I TEMPI FELICI VERRANNO PRESTO

I TEMPI FELICI VERRANNO PRESTO

BIENTÔT LES JOURS HEUREUX

Alessandro Comodin

0h 1min
2021
Story of I TEMPI FELICI VERRANNO PRESTO
I TEMPI FELICI VERRANNO PRESTO BIENTÔT LES JOURS HEUREUX

Tommaso (Erikas Sizonovas) et Arturo (Luca Bernardi) sont en fuite et trouvent un abri dans la forêt. Libres, ils réaprennent la vie par ses gestes les plus simples : la cueillette et la chasse pour se nourrir, l’eau claire d’un torrent pour se baigner et un rocher pour se prélasser au soleil. Mais tout espace est peuplé de gens du lieu et celui qui arrive, l’autre, est toujours une menace qu’il faut éliminer.

Cette forêt est marquée par une légende, celle du loup féroce, l’ennemi, l’autre, qui devient doux et plein d’égards pour la chèvre blanche lorsqu’il la capture. Ariane (Sabrina Seyvecou) vit dans la communauté des hommes mais cette légende la fascine. Malgré le danger, elle part dans la forêt où elle trouve Tommaso.

 

« Mon souhait était très simple : filmer des jeunes gens en fuite. C’était donc aussi un désir très compliqué : qu’est-ce que ça signifie de filmer des gens en fuite ? Je voyais des jeunes fuyant quelque chose d’à la fois très concret - une motivation essentielle - et abstrait : le geste primitif de courir, de s’échapper, qui a aussi une charge plus romanesque. Je crois que le film est une variation sur le thème de la fuite, cet instinct de vouloir rompre avec le monde, avec les structures du social qui nous contiennent et nous contraignent. […]

La caméra est mon seul instrument de direction d’acteur, tout se passe en relation avec la façon dont je filme. Si je ne cadre pas je ne sais pas quoi faire, ou bien j’entre dans une démarche qui ne m’intéresse pas - répéter 15 fois une scène, travailler la psychologie… Après il s’agit d’une action, il faut l’assumer, alors je me suis amusé à faire des tableaux en plan fixe, des travellings, des plans larges, mais ce qui m’intéresse est de me mettre en quête d’une étincelle, d’un instant de grâce. »

Alessandro Comodin, Dossier de presse

    • I TEMPI FELICI VERRANNO PRESTO

      BIENTÔT LES JOURS HEUREUX

      Tommaso (Erikas Sizonovas) et Arturo (Luca Bernardi) sont en fuite et trouvent un abri dans la forêt. Libres, ils réaprennent la vie par ses gestes les plus simples : la cueillette et la chasse pour se nourrir, l’eau claire d’un torrent pour se baigner et un rocher pour se prélasser au soleil. Mais tout espace est peuplé de gens du lieu et celui qui arrive, l’autre, est toujours une menace qu’il faut éliminer.

      Cette forêt est marquée par une légende, celle du loup féroce, l’ennemi, l’autre, qui devient doux et plein d’égards pour la chèvre blanche lorsqu’il la capture. Ariane (Sabrina Seyvecou) vit dans la communauté des hommes mais cette légende la fascine. Malgré le danger, elle part dans la forêt où elle trouve Tommaso.

       

      « Mon souhait était très simple : filmer des jeunes gens en fuite. C’était donc aussi un désir très compliqué : qu’est-ce que ça signifie de filmer des gens en fuite ? Je voyais des jeunes fuyant quelque chose d’à la fois très concret - une motivation essentielle - et abstrait : le geste primitif de courir, de s’échapper, qui a aussi une charge plus romanesque. Je crois que le film est une variation sur le thème de la fuite, cet instinct de vouloir rompre avec le monde, avec les structures du social qui nous contiennent et nous contraignent. […]

      La caméra est mon seul instrument de direction d’acteur, tout se passe en relation avec la façon dont je filme. Si je ne cadre pas je ne sais pas quoi faire, ou bien j’entre dans une démarche qui ne m’intéresse pas - répéter 15 fois une scène, travailler la psychologie… Après il s’agit d’une action, il faut l’assumer, alors je me suis amusé à faire des tableaux en plan fixe, des travellings, des plans larges, mais ce qui m’intéresse est de me mettre en quête d’une étincelle, d’un instant de grâce. »

      Alessandro Comodin, Dossier de presse

    • Réalisation
      Alessandro Comodin
    • Scénario
      Alessandro Comodin, Milena Magnani
    • Image
      Tristan Bordmann
    • Montage
      Alessandro Comodin, João Nicolau
    • Musique
      VVAA
    • Producteur (s)
      Paolo Benzi, Thomas Ordonneau, Remi Burah, Olivier Père
    • Productions
      Okta Film et Shellac Sud, Rai Cinema, en coproduction avec Arte France Cinéma, avec la contribution du MiBACT, le Fonds d’aide au développement de la coproduction d’œuvres cinématographiques franco-italiennes, en partenariat avec le CNC
    • Distribution France
      Shellac
    • Interprètes
      Sabrina Seyvecou, Erikas Sizonovas, Luca Bernardi, Marco Giordana, Carlo Rigoni, Paolo Viano, Marinella Cichello
    • Année
      2016
    • Durée
      1h 40
    • Pays de production
      Italie, France
    • Format
      VOST
    • Citation
      La prochaine fois que tu cries je te tue. Je te jette dans le trou et adieu.
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom