299

IL CUORE GRANDE DELLE RAGAZZE

LE GRAND CŒUR DES FEMMES

Pupi Avati

0h 1min
2021
Story of IL CUORE GRANDE DELLE RAGAZZE
IL CUORE GRANDE DELLE RAGAZZE LE GRAND CŒUR DES FEMMES Au début des années 1930, dans un petit village d'Emilie, vit une famille dont l'un des fils, Carlino (Cesare Cremonini), séduit toutes les femmes. Mais c'est un individu en qui on ne peut avoir confiance et aucun père ne voudrait lui donner sa fille. À moins que vraiment personne n'en veuille. Dans ce village vit aussi une famille de riches propriétaires. Sisto Osti (Gianni Cavina) est veuf et a deux filles qui n'ont jamais eu le moindre prétendant... Il voudrait bien s'en déarasser, surtout depuis qu'il vit avec Rosalia (Manuela Morabito), une ancienne postière qui a elle aussi une fille, Francesca (Micaela Ramazzotti) qui fait ses études à Rome. Un entremetteur rencontre les parents de Carlino et négocie son mariage avec l'une d'entre elles. Il n'aura qu'à choisir. En récompense, une moto neuve pour lui et un contrat de métayage pour la famille. Carlino commence ses visites sans arriver à se décider. Un beau jour Francesca rentre de Rome. Carlino la voit et tous les plans sont bouleversés.   Avati revient souvent à ces récits situés dans les années trente ou quarante et qui mettent en scène des mœurs paysannes. Dans cet univers un peu fané ou la nostalgie a sa part de séduction, il décrit les élans du cœur et la violence du désir. Puissant dans ses souvenirs familiaux et ses émotions privées, Avati bâtit un univers de filles à marier et maris coureurs de jupons, de solides ménagères. Certes, il y a parfois un peu de répétitivité dans ces évocations d'un temps révolu, parfois le trait se fait un peu épais. Mais il y a tant de conviction dans la mise en scène que l'on finit par se laisser prendre au charme des images, de la lumière, de la musique (signée ici par un ami de jeunesse avec qui il jouait de la clarinette, Lucio Dalla). Avati est un cinéaste de terroir qui sait faire revivre comme personne l'atmosphère d'un banquet ou d'une veillée funèbre. Une odeur de draps empilés dans une armoire lorsqu'on ouvre les battants. Par ailleurs, Avati a le gout des acteurs, s'appuyant sur de vieilles connaissances (Gianni Cavina, Massimo Bonetti) et de nouveaux visages qu'il avive de son talent (Micaela Ramazzotti, Andrea Roncato). Jean A. Gili, Positif n°616, juin 2012
 
    • IL CUORE GRANDE DELLE RAGAZZE

      LE GRAND CŒUR DES FEMMES

      Au début des années 1930, dans un petit village d'Emilie, vit une famille dont l'un des fils, Carlino (Cesare Cremonini), séduit toutes les femmes. Mais c'est un individu en qui on ne peut avoir confiance et aucun père ne voudrait lui donner sa fille. À moins que vraiment personne n'en veuille.

      Dans ce village vit aussi une famille de riches propriétaires. Sisto Osti (Gianni Cavina) est veuf et a deux filles qui n'ont jamais eu le moindre prétendant... Il voudrait bien s'en déarasser, surtout depuis qu'il vit avec Rosalia (Manuela Morabito), une ancienne postière qui a elle aussi une fille, Francesca (Micaela Ramazzotti) qui fait ses études à Rome.

      Un entremetteur rencontre les parents de Carlino et négocie son mariage avec l'une d'entre elles. Il n'aura qu'à choisir. En récompense, une moto neuve pour lui et un contrat de métayage pour la famille.

      Carlino commence ses visites sans arriver à se décider. Un beau jour Francesca rentre de Rome. Carlino la voit et tous les plans sont bouleversés.

       

      Avati revient souvent à ces récits situés dans les années trente ou quarante et qui mettent en scène des mœurs paysannes. Dans cet univers un peu fané ou la nostalgie a sa part de séduction, il décrit les élans du cœur et la violence du désir. Puissant dans ses souvenirs familiaux et ses émotions privées, Avati bâtit un univers de filles à marier et maris coureurs de jupons, de solides ménagères. Certes, il y a parfois un peu de répétitivité dans ces évocations d'un temps révolu, parfois le trait se fait un peu épais. Mais il y a tant de conviction dans la mise en scène que l'on finit par se laisser prendre au charme des images, de la lumière, de la musique (signée ici par un ami de jeunesse avec qui il jouait de la clarinette, Lucio Dalla). Avati est un cinéaste de terroir qui sait faire revivre comme personne l'atmosphère d'un banquet ou d'une veillée funèbre. Une odeur de draps empilés dans une armoire lorsqu'on ouvre les battants. Par ailleurs, Avati a le gout des acteurs, s'appuyant sur de vieilles connaissances (Gianni Cavina, Massimo Bonetti) et de nouveaux visages qu'il avive de son talent (Micaela Ramazzotti, Andrea Roncato).

      Jean A. Gili, Positif n°616, juin 2012

       

    • Réalisation
      Pupi Avati
    • Scénario
      Pupi Avati
    • Image
      Pasquale Rachini
    • Montage
      Amedeo Salfa
    • Musique
      Lucio Dalla
    • Producteur (s)
      Antonio Avati
    • Productions
      DueA Film, Medusa Film, Sky Cinema
    • Distribution France
      Les Films de l'Astre
    • Vente à l’étranger
      Filmexport Group
    • Interprètes
      Micaela Ramazzotti, Cesare Cremonini, Gianni Cavina, Sydne Rome, Andrea Roncato, Massimo Bonetti, Erica Blanc, Manuela Morabito, Gisella Sofio
    • Année
      2011
    • Durée
      1h 25
    • Pays de production
      Italie
    • Format
      VOST
    • Citation
      Pourquoi je dois me fagoter comme ça pour deux vieilles chouettes ?
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom