MAFIOSO

MAFIOSO
MAFIOSO

Alberto Lattuada

MAFIOSO

Nino Badalamenti (Alberto Sordi) est contremaître dans une usine milanaise. Originaire de Sicile, installé depuis huit ans en Lombardie, il a épousé Marta (Norma Bengell) et le couple a deux filles. Il s’apprête à partir pour quinze jours en vacances estivales dans son village natal, afin de présenter son épouse et ses enfants à sa famille. Avant de partir, son patron, un Italo-Américain d’origine sicilienne, lui confie un paquet, « un cadeau d’amis communs », à donner au parrain local Don Vincenzo (Ugo Attanasio). Le voyage est long mais l’accueil est chaleureux, bien que Marta, « la nordiste », ne soit guère appréciée. Nino remet ensuite le cadeau à Don Vincenzo mais il ne se doute pas qu’il s’agit d’une demande de la mafia américaine pour l’exécution d’un « contrat ». Après que le parrain soit intervenu en faveur de son père pour une histoire de terrain et qu’on lui ait fait prendre conscience de sa sicilianité, Nino se sent obligé d’accepter une mission particulière qu’on lui confie. Alors que sa femme le croit parti pour deux jours à la chasse, enfermé dans une caisse, il est transporté en camion puis en avion à New-York. On lui désigne la cible. Nino découvre avec horreur ce que l’on attend de lui. Il passe à l’action et il retourne en Italie de la même manière qu’il en était parti. Alors que Marta a gagné les faveurs de toute la famille, pour Nino rien ne sera plus comme avant.

 

Rien que par le nom de son personnage, Antonio Badalamenti (homonyme d’un boss mafieux bien réel), Lattuada nous indique que derrière la structure de la farce il y a une ambition d’engagement social. En 1962, en Italie il était pratiquement interdit de parler de la mafia (« la mafia n’existe pas », disait-on), mais le cinéaste et le comédien réalisent une œuvre forte et actuelle, d’autant plus que le protagoniste est un Sicilien transplanté à Milano, théoriquement donc libéré de l’esclavage de l’omerta.

Giorgio Gosetti, Directeur des Journées des auteurs de la Mostra de Venise

Rétrospective Alberto Sordi – Villerupt, octobre 2020

 

« Alberto Sordi est l’acteur le plus tragicomique que l’Italie des années 1960 engendra. D’un léger rictus, le clown se fige en couard ridicule ou en assassin potentiel (scène glaçante au stand de tir). Alberto Lattuada en fait le vil héros de son film audacieux sur la Mafia sicilienne et son emprise létale sur cette partie d’Italie réfractaire au boum économique. Avec des fulgurances de mise en scène — le voyage clandestin à New York, filmé dans le noir —, Alberto Lattuada porte un regard cynique sur son pays natal. Le dernier plan, miroir du premier, ne met plus en valeur le petit contremaître, mais le noie dans l’anonymat de son usine, pion insignifiant, utilisé et aussitôt rejeté.»

Anne Dessuant, telerama.fr

 

Une tragi-comédie où Sordi excelle. À glacer le sang et à mourir de rire.

Alberto Lattuada
Alberto Lattuada

Alberto Lattuada (Milan, 1914 – Orvieto, 2005), critique cinématographique, il fonde avec Luigi Comencini et Mario Ferrari les prémisses de la Ceniteca Italiana de Milan, premier fonds d'archives du cinéma italien. Assistant de Mario Soldati pour Piccolo mondo antico (1941), il réalise son premier film, Giacomo l'idealista, en 1943. Drames, satires, comédies, adaptations littéraires jalonnent son œuvre.

Filmographie partielle : Il bandito (1946, Le bandit), Il moulino del Po (1949, Le moulin du Pô), Senza pietà (1948, Sans pitié), Luci del varietà (1950, Les feux du music-hall), coréalisé avec Fellini, Il cappotto (1952, Le manteau), La spiaggia (1954, La pensionnaire), Guendalina (1956), I dolci inganni (1960, Les adolescentes), Mafioso (1962), La mandragola (1965, La Mandragore), Venga a prendere il caffè da noi (1970, Venez donc prendre le café chez nous), La Cigala (1980, La cigale)

BANDE ANNONCE

https://festival-villerupt.com/wp-content/uploads/2020/05/1029.jpg

FICHE TECHNIQUE

Réalisation : Alberto Lattuada

Scénario : Bruno Caruso, Marco Ferreri, Rafael Azcona, Age et Scarpelli

Image :  Armando Nannuzzi

Montage : Nino Baragli

Musique : Piero Piccioni

Producteur (s) : Antonio Cervi

Productions : Compagnia Cinematografica Cervi, Dino De Laurentiis Cinematografica

Distribution France : Tamasa Distribution

Vente à l’étranger : 

Interprètes : Alberto Sordi, Norma Bennell, Ugo Attanasio, Carmelo Oliviero, Francesco Lo Broglio, Gabriella Conti, Armando Thinè, Lilly Bistrattin, Michèle Bally, Cinzia Bruno, Katiuscia Piretti, Paolo Cuccia

Année : 1962
Durée : 105 min
Pays de producion : Italie