DIARIO DI UN VIZIO

DIARIO DI UN VIZIO

JOURNAL D'UN VICE

Marco Ferreri

0h 1min
1992
Story of DIARIO DI UN VIZIO
DIARIO DI UN VIZIO JOURNAL D'UN VICE

De Journal d'un vice, on garde surtout le souvenir d'un film déconcertant. D'abord parce que le fantasme de l'homme ferrerien, contrairement au fantasme fellinien, par exemple, n'a pas vocation à recouper ou à devenir le fantasme de tout le monde. Chez Fellini, celui-ci est bigger than life, ce qui à la limite lui donne un caractère prédateur ; chez Ferreri, il est à hauteur d'homme, et singulièrement pacifique.

Le personnage joué par Jerry Cala, l'acteur principal de Journal d'un vice (l'équivalent d'un Berroyer italien, mais qui souffrirait davantage et n'aurait pas honte de pleurer), vit simplement son activité quotidienne de "vicieux"  et encore, ce mot donne-t-il une idée trop édifiante, trop extrême, de l'existence.qu'il mène.

En ce sens, le journal intime, parce qu'il ramène toute chose consignée en son sein sur un même plan, à égale distance du romanesque et de l'anodin, de l'extraordinaire et de l'insignifiant, est une forme de récit qui sied remarquablement bien au cinéma "horizontal" de Ferreri, qui néglige de hiérarchiser entre eux les événements, les moments, les personnages, les plans. Manière d'indifférence à tout et d'égalité d'humeur qui, naturellement, déstabilise.

Il y a cependant plus. Tout en œuvrant à l'intérieur du domaine qui s'y prête le plus éminemment : l'obsession, la passion exclusive, la réunion volontaire ou forcée de plusieurs personnages dans un même lieu (en bref, tout ce qui a trait à la "fixation"), Ferreri n'est habité par aucun culte du rituel, de la cérémonie, de la répétition, aucun amour de la Mise-en-scène II n'est ni Oshima ni Monteiro.

Journal d'un vice, à la manière de presque tous les films de Bunuel, déroute (on voudrait en savoir plus, on voudrait comprendre davantage, partager), il est même dans sa nature de décevoir. On peut alors juger Ferreri désinvolte, nonchalant, voire franchement je-m'en-foutiste : c'est qu'il n'est pas un religieux du désir.

Parlant de Journal d'un vice, on a eu raison d'en comparer les scènes à des ritournelles, car si les choses se répètent, cela se fait sans que jamais on atteigne à un art de la répétition, sans que jamais on touche à la Répétition. Il y a à cela, je crois, une explication : la Mise-en-scène, en tant que mise en ordre consolerait trop aisément, en se prenant elle-même pour sujet comme cela arrive fréquemment, d'un monde qui, lui, a perdu le nord. La défaite de l'homme se trouverait miraculeu­sement rachetée par l'ivresse du rituel et de la maîtrise cinématographique. C'est contraire au cinéma de Ferreri qui, jusque dans sa forme même, accompagne les errements de l'homme.

Emmanuel Burdeau, Cahiers du cinéma n°515, juillet-août 1997

Hommage à Marco Ferreri, Villerupt octobre 1997
    • DIARIO DI UN VIZIO

      JOURNAL D'UN VICE

      De Journal d'un vice, on garde surtout le souvenir d'un film déconcertant. D'abord parce que le fantasme de l'homme ferrerien, contrairement au fantasme fellinien, par exemple, n'a pas vocation à recouper ou à devenir le fantasme de tout le monde. Chez Fellini, celui-ci est bigger than life, ce qui à la limite lui donne un caractère prédateur ; chez Ferreri, il est à hauteur d'homme, et singulièrement pacifique.

      Le personnage joué par Jerry Cala, l'acteur principal de Journal d'un vice (l'équivalent d'un Berroyer italien, mais qui souffrirait davantage et n'aurait pas honte de pleurer), vit simplement son activité quotidienne de "vicieux"  et encore, ce mot donne-t-il une idée trop édifiante, trop extrême, de l'existence.qu'il mène.

      En ce sens, le journal intime, parce qu'il ramène toute chose consignée en son sein sur un même plan, à égale distance du romanesque et de l'anodin, de l'extraordinaire et de l'insignifiant, est une forme de récit qui sied remarquablement bien au cinéma "horizontal" de Ferreri, qui néglige de hiérarchiser entre eux les événements, les moments, les personnages, les plans. Manière d'indifférence à tout et d'égalité d'humeur qui, naturellement, déstabilise.

      Il y a cependant plus. Tout en œuvrant à l'intérieur du domaine qui s'y prête le plus éminemment : l'obsession, la passion exclusive, la réunion volontaire ou forcée de plusieurs personnages dans un même lieu (en bref, tout ce qui a trait à la "fixation"), Ferreri n'est habité par aucun culte du rituel, de la cérémonie, de la répétition, aucun amour de la Mise-en-scène II n'est ni Oshima ni Monteiro.

      Journal d'un vice, à la manière de presque tous les films de Bunuel, déroute (on voudrait en savoir plus, on voudrait comprendre davantage, partager), il est même dans sa nature de décevoir. On peut alors juger Ferreri désinvolte, nonchalant, voire franchement je-m'en-foutiste : c'est qu'il n'est pas un religieux du désir.

      Parlant de Journal d'un vice, on a eu raison d'en comparer les scènes à des ritournelles, car si les choses se répètent, cela se fait sans que jamais on atteigne à un art de la répétition, sans que jamais on touche à la Répétition. Il y a à cela, je crois, une explication : la Mise-en-scène, en tant que mise en ordre consolerait trop aisément, en se prenant elle-même pour sujet comme cela arrive fréquemment, d'un monde qui, lui, a perdu le nord. La défaite de l'homme se trouverait miraculeu­sement rachetée par l'ivresse du rituel et de la maîtrise cinématographique. C'est contraire au cinéma de Ferreri qui, jusque dans sa forme même, accompagne les errements de l'homme.

      Emmanuel Burdeau, Cahiers du cinéma n°515, juillet-août 1997

      Hommage à Marco Ferreri, Villerupt octobre 1997

    • Réalisation
      Marco Ferreri
    • Scénario
      Liliana Betti, Marco Ferreri, Ricardo Ghione
    • Image
      Mario Vulpiani
    • Montage
      Ruggero Mastroianni
    • Musique
      Gato Barbieri
    • Producteur (s)
      Vittorio Alliata
    • Productions
      Societa Olografica Italiana
    • Interprètes
      Jerry Cala, Sabrina Ferilli, Valentino Macchi, Letizia Ranieri, Anna Duska Bisconti, Cinzia Monreale, Bedy Moratti, Luciana de Falco, Doriana Bianchi
    • Année
      1992
    • Durée
      1h 30
    • Pays de production
      italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom