IL COMANDANTE E LA CICOGNA

0h 1min
2021
Story of IL COMANDANTE E LA CICOGNA
IL COMANDANTE E LA CICOGNA Leo (Valerio Mastandrea) est veuf, mais sa femme Teresa (Claudia Gerini) lui rend de fréquentes visites nocturnes pour l’inciter à aller de l’avant. C’est que la vie n’est pas forcément facile pour ce plombier qui a deux grands enfants, Maddalena (Serena Pinto) et Elia (Luca Dirodi), qui élève en secret une cigogne. Pas facile non plus la vie de Diana (Alba Rohrwacher) : elle est peintre, mais sa peinture ne lui permet même pas de payer le loyer à son propriétaire, Amanzio (Giuseppe Battiston), qui erre dans la ville dans l’espoir de la moraliser. Il rencontre Elia et ils deviennent amis. Leo rencontre Diana dans le cabinet de l’avocat Malaffano (Luca Zingaretti) qu’il vient consulter car une vidéo érotique de Maddalena circule sur internet. Du haut de son piédestal, Garibaldi commente toute cette agitation. Il est vrai qu’il en a vu d’autres…   « Après Giorni e nuvole et Cosa voglio di più qui étaient deux films dramatiques, j’ai eu envie de retrouver un peu de légèreté et d’ironie. C’est ainsi qu’est né le projet de Il Comandante e la cicogna. Pendant l’écriture du scénario, Doriana Leondeff, Marco Pettenello et moi partagions la même impression. Le climat qui régnait en Italie nous faisait sentir comme englués dans une sorte de bouillasse sans avoir la moindre idée de comment en sortir. On est encore en plein dedans, même si quelque chose semble bouger, mais à ce moment-là ouvrir un journal le matin ça coupait les jambes, c’était triste comme sensation. C’est pourquoi j’ai essayé de représenter la réalité en prenant une certaine distance et j’ai voulu mettre dans mon film toute l’énergie dont on me privait. De mes films, c’est le plus pétillant et le plus surréaliste. J’espère transmettre aux spectateurs un peu d’énergie positive. Malgré ce ronchon de Garibaldi. » Silvio SOLDINI, propos recueillis par Maria Pia FUSCO, la Repubblica, 29 septembre 2012
 
    • IL COMANDANTE E LA CICOGNA

      Leo (Valerio Mastandrea) est veuf, mais sa femme Teresa (Claudia Gerini) lui rend de fréquentes visites nocturnes pour l’inciter à aller de l’avant. C’est que la vie n’est pas forcément facile pour ce plombier qui a deux grands enfants, Maddalena (Serena Pinto) et Elia (Luca Dirodi), qui élève en secret une cigogne. Pas facile non plus la vie de Diana (Alba Rohrwacher) : elle est peintre, mais sa peinture ne lui permet même pas de payer le loyer à son propriétaire, Amanzio (Giuseppe Battiston), qui erre dans la ville dans l’espoir de la moraliser. Il rencontre Elia et ils deviennent amis. Leo rencontre Diana dans le cabinet de l’avocat Malaffano (Luca Zingaretti) qu’il vient consulter car une vidéo érotique de Maddalena circule sur internet.
      Du haut de son piédestal, Garibaldi commente toute cette agitation. Il est vrai qu’il en a vu d’autres…

       

      « Après Giorni e nuvole et Cosa voglio di più qui étaient deux films dramatiques, j’ai eu envie de retrouver un peu de légèreté et d’ironie. C’est ainsi qu’est né le projet de Il Comandante e la cicogna. Pendant l’écriture du scénario, Doriana Leondeff, Marco Pettenello et moi partagions la même impression. Le climat qui régnait en Italie nous faisait sentir comme englués dans une sorte de bouillasse sans avoir la moindre idée de comment en sortir. On est encore en plein dedans, même si quelque chose semble bouger, mais à ce moment-là ouvrir un journal le matin ça coupait les jambes, c’était triste comme sensation. C’est pourquoi j’ai essayé de représenter la réalité en prenant une certaine distance et j’ai voulu mettre dans mon film toute l’énergie dont on me privait. De mes films, c’est le plus pétillant et le plus surréaliste. J’espère transmettre aux spectateurs un peu d’énergie positive. Malgré ce ronchon de Garibaldi. »
      Silvio SOLDINI,
      propos recueillis par Maria Pia FUSCO, la Repubblica, 29 septembre 2012

       

    • Réalisation
      Silvio Soldini
    • Scénario
      Doriana Leondeff, Marco Pettenello, Silvio Soldini
    • Image
      Ramiro Civita
    • Montage
      Carlotta Cristiani
    • Musique
      Banda Osiris
    • Producteur (s)
      Lionello Cerri, Andres Pfaeffli, Elda Guidinetti
    • Productions
      Lumiere & Co., Ventura Film, RSI-Radiotelevisione Svizzera, SRG SSR idée suisse
    • Vente à l’étranger
      Intramovies
    • Interprètes
      Valerio Mastandrea, Alba Rohrwacher, Giuseppe Battiston, Claudia Gerini, Luca Dirodi, Luca Zingaretti, Maria Paiato, Michele Maganza
    • Année
      2012
    • Durée
      1h 48
    • Pays de production
      Italie, Suisse
    • Format
      VOST
    • Citation
      Vous ne viendrez pas vous plaindre si à 18 ans il vous découpe avec une hache et qu’il jette les morceaux dans une poubelle.
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom