L'EMPIRE DES RASTELLI

IL GIOIELLINO

0h 1min
2021
Story of IL GIOIELLINO
IL GIOIELLINO L'EMPIRE DES RASTELLI Ernesto Botta (Toni Servillo) est le comptable de Leda, une grande entreprise agroalimentaire. Son fondateur, Amanzio Rastelli (Remo Girone) a placé des proches aux postes de direction et l’entreprise s’est lancée avec une certaine désinvolture à la conquête des marchés internationaux. La famille cultive toute la symbolique du succès : un club de football, des voitures de sport, des sponsorisations de prestige. Le groupe s’endette. Mais Botta veille. Il use de toutes les ficelles de son art pour truquer les comptes. Il se lance dans une fuite en avant, mais il ne parvient pas à éviter la catastrophe.   Librement inspiré de la faillite de la société Parmalat de la famille Tanzi, avec son comptable Tonna. « J’ai voulu raconter le capitalisme qui nous berne avec ses histoires de ‘valeurs’. » (Andrea Molaioli) Les auteurs déclarent qu'ils n'ont pas voulu imiter le modèle du film-enquête cher à Francesco Rosi (Salvatore Giuliano, Main basse sur la ville), mais qu'ils ont fait justement ce que ce modèle ne prévoit pas. Nous avons voulu raconter des personnages, disent-ils, et approfondir des psychologies. Ils ont ainsi privilégié une vision qui renforce le contraste entre le marché globalisé un et groupe de provinciaux. Ce sont des gens sans grande culture (au mieux, des comptables), provinciaux par leur histoire et leur formation, marqués par un attachement maniaque au travail, entendu comme don de soi et esprit de sacrifice dérivant des humbles origines d'une entreprise qui n'a pas toujours été un colosse. D'où  la témérité de leur défi au marché mondial. Les auteurs parlent d'eux comme d'un groupe de joueurs de café du  commerce  qui se sont  lancés dans  un grand bluff à une table que leurs maigres ressources auraient  dû leur interdire.  Des gens qui ont  fait beaucoup  de dégâts et qui en ont entraîné  beaucoup  d'autres  dans leur chute simplement parce qu'ils n'étaient  pas à la hauteur,  par prétention. Paolo D'Agostini, la Repubblica, 2 mars 2011   « Le krach Parmalat devient un thriller tout à fait passionnant. » (Libero)    
    • IL GIOIELLINO

      L'EMPIRE DES RASTELLI

      Ernesto Botta (Toni Servillo) est le comptable de Leda, une grande entreprise agroalimentaire. Son fondateur, Amanzio Rastelli (Remo Girone) a placé des proches aux postes de direction et l’entreprise s’est lancée avec une certaine désinvolture à la conquête des marchés internationaux. La famille cultive toute la symbolique du succès : un club de football, des voitures de sport, des sponsorisations de prestige. Le groupe s’endette. Mais Botta veille. Il use de toutes les ficelles de son art pour truquer les comptes. Il se lance dans une fuite en avant, mais il ne parvient pas à éviter la catastrophe.

       

      Librement inspiré de la faillite de la société Parmalat de la famille Tanzi, avec son comptable Tonna.

      « J’ai voulu raconter le capitalisme qui nous berne avec ses histoires de ‘valeurs’. » (Andrea Molaioli)

      Les auteurs déclarent qu'ils n'ont pas voulu imiter le modèle du film-enquête cher à Francesco Rosi (Salvatore Giuliano, Main basse sur la ville), mais qu'ils ont fait justement ce que ce modèle ne prévoit pas.

      Nous avons voulu raconter des personnages, disent-ils, et approfondir des psychologies. Ils ont ainsi privilégié une vision qui renforce le contraste entre le marché globalisé un et groupe de provinciaux. Ce sont des gens sans grande culture (au mieux, des comptables), provinciaux par leur histoire et leur formation, marqués par un attachement maniaque au travail, entendu comme don de soi et esprit de sacrifice dérivant des humbles origines d'une entreprise qui n'a pas toujours été un colosse. D'où  la témérité de leur défi au marché mondial. Les auteurs parlent d'eux comme d'un groupe de joueurs de café du  commerce  qui se sont  lancés dans  un grand bluff à une table que leurs maigres ressources auraient  dû leur interdire.  Des gens qui ont  fait beaucoup  de dégâts et qui en ont entraîné  beaucoup  d'autres  dans leur chute simplement parce qu'ils n'étaient  pas à la hauteur,  par prétention.

      Paolo D'Agostini, la Repubblica, 2 mars 2011

       

      « Le krach Parmalat devient un thriller tout à fait passionnant. » (Libero)

       

       

    • Scenario
      Andrea Molaioli,, Ludovica Rampoldi, Gabriele Romagnolli
    • Image
      Luca Bigazzi
    • Montage
      Giogio Franchini
    • Musique
      Teho Teardo
    • Producer (s)
      Francesca Cima, Nicola Giuliano, Fabio Conversi
    • Productions
      Indigo Film, Babe Film, Rai Cinema, avec la contribution du MiBAC, avec le soution de Film Commission Torino Piemonte
    • Distribution France
      Bellissima Films
    • Interprètes
      Toni Servillo, Remo Girone, Sarah Felberbaum, Fausto Sciarappa, Lino Giuanciale, Vanessa Compagnucci, Renato Carpentieri
    • Année
      2011
    • Durée
      1h50
    • Pays de production
      Italie, France
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom