ALBERGO ROMA

0h 1min
1996
Story of ALBERGO ROMA
ALBERGO ROMA

Accompagné de son chien, un homme, un soir se rend à une répétition de la fanfare de la ville. Tout à coup le chien disparaît ; quand il revient il serre dans sa gueule quelque chose qui pourrait ressembler aux restes d'un fœtus... Ceci est le début d'une histoire rythmée comme un film policier sur les notes de La pie voleuse, qui implique toutes les classes sociales d'une petite ville à la fin des années 30, une communauté occupée aux préparatifs d'un grand événement : l'arrivée de Son Excellence Benvenuto Mussolini pour l'inauguration de la nouvelle maison de la Maternité et de l'Enfance. Le soupçon d'infanticide agite toute la communauté et il faut décider de la conduite à tenir. Le secrétaire du Fascio décide, hypocritement, d'imposer le silence jusqu'à la visite du Duce et de s'occuper de l'affaire ensuite. Au petit matin, tous les protagonistes de l'histoire sont au courant du fait et complices du silence. L'arrivée d'un mystérieux personnage du Régime qui s'enferme en grand secret à l'Hôtel Roma vient contrarier le plan. Des bruits ont sans doute transpires et "il" est là pour mener une enquête secrète. Il apparaît nécessaire de changer de stratégie et de trouver le coupable. Cependant, quand toute la communauté est sûre d'avoir identifier "le monstre", une nouvelle vérité bouleversante brouille les cartes, concluant le jeu tragique par une plaisanterie ridicule.

 

Dans cette histoire, tous les rôles ont la même importance narrative. Il y a d'abord la galerie impitoyable, tragique et comique, des "figures" locales. Tonino, le serveur, homme à tout faire, en qui fusionnent obscénité et humour. Viola, la couturière, qui jouit, de par sa profession, d'un point de vue "d'écoute" privilégié ; sa cliente et amie, Olimpia, une veuve bien ronde ; Beppina, sa collaboratrice, douce et étrange. Giorgoni, le secrétaire du Fascio, arrogant et lâche ; Adina, sa prolifique et insolite épouse ; Mirella, sa maîtresse, femme typique du régime ; Ginecrista, la petite femme de chambre, maîtresse, indicatrice. Torrini, aristocrate déchu et tremblant ; Ottavia, sa femme, vulgaire et riche commerçante. Don Urbano, pour qui c'est l'occasion d'opposer son pouvoir d'homme d'Église à celui des hommes d'État ; Milenina, sa nièce, adolescente à la sexualité ambiguë.

Il y a ensuite les "différents", et en tant que tels soupçonnés d'une faute. "L'autre", mystérieux envoyé spécial de Rome. Enfin, il y a la fanfare, sorte de fil conducteur rythmique, des premières scènes de répétition jusqu 'à la fin quand il sont prêts à exécuter le morceau.

 

Ugo Chiti est né près de Florence en 1943. Il a consacré toute sa carrière au théâtre : régie, mise en scène, réalisation, recherche sur le théâtre en dialecte toscan. À partir de 1990, il collabore aux scénarios de films de réalisateurs toscans : avec Francesco Nuti pour Donne con le gonne ; Giovanni Veronesi pour Per amore solo per amore et Silenzio si nasce ; et surtout avec Alessandro Benvenuti pour ses cinq derniers films de Benvenuti in casa Gori à Ivo il tardivo.

Albergo Roma, sa première réalisation cinématographique, est la transposition de sa pièce de théâtre Allegretto... per bene ma non troppo.

    • ALBERGO ROMA

      Accompagné de son chien, un homme, un soir se rend à une répétition de la fanfare de la ville. Tout à coup le chien disparaît ; quand il revient il serre dans sa gueule quelque chose qui pourrait ressembler aux restes d'un fœtus... Ceci est le début d'une histoire rythmée comme un film policier sur les notes de La pie voleuse, qui implique toutes les classes sociales d'une petite ville à la fin des années 30, une communauté occupée aux préparatifs d'un grand événement : l'arrivée de Son Excellence Benvenuto Mussolini pour l'inauguration de la nouvelle maison de la Maternité et de l'Enfance. Le soupçon d'infanticide agite toute la communauté et il faut décider de la conduite à tenir. Le secrétaire du Fascio décide, hypocritement, d'imposer le silence jusqu'à la visite du Duce et de s'occuper de l'affaire ensuite. Au petit matin, tous les protagonistes de l'histoire sont au courant du fait et complices du silence. L'arrivée d'un mystérieux personnage du Régime qui s'enferme en grand secret à l'Hôtel Roma vient contrarier le plan. Des bruits ont sans doute transpires et "il" est là pour mener une enquête secrète. Il apparaît nécessaire de changer de stratégie et de trouver le coupable. Cependant, quand toute la communauté est sûre d'avoir identifier "le monstre", une nouvelle vérité bouleversante brouille les cartes, concluant le jeu tragique par une plaisanterie ridicule.

       

      Dans cette histoire, tous les rôles ont la même importance narrative. Il y a d'abord la galerie impitoyable, tragique et comique, des "figures" locales. Tonino, le serveur, homme à tout faire, en qui fusionnent obscénité et humour. Viola, la couturière, qui jouit, de par sa profession, d'un point de vue "d'écoute" privilégié ; sa cliente et amie, Olimpia, une veuve bien ronde ; Beppina, sa collaboratrice, douce et étrange. Giorgoni, le secrétaire du Fascio, arrogant et lâche ; Adina, sa prolifique et insolite épouse ; Mirella, sa maîtresse, femme typique du régime ; Ginecrista, la petite femme de chambre, maîtresse, indicatrice. Torrini, aristocrate déchu et tremblant ; Ottavia, sa femme, vulgaire et riche commerçante. Don Urbano, pour qui c'est l'occasion d'opposer son pouvoir d'homme d'Église à celui des hommes d'État ; Milenina, sa nièce, adolescente à la sexualité ambiguë.

      Il y a ensuite les "différents", et en tant que tels soupçonnés d'une faute. "L'autre", mystérieux envoyé spécial de Rome. Enfin, il y a la fanfare, sorte de fil conducteur rythmique, des premières scènes de répétition jusqu 'à la fin quand il sont prêts à exécuter le morceau.

       

      Ugo Chiti est né près de Florence en 1943. Il a consacré toute sa carrière au théâtre : régie, mise en scène, réalisation, recherche sur le théâtre en dialecte toscan. À partir de 1990, il collabore aux scénarios de films de réalisateurs toscans : avec Francesco Nuti pour Donne con le gonne ; Giovanni Veronesi pour Per amore solo per amore et Silenzio si nasce ; et surtout avec Alessandro Benvenuti pour ses cinq derniers films de Benvenuti in casa Gori à Ivo il tardivo.

      Albergo Roma, sa première réalisation cinématographique, est la transposition de sa pièce de théâtre Allegretto... per bene ma non troppo.

    • Réalisation
      Ugo Chili
    • Scénario
      Ugo Chiti
    • Image
      Blasco Giuralo
    • Montage
      Caria Simoncelli
    • Musique
      Marco Baraldi
    • Producteur (s)
      Giorgio Leopardi
    • Productions
      Union PN, Medusa Film
    • Interprètes
      Alessandro Benvenuli, Tcheky Karyo, Claudio Bisio, Barbara Enrichi, Debora Caprioglio, Roberlo Posse, Alessandra Acciai, Davide Bechini
    • Année
      1996
    • Durée
      1h 45
    • Pays de production
      Italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom