IL TRASFORMISTA

0h 1min
2021
Story of IL TRASFORMISTA
IL TRASFORMISTA Lors de fortes inondations qui dévastent les alentours de Turin, les déchets toxiques d'une décharge viennent à la surface. Copropriétaire d'une brasserie et engagé dans la défense de l'environ­nement, Augusto Viganô, la quarantaine, bloque avec un groupe d'amis le train sur lequel voyage le ministre Antonelli. Le politicien, qui désire plus que tout donner l'image d'un homme disponible, accepte d'écouter les plaintes des mani­festants accompagné par son conseiller Orlando Lanzetta. Escorté par Viganô jusqu'à la décharge il voit par lui même (sous l'œil des caméras de télévision) que des substances sortent des bidons. Les préoccupations pour la santé de la population sont donc plus que justifiées. Interviewé en direct à la télévision, Viganô est remarqué par un politicien véreux intéressé à le faire élire sur ses listes pour en faire un homme à lui. Viganô l'idéaliste, disposé à tout pour protéger l'envi­ronnement, accepte l'offre. C'est ainsi que commence son périple romain, entre sombres tractations de palais, trahisons et rencontres clan­destines entre politiciens de partis opposés. Un univers politique figé, où rien ne change et où les urgences restent éternellement des "ordres du jour". C'est une découverte amère des plus hautes sphères politiques de l'état pour cet homme droit qui tente de faire une loi pour résoudre les problèmes de son village. Rapidement, cependant, il accepte les premiers compromis politiques et fréquente les salons et les palais élégants et dangereux de la capi­tale, où se fait la "vraie" politique. C'est dans un de ces palais qu'il rencontre Catherine dont il tombe amoureux. Petit à petit il oublie ses principes, il trahit l'homme qu'il était auparavant.   " C'est un film qui ne cache pas sa colère, qui touche àde nombreux styles, qui débouche sur une histoire d'amour inutile où le plan séquence s'en donne à cœur-joie. L'histoire n'est pas nouvelle mais elle es racontée avec beaucoup de bon sens citoyen et narratif, façon comédie à l'italienne. Les comédiens ont été bien choisis et fonctionnent bien, particulièrement les seconds rôles (Papaleo, Ninchi e Burruano). On sort du film avec une impression de honte qui soulage. " Maurizio Porro, Corriere délia sera, 23 novembre 2002.
    • IL TRASFORMISTA

      Lors de fortes inondations qui dévastent les alentours de Turin, les déchets toxiques d'une décharge viennent à la surface. Copropriétaire d'une brasserie et engagé dans la défense de l'environ­nement, Augusto Viganô, la quarantaine, bloque avec un groupe d'amis le train sur lequel voyage le ministre Antonelli. Le politicien, qui désire plus que tout donner l'image d'un homme disponible, accepte d'écouter les plaintes des mani­festants accompagné par son conseiller Orlando Lanzetta. Escorté par Viganô jusqu'à la décharge il voit par lui même (sous l'œil des caméras de télévision) que des substances sortent des bidons.

      Les préoccupations pour la santé de la population sont donc plus que justifiées. Interviewé en direct à la télévision, Viganô est remarqué par un politicien véreux intéressé à le faire élire sur ses listes pour en faire un homme à lui. Viganô l'idéaliste, disposé à tout pour protéger l'envi­ronnement, accepte l'offre. C'est ainsi que commence son périple romain, entre sombres tractations de palais, trahisons et rencontres clan­destines entre politiciens de partis opposés.

      Un univers politique figé, où rien ne change et où les urgences restent éternellement des "ordres du jour". C'est une découverte amère des plus hautes sphères politiques de l'état pour cet homme droit qui tente de faire une loi pour résoudre les problèmes de son village. Rapidement, cependant, il accepte les premiers compromis politiques et fréquente les salons et les palais élégants et dangereux de la capi­tale, où se fait la "vraie" politique. C'est dans un de ces palais qu'il rencontre Catherine dont il tombe amoureux. Petit à petit il oublie ses principes, il trahit l'homme qu'il était auparavant.

       

      " C'est un film qui ne cache pas sa colère, qui touche àde nombreux styles, qui débouche sur une histoire d'amour inutile où le plan séquence s'en donne à cœur-joie. L'histoire n'est pas nouvelle mais elle es racontée avec beaucoup de bon sens citoyen et narratif, façon comédie à l'italienne. Les comédiens ont été bien choisis et fonctionnent bien, particulièrement les seconds rôles (Papaleo, Ninchi e Burruano). On sort du film avec une impression de honte qui soulage. "

      Maurizio Porro, Corriere délia sera, 23 novembre 2002.

    • Réalisation
      Luca Barbareschi
    • Scénario
      Luca Barbareschi, Gianfranco Manfredi
    • Image
      Gino Sgreva
    • Montage
      Osvaldo Bargero
    • Musique
      Marco Zurzolo
    • Productions
      Casanova Entertainment, Rai Cinéma
    • Vente à l’étranger
      Adriana Chiesa Entreprises
    • Interprètes
      Luca Barbareschi, Catherine Wilkening, Rocco Papaleo, Luigi Maria Burruano
    • Année
      2002
    • Durée
      1h 32
    • Pays de production
      Italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom