379

COME IL VENTO

COMME LE VENT

Marco Simon Puccioni

0h 1min
2021
Story of COME IL VENTO
COME IL VENTO COMME LE VENT

Sur une période d’une quinzaine d’années, le film retrace le parcours d’Armida Miserere, l’une des premières femmes directrices de prison d’Italie. Dans les divers centres pénitentiaires qu’elle a dirigés (Parme, Pianosa dans l’archipel toscan, Palerme, Sulmona dans les Abruzzes) se trouvaient bon nombre de terroristes de la décennie 1990 ou des chefs mafieux.

Régulièrement menacée de mort, Armida (Valeria Golino) n’a pas froid aux yeux et impose son autorité tout en s’appliquant à faire respecter les droits des détenus. À la fois forte et fragile, pugnace et sensible, elle rêve aussi d’une vie familiale sans histoire. Sa vie bascule le jour où son compagnon, Umberto Mormile (Filippo Timi), éducateur à la prison de Milan-Opera, est brutalement assassiné par la mafia en 1990. Désormais sans attache, elle accepte la direction de prisons parmi les plus dures d’Italie, sans jamais renoncer à sa quête de vérité et de justice.

Armida Miserere s’est suicidée le 18 avril 2003, un Vendredi Saint.

 

Rarement l’action et l’introspection n’avaient dialogué avec autant de sincérité. D’un côté le monde extérieur, hostile, dangereux, qu’Armida affronte avec une autorité presque virile, de l’autre, la solitude d’une femme vulnérable, sensible et sensuelle. D’un côté le mutisme guerrier des crimes tramés dans l’ombre, de l’autre le silence d’un cœur dévasté.

De l’un à l’autre va le regard magnifiquement tragique de Valeria Golino, étincelant d’insolence et de larmes, tantôt planté dans celui des hommes qui la défient, tantôt noyé dans sa tristesse irréparable. Sa bravoure bouleverse. Elle ne renonce jamais à l’humanité, même envers les plus implacables. Sauf une fois, à la sienne. Miserere.

Marie-Noëlle Tranchant, Le Figaro, 18 juin 2014

 

    • COME IL VENTO

      COMME LE VENT

      Sur une période d’une quinzaine d’années, le film retrace le parcours d’Armida Miserere, l’une des premières femmes directrices de prison d’Italie. Dans les divers centres pénitentiaires qu’elle a dirigés (Parme, Pianosa dans l’archipel toscan, Palerme, Sulmona dans les Abruzzes) se trouvaient bon nombre de terroristes de la décennie 1990 ou des chefs mafieux.

      Régulièrement menacée de mort, Armida (Valeria Golino) n’a pas froid aux yeux et impose son autorité tout en s’appliquant à faire respecter les droits des détenus. À la fois forte et fragile, pugnace et sensible, elle rêve aussi d’une vie familiale sans histoire. Sa vie bascule le jour où son compagnon, Umberto Mormile (Filippo Timi), éducateur à la prison de Milan-Opera, est brutalement assassiné par la mafia en 1990. Désormais sans attache, elle accepte la direction de prisons parmi les plus dures d’Italie, sans jamais renoncer à sa quête de vérité et de justice.

      Armida Miserere s’est suicidée le 18 avril 2003, un Vendredi Saint.

       

      Rarement l’action et l’introspection n’avaient dialogué avec autant de sincérité. D’un côté le monde extérieur, hostile, dangereux, qu’Armida affronte avec une autorité presque virile, de l’autre, la solitude d’une femme vulnérable, sensible et sensuelle. D’un côté le mutisme guerrier des crimes tramés dans l’ombre, de l’autre le silence d’un cœur dévasté.

      De l’un à l’autre va le regard magnifiquement tragique de Valeria Golino, étincelant d’insolence et de larmes, tantôt planté dans celui des hommes qui la défient, tantôt noyé dans sa tristesse irréparable. Sa bravoure bouleverse. Elle ne renonce jamais à l’humanité, même envers les plus implacables. Sauf une fois, à la sienne. Miserere.

      Marie-Noëlle Tranchant, Le Figaro, 18 juin 2014

       

    • Réalisation
      Marco Simon Puccioni
    • Scénario
      Heidrun Schleef, Marco Simon Puccioni, Nicola Lusuardi
    • Image
      Gherardo Gossi
    • Montage
      Roberto Missiroli, Catherine Maximoff
    • Musique
      Shigeru Umebayashi
    • Producteur (s)
      Giampietro Preziosa, Marco Puccioni, Sauro Falchi, Anna Falchi, Patrice Nezan
    • Productions
      Intelfilm, A-Movie Productions, avec la contribution du MiBACT, en collaboration avec Rai Cinema, Les Films du Présent, Red Carpet s.r.l.
    • Distribution France
      Bodega Films
    • Interprètes
      Valeria Golino, Filippo Timi, Francesco Scianna, Chiara Caselli, Marcello Mazzarella, Salvio Simeoli, Giorgia Sinicorni, Mattia Mor, Vanni Bramati,Vanni Fois, Enrico Silvestrin
    • Année
      2013
    • Durée
      1h 50
    • Pays de production
      Italie, France
    • Format
      VOST
    • Citation
      J’irai là où personne d’autre ne veut aller
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom