IL GIOVEDI

IL GIOVEDI

0h 1min
1964
Story of IL GIOVEDI
IL GIOVEDI Dans Rome en proie du vertige du miracle économique, Dino Versini survit en se débrouillant comme il peut. L'argent circule beaucoup, mais ne s'arrête jamais dans sa poche. Sa femme l'a quille depuis quelques années et a refait sa vie avec un homme riche. Robertino, son fils.vit avec eux et a une vie que jamais son père ne pourrait lui offrir. Le hasard amène Robertino et sa mère à Rome, C'est L'occasion pour Dino de passer une journée avec son fils, mais il craint Je regard que Robertino ne manquera pas de porter sur ses échecs. Pendant tout ce jeudi, il essaie de jouer devant son fils le personnage d'un homme auquel tout sourit Mais Robertino n'est pas dupe   Mélange  subtil de mélancolie et d'attitudes pathétiques, le film adhère aux gestes, aux phrases, aux impulsions d'an quadragénaire plutôt débauché, un raté, beaucoup plus enfantin que son fils. Dino Versini n'a rien  à enseigner et est contraint de vanter un train de vie (la grosse voiture américaine, les amitiés importantes) qu'il ne peut même pas imaginer de pouvoir assumer...   Peu à peu la canaillerie s'estompe dans la sincérité, le vitalisme apparent  rompt les digues, tout se colore en demi-teintes crépusculaires plus humaines. Loin des illusions mirobolantes du miracle économique, ayant redécouvert presque par hasard le fil de la confidence, le protagoniste pénètre dans un futur peu lumineux (dans les derniers photogrammes, on le voit littéralement dans l'obscurité), mais enrichi par l'amour de son fils. La fragilité de la solution est déjà implicite dans l’idée elle-même : un seul jeudi bureaucratique de quartier libre après neuf ans de fuite a pu éclaircir le domaine des équivoque  mais n’à pu garantir les magnifiques destinées progressives de l'Homme. Valerio Caprara, Dino Risi, Gremese International, 1993
    • IL GIOVEDI

      Dans Rome en proie du vertige du miracle économique, Dino Versini survit en se débrouillant comme il peut. L'argent circule beaucoup, mais ne s'arrête jamais dans sa poche. Sa femme l'a quille depuis quelques années et a refait sa vie avec un homme riche. Robertino, son fils.vit avec eux et a une vie que jamais son père ne pourrait lui offrir.

      Le hasard amène Robertino et sa mère à Rome, C'est L'occasion pour Dino de passer une journée avec son fils, mais il craint Je regard que Robertino ne manquera pas de porter sur ses échecs. Pendant tout ce jeudi, il essaie de jouer devant son fils le personnage d'un homme auquel tout sourit Mais Robertino n'est pas dupe

       

      Mélange  subtil de mélancolie et d'attitudes pathétiques, le film adhère aux gestes, aux phrases, aux impulsions d'an quadragénaire plutôt débauché, un raté, beaucoup plus enfantin que son fils. Dino Versini n'a rien  à enseigner et est contraint de vanter un train de vie (la grosse voiture américaine, les amitiés importantes) qu'il ne peut même pas imaginer de pouvoir assumer...

       

      Peu à peu la canaillerie s'estompe dans la sincérité, le vitalisme apparent  rompt les digues, tout se colore en demi-teintes crépusculaires plus humaines. Loin des illusions mirobolantes du miracle économique, ayant redécouvert presque par hasard le fil de la confidence, le protagoniste pénètre dans un futur peu lumineux (dans les derniers photogrammes, on le voit littéralement dans l'obscurité), mais enrichi par l'amour de son fils. La fragilité de la solution est déjà implicite dans l’idée elle-même : un seul jeudi bureaucratique de quartier libre après neuf ans de fuite a pu éclaircir le domaine des équivoque  mais n’à pu garantir les magnifiques destinées progressives de l'Homme.

      Valerio Caprara, Dino Risi, Gremese International, 1993

    • Réalisation
      Dino Risi
    • Scénario
      Dino Risi; Castellano et Pipolo
    • Image
      Aflio Contini
    • Montage
      Gisa Radicchil Levi
    • Musique
      Armando Trovajoli
    • Producteur (s)
      Isidoro Broggi, Renato Libassi, Marcello Girosi
    • Productions
      DDL, Center Film
    • Interprètes
      Walter Chiari, Michèle Mercier, Roberto Ciccolini, Umberto D’Orsi, Alice Kessler, Ellen Kessler, Emma Baron, Carol Walker, Silvio Bagolini, Milena Vukotic
    • Année
      1964
    • Durée
      1h 50
    • Pays de production
      Italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom