ANGELA

ANGELA

ANGELA

Roberta Torre

0h 1min
2021
Story of ANGELA
ANGELA

Le film s'inspire d'une histoire vraie, mais peu importe : elle est aussi vrai­semblable qu'un roman oùs'entre­mêlent les passions les plus fortes, l'argent, l'amour et le crime, dans la meilleure tradition du mélo.

Angela est une jeune femme sicilienne, elle est l'épouse de Saro qui cache derrière la façade d'un magasin de chaussures anodin le commerce bien plus lucratif  de  la  drogue  et  des bijoux  volés.  Contrairement  à   la coutume qui veut que les femmes restent en dehors des affaires, Angela est le véritable bras droit de son mari. Elle ne rechigne même pas à prendre des risques et à effectuer des livraisons.

Un jour la bande de Saro accueille un nouvel élément, Masino, un jeune garçon beau comme un astre à qui Saro demande souvent d'accom­pagner Angela. Une attirance mutuelle naît entre eux, dont ils essaient pour un temps de se défendre. Mais la passion l'emporte.

Le téléphone du magasin de Saro ainsi que son domicile étaient sur table d'écoute et les les conversations des deux amants sont enregis­trées et Angela est suivie quand elle se rend chez Masino. La décision est prise de mettre fin aux agissements de la bande : la police fait une descente dans le magasin et arrête tout le monde, mais seul Saro est gardé en détention. Un policier essaie de passer un marché avec Angela : il promet de faire disparaître les bobines compromettantes en échange des noms des boss de la drogue. Angela refuse. Saro est informé de sa liaison avec Masino et les menace de mort lorsqu'il sortira de prison. Les deux amants projettent de partir très loin...

 

« J'ai essayé de porter sur l'univers d'Angela un regard d'ethnologue plutôt que de sociologue. Je considère que le cinéma, et plus généra­lement l'art, ne doit pas porter de jugement moral. De plus, c'est quelque chose qui ne m'intéresse pas. J'ai voulu saisir la réalité ; parmi les gens qui gravitent dans ce monde de la petite criminalité il n'y a pas que les parrains décrits par certains films américains. Il s'agit de per­sonnes ordinaires qui font cela comme si c'était un travail comme un autre. C'est une activité qui présente certains dangers, mais ce qui domine, c'est la monotonie des gestes, des rythmes, des horaires, c'est la routine et l'ennui. »

Roberta Torre

    • ANGELA

      Le film s'inspire d'une histoire vraie, mais peu importe : elle est aussi vrai­semblable qu'un roman oùs'entre­mêlent les passions les plus fortes, l'argent, l'amour et le crime, dans la meilleure tradition du mélo.

      Angela est une jeune femme sicilienne, elle est l'épouse de Saro qui cache derrière la façade d'un magasin de chaussures anodin le commerce bien plus lucratif  de  la  drogue  et  des bijoux  volés.  Contrairement  à   la coutume qui veut que les femmes restent en dehors des affaires, Angela est le véritable bras droit de son mari. Elle ne rechigne même pas à prendre des risques et à effectuer des livraisons.

      Un jour la bande de Saro accueille un nouvel élément, Masino, un jeune garçon beau comme un astre à qui Saro demande souvent d'accom­pagner Angela. Une attirance mutuelle naît entre eux, dont ils essaient pour un temps de se défendre. Mais la passion l'emporte.

      Le téléphone du magasin de Saro ainsi que son domicile étaient sur table d'écoute et les les conversations des deux amants sont enregis­trées et Angela est suivie quand elle se rend chez Masino. La décision est prise de mettre fin aux agissements de la bande : la police fait une descente dans le magasin et arrête tout le monde, mais seul Saro est gardé en détention. Un policier essaie de passer un marché avec Angela : il promet de faire disparaître les bobines compromettantes en échange des noms des boss de la drogue. Angela refuse. Saro est informé de sa liaison avec Masino et les menace de mort lorsqu'il sortira de prison. Les deux amants projettent de partir très loin...

       

      « J'ai essayé de porter sur l'univers d'Angela un regard d'ethnologue plutôt que de sociologue. Je considère que le cinéma, et plus généra­lement l'art, ne doit pas porter de jugement moral. De plus, c'est quelque chose qui ne m'intéresse pas. J'ai voulu saisir la réalité ; parmi les gens qui gravitent dans ce monde de la petite criminalité il n'y a pas que les parrains décrits par certains films américains. Il s'agit de per­sonnes ordinaires qui font cela comme si c'était un travail comme un autre. C'est une activité qui présente certains dangers, mais ce qui domine, c'est la monotonie des gestes, des rythmes, des horaires, c'est la routine et l'ennui. »

      Roberta Torre

    • Réalisation
      Roberta Torre
    • Scénario
      Roberta Torre
    • Image
      Daniele Cipri
    • Montage
      Roberto Missiroli
    • Musique
      Andrea Guerra
    • Productions
      Rita Rusic Company, Movieweb avec la contribution du MiBAC
    • Distribution France
      MK2
    • Interprètes
      Andrea Di Stefano, Donatella Finocchiaro, Mario Pupella, Erasmo Lobello, Toni Gambino, Matteo Gulino
    • Année
      2002
    • Durée
      1h 35
    • Pays de production
      Italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom