COMPAGNE DE VOYAGE

COMPAGNA DI VIAGGIO

0h 1min
1996
Story of COMPAGNA DI VIAGGIO
COMPAGNA DI VIAGGIO COMPAGNE DE VOYAGE

Cora (Asia Argento) a vingt ans. D'un tempérament impulsif et rebelle, elle vit à Rome, seule, sans lien affectif stable. Elle dort où elle peut et subsiste grâce à des petits boulots précaires. Un jour, Ada (Silvia Cohen), la propriétaire du chien que Cora promène, lui demande de s'occuper de son père, Cosimo (Michel Piccoli), professeur de philologie à la retraite, qui souffre de troubles de la mémoire. Lorsqu'il sort de chez lui, il ne retrouve plus le chemin du retour et refuse toute assistance. Cora accepte de le suivre. Les premiers jours, la filature se passe sans difficulté. Un matin, Cosimo se rend à la gare et monte dans un train. Inquiète, Cora prévient Ada qui la supplie de le suivre. Commence alors un étrange voyage dont la destination est inconnue.

Petit à petit la connivence s'installe entre eux deux et ce voyage forcé permet à Cora d'affronter une dimension inconnue de la vie. Pour la première fois des souvenirs d'une enfance douloureuse, des sentiments refoulés apparaissent...

 

Peter Del Monte dans Piso Pisello (1981) montrait l'errance d'un père à la recherche de son garçon en fugue. Quinze ans plus tard, une nouvelle errance, celle d'un vieux professeur, amnésique et de la jeune fille chargée de le suivre à la trace par la famille. Le vieux bonhomme ne sait pas trop où il va, celle qui le file non plus, de petites gares en petites gares, à pied, en bus, ou en train. Quelques gestes récurrents, le professeur met sa cravate, enlève ses souliers, porte une cage à merle. On est fasciné mais il ne se passe pas grand-chose et la jeune fille s’ennuie ferme. Aucun dialogue, des regards surtout. [...]

Un film sans pathos, brutal souvent, nu. Piccoli presque muet et qui sait encore expliquer le sens de la philologie. La jeune actrice au visage buté, un peu rapace au départ, tient devant le grand acteur.

Andrée TOURNÈS, Jeune Cinéma, juillet-août 1996

    • COMPAGNA DI VIAGGIO

      COMPAGNE DE VOYAGE

      Cora (Asia Argento) a vingt ans. D'un tempérament impulsif et rebelle, elle vit à Rome, seule, sans lien affectif stable. Elle dort où elle peut et subsiste grâce à des petits boulots précaires. Un jour, Ada (Silvia Cohen), la propriétaire du chien que Cora promène, lui demande de s'occuper de son père, Cosimo (Michel Piccoli), professeur de philologie à la retraite, qui souffre de troubles de la mémoire. Lorsqu'il sort de chez lui, il ne retrouve plus le chemin du retour et refuse toute assistance. Cora accepte de le suivre. Les premiers jours, la filature se passe sans difficulté. Un matin, Cosimo se rend à la gare et monte dans un train. Inquiète, Cora prévient Ada qui la supplie de le suivre. Commence alors un étrange voyage dont la destination est inconnue.

      Petit à petit la connivence s'installe entre eux deux et ce voyage forcé permet à Cora d'affronter une dimension inconnue de la vie. Pour la première fois des souvenirs d'une enfance douloureuse, des sentiments refoulés apparaissent...

       

      Peter Del Monte dans Piso Pisello (1981) montrait l'errance d'un père à la recherche de son garçon en fugue. Quinze ans plus tard, une nouvelle errance, celle d'un vieux professeur, amnésique et de la jeune fille chargée de le suivre à la trace par la famille. Le vieux bonhomme ne sait pas trop où il va, celle qui le file non plus, de petites gares en petites gares, à pied, en bus, ou en train. Quelques gestes récurrents, le professeur met sa cravate, enlève ses souliers, porte une cage à merle. On est fasciné mais il ne se passe pas grand-chose et la jeune fille s’ennuie ferme. Aucun dialogue, des regards surtout. [...]

      Un film sans pathos, brutal souvent, nu. Piccoli presque muet et qui sait encore expliquer le sens de la philologie. La jeune actrice au visage buté, un peu rapace au départ, tient devant le grand acteur.

      Andrée TOURNÈS, Jeune Cinéma, juillet-août 1996

    • Réalisation
      Peter Del Monte
    • Scenario
      Peter Del Monte, Gloria Malatesta, Claudia Sbarigia, Mario Fortunato
    • Image
      Giuseppe Lanci
    • Montage
      Simona Paggi
    • Musique
      Dario Lucantoni
    • Producer (s)
      Enzo Porcelli
    • Productions
      Alia Film, Istituto Luce avec la collaboration de la Rai (Radio Televisione Italiana)
    • Distribution France
      Acadra
    • Interprètes
      Michel Piccoli, Asia Argento, Lino Capolicchio, Silvia Cohen, Max Malatesta, Pierfrancesco Poggi, Tarcisio Branca, Sebastiano Colla, Germano Di Mattia, Antonio Calia, Christele Procopio
    • Année
      1996
    • Durée
      1h 50
    • Pays de production
      Italie
    • Format
      VOST
    • Citation
      Je ne sais pas, il est normal. Comment ils sont les vieux ?
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom