GUARDAMI

0h 1min
1999
Story of GUARDAMI
GUARDAMI

Nina est une star du porno. Pour elle, c’est un métier comme un autre, une activité qui correspond à une demande du marché. Elle est mère d’une petite fille et elle a une histoire d’amour avec Cristiana, la rédactrice d’une revue hard. Leur relation n’est pas sans nuages, mais elles ont besoin l’une de l’autre pour se protéger de la solitude.

Lors d’une visite médicale de routine on lui détecte un cancer et sa vie bascule. Elle se sent trahie par son corps qui est son outil de travail. Elle se soigne. À l’hôpital, elle fait la connaissance de Flavio, lui aussi atteint d’un cancer. Ils se plaisent et commencent à se fréquenter. Ce n’est pas encore de l’amour, mais ça commence à y ressembler. Nina, toutefois, n’entend pas pour autant arrêter de travailler. Elle demande même à Flavio de l’accompagner sur les tournages. Lors d’une nouvelle visite de contrôle, Nia paraît en voie de guérison, Flavio, au contraire, est condamné. Nina lui offre ses derniers instants d’intimité.

 

On se demande vraiment pourquoi un tel film a été boudé par le public italien et éreinté par la quasi totalité de la critique. Il semble bien que présenter le porno sur des écrans soi-disant normaux peut apparaître soit comme une opération documentaire, soit comme une provocation. Raconter le monde du porno sans porter sur lui un regard morbide, mais en adoptant le point de vue d’une de ses protagonistes, c'est-à-dire en évitant tout jugement moralisateur, n’a rien à voir avec de la pornographie gratuite.

Mais c’est peut-être justement le manque de jugement moral qui dérange, littéralement, la conscience du public et des critiques – qui partagent souvent les mêmes préjugés esthétiques. Si le film a une limite, elle est en fait dans l’équilibre difficile entre fiction et documentaire, ce qui est peut-être dû aux sources biographiques (la vie de Moana Pozzi) qui imposent au réalisateur un certain pathos, aux antipodes du style fragmentaire et détaché qui lui convient bien mieux.

Maurizio Fantoni Minnella, spietati.it

    • GUARDAMI

      Nina est une star du porno. Pour elle, c’est un métier comme un autre, une activité qui correspond à une demande du marché. Elle est mère d’une petite fille et elle a une histoire d’amour avec Cristiana, la rédactrice d’une revue hard. Leur relation n’est pas sans nuages, mais elles ont besoin l’une de l’autre pour se protéger de la solitude.

      Lors d’une visite médicale de routine on lui détecte un cancer et sa vie bascule. Elle se sent trahie par son corps qui est son outil de travail. Elle se soigne. À l’hôpital, elle fait la connaissance de Flavio, lui aussi atteint d’un cancer. Ils se plaisent et commencent à se fréquenter. Ce n’est pas encore de l’amour, mais ça commence à y ressembler. Nina, toutefois, n’entend pas pour autant arrêter de travailler. Elle demande même à Flavio de l’accompagner sur les tournages. Lors d’une nouvelle visite de contrôle, Nia paraît en voie de guérison, Flavio, au contraire, est condamné. Nina lui offre ses derniers instants d’intimité.

       

      On se demande vraiment pourquoi un tel film a été boudé par le public italien et éreinté par la quasi totalité de la critique. Il semble bien que présenter le porno sur des écrans soi-disant normaux peut apparaître soit comme une opération documentaire, soit comme une provocation. Raconter le monde du porno sans porter sur lui un regard morbide, mais en adoptant le point de vue d’une de ses protagonistes, c'est-à-dire en évitant tout jugement moralisateur, n’a rien à voir avec de la pornographie gratuite.

      Mais c’est peut-être justement le manque de jugement moral qui dérange, littéralement, la conscience du public et des critiques – qui partagent souvent les mêmes préjugés esthétiques. Si le film a une limite, elle est en fait dans l’équilibre difficile entre fiction et documentaire, ce qui est peut-être dû aux sources biographiques (la vie de Moana Pozzi) qui imposent au réalisateur un certain pathos, aux antipodes du style fragmentaire et détaché qui lui convient bien mieux.

      Maurizio Fantoni Minnella, spietati.it

    • Réalisation
      Davide Ferrario
    • Scenario
      Davide Ferrario
    • Image
      Giovanni Cavallini
    • Montage
      Claudio Cormio
    • Musique
      Giorgio Canali
    • Producer (s)
      Alessandro Giachetti, Giuseppe Perugia, Piero Amati
    • Productions
      Trio Film
    • Interprètes
      Elisabetta Cavallotti, Stefania Orsola Garello, Flavio Insinna, Gianluca Gobbi, Yorgo Voyagis, Claudio Spadaro, Luis Molteni, Augusto Zucchi, Antonio Luigi Grimaldi
    • Année
      1999
    • Durée
      1h 35
    • Pays de production
      Italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom