actrice dans le Casanova de son père Luigi en 1969, avec qui elle collabore aux scénarios de Il matrimonio di Caterina (1982), Cuore (1984), de La Storia (1986), de Joyeux Noel, Bonne Année (1989). Elle réalise son premier film en 1988, Zoo. En 2005 ce sera La bestia nel cuore,  tiré de l’un de ses romans car Cristina est aussi écrivaine et compte une dizaine de romans à son actif depuis 1991.

Filmographie partielle : Zoo (1988), I divertimenti della vita privata (1990, Les amusements de la vie privée), La fine è nota (1993), Và dove ti porta il cuore (1996, Va où ton cœur te porte), Matrimoni (1998), Il più bel giorno della mia vita (2002, Le plus beau jour de ma vie), La bestia nel cuore (2005, La bête dans le coeur), Bianco e nero (2008), Latin lover (2015), Qualcosa di nuovo (2016), Tornare (2019)

BANDE ANNONCE

SÉANCES

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/1183.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Cristina Comencini

Scénario : Cristina Comencini, Giulia Calenda

Image :  Italo Petriccione

Montage : Francesca Calvelli

Musique : Andrea Farri

Producteur (s) : Lionello Cerri

Productions : Lumière & Co, Rai Cinema, avec la contribution du MiBACT et le soutien d'Apulia Film Commission

Distribution France : 

Vente à l’étranger : Rai Com

Interprètes : Angela Finocchiaro, Valeria Bruni Tedeschi, Virna Lisi, Marisa Parades, Neri Marcorè, Francesco Scianna, Candela Peña, Jordi Mollà, Lluis Homar, Pihla Viitala, Toni Bertorelli, Claudio Gioè, Cecilia Zingro, Ippolito Chiarello

Année : 2015
Durée : 1h 44
Pays de producion : Italie