IL BENE MIO

IL BENE MIO

Pippo Mezzapesa

0h 1min
2021
Story of IL BENE MIO
IL BENE MIO Provvidenza est un petit village du sud de l’Italie, perché sur une colline, qui a subi un fort tremblement de terre il y a plusieurs années. Plutôt que de consolider les édifices branlants, les autorités ont préféré bâtir Provvidenza Nuova quelques kilomètres plus bas et les habitants s’y sont transférés. Tous ? Non. Elia (Sergio Rubini), seul avec ses souvenirs, continue d’habiter dans sa maison et résiste à toutes les injonctions de ses amis. Cet irréductible devient même une attraction touristique ! Son ami Gesualdo (Dino Abbrescia) qui a une petite entreprise de cars de tourisme ne manque pas d’amener les visiteurs étrangers jusque sur la place où Elia raconte la vie passée du village. Un soir Elia sent une présence qui rôde autour de lui. On commence à se demander s’il n’est pas devenu fou lorsqu’il prétend qu’il s’agit d’une femme ! Mais Elia finit par la dénicher : c’est Noor (Sonya Mellah), une clandestine qui a fui le Moyen-Orient et qui veut rejoindre sa sœur établie en France.   « J’ai toujours ressenti un certain trouble à la vue des villages fantômes avec leurs maisons abandonnées et leurs rues désertes que ne parcourt que l’écho d’un passé évanoui. Et j’éprouve une fascination tout aussi forte pour ceux qui s’instaurent gardiens de ces lieux oubliés et trahis. C’est pour ces motifs que j’ai décidé de raconter l’histoire d’Elia, le dernier des habitants de Provvidenza, sa résistance, son obstination dans la tentative de redonner vie à une communauté désagrégée. Les lumières de la ville nouvelle brillent à l’horizon, comme autant d’invites à se résigner et à entrer dans le moule. Mais pour Elia la mémoire est fondamentale et il ne sert à rien de fuir pour guérir de ses blessures. » Pippo Mezzapesa, Dossier de presse   Pippo Mezzapesa (Bitonto - Bari, 1980) aborde le cinéma en autodidacte par le biais du court-métrage à partir de 2001 et du documentaire (2008), deux genres cinématographiques qu’il n’abandonne pas après avoir réalisé Il paese delle spose infelici - Annalisa (2011) son premier long-métrage de fiction. Comme ses précédentes réalisations, Il bene mio a pour cadre les Pouilles, sa région.
    • IL BENE MIO

      Provvidenza est un petit village du sud de l’Italie, perché sur une colline, qui a subi un fort tremblement de terre il y a plusieurs années. Plutôt que de consolider les édifices branlants, les autorités ont préféré bâtir Provvidenza Nuova quelques kilomètres plus bas et les habitants s’y sont transférés. Tous ? Non. Elia (Sergio Rubini), seul avec ses souvenirs, continue d’habiter dans sa maison et résiste à toutes les injonctions de ses amis. Cet irréductible devient même une attraction touristique ! Son ami Gesualdo (Dino Abbrescia) qui a une petite entreprise de cars de tourisme ne manque pas d’amener les visiteurs étrangers jusque sur la place où Elia raconte la vie passée du village. Un soir Elia sent une présence qui rôde autour de lui. On commence à se demander s’il n’est pas devenu fou lorsqu’il prétend qu’il s’agit d’une femme ! Mais Elia finit par la dénicher : c’est Noor (Sonya Mellah), une clandestine qui a fui le Moyen-Orient et qui veut rejoindre sa sœur établie en France.

       

      « J’ai toujours ressenti un certain trouble à la vue des villages fantômes avec leurs maisons abandonnées et leurs rues désertes que ne parcourt que l’écho d’un passé évanoui. Et j’éprouve une fascination tout aussi forte pour ceux qui s’instaurent gardiens de ces lieux oubliés et trahis. C’est pour ces motifs que j’ai décidé de raconter l’histoire d’Elia, le dernier des habitants de Provvidenza, sa résistance, son obstination dans la tentative de redonner vie à une communauté désagrégée. Les lumières de la ville nouvelle brillent à l’horizon, comme autant d’invites à se résigner et à entrer dans le moule. Mais pour Elia la mémoire est fondamentale et il ne sert à rien de fuir pour guérir de ses blessures. »

      Pippo Mezzapesa, Dossier de presse

       

      Pippo Mezzapesa (Bitonto - Bari, 1980) aborde le cinéma en autodidacte par le biais du court-métrage à partir de 2001 et du documentaire (2008), deux genres cinématographiques qu’il n’abandonne pas après avoir réalisé Il paese delle spose infelici - Annalisa (2011) son premier long-métrage de fiction. Comme ses précédentes réalisations, Il bene mio a pour cadre les Pouilles, sa région.

    • Réalisation
      Pippo Mezzapesa
    • Scénario
      Antonella Gaeta, Massimo De Angelis, Pippo Mezzapesa
    • Image
      Giorgio Giannoccaro
    • Montage
      Andrea Facchini
    • Musique
      Gabriele Panico, Franco Eco
    • Producteur (s)
      Cesare Fragnelli
    • Productions
      Altre Storie, Rai Cinema, avec la contribution du MiBACT, avec le soutien de Regione Lazio, de Regione Puglia, de l’Union Européenne et de Apulia Film Commission
    • Vente à l’étranger
      True Colors
    • Interprètes
      Sergio Rubini, Sonya Mellah, Dino Abbrescia, Francesco De Vito, Teresa Saponangelo, Michele Sinisi, Caterina Valente
    • Année
      2018
    • Durée
      1h 35
    • Pays de production
      Italie
    • Format
      VOSTF
    • Citation
      Maria disait qu’à Provvidenza il n’arriverait jamais rien. Elle se trompait.
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom