LA MEGLIO GIOVENTÙ

LA MEGLIO GIOVENTÙ

NOS MEILLEURES ANNÉES

Marco Tullio Giordana

0h 6min
2021
Story of LA MEGLIO GIOVENTÙ
LA MEGLIO GIOVENTÙ NOS MEILLEURES ANNÉES Initialement réalisé pour la télévision, ce film retrace l'histoire collective de la génération qui avait vingt ans en 1968. Ce sont donc trente-cinq ans de l'histoire de l'Italie qui défilent sous nos eux, de l'été 1966 à nos jours, en passant par la grande inondation de Florence en 1966, le boom économique à Rome, le développement de Porto Maghera et le début de la pollution due à l'industrie pétrochimique à Venise, le terrorisme et la crise de Fiat à Turin, l'attentat contre le juge Falcone à Palerme en 1991... L'Histoire est omniprésente au point de devenir la véritable protagoniste du film. On suit le destin d'une famille de la petite bourgeoisie romaine, dont les membres sont mis face à leurs douleurs et confrontés à la gestion de leurs erreurs. La famille Carati est composée de quatre enfants : l'aînée, Giovanna, magistrat à Marghera, que l'on retrouve plus tard à Palerme, Nicola, qui suit des études de médecine et se spécialise en psychiatrie, Matteo, qui entre très jeune dans la police, et Francesca, archéologue, mariée à Carlo, meilleur ami de Nicola devenu un important fonctionnaire de la Banque d'Italie. Ce sont surtout les deux choix de vie complètement opposés des deux frères qui sont mis en évidence : alors que Nicola s'engage dans les mouvements contestataires de la jeunesse, Matteo, à la recherche d'un équilibre intérieur, entre dans les forces de l'ordre et se retrouve donc de l'autre côté de la barricade. Leurs vies croisent celles de toute une galerie de personnages secondaires jamais schématiques, comme Giorgia, enfermée dans une clinique psychiatrique où elle subit des électrochocs, ou Giulia, la compagne de Nicola qui le quitte pour entrer dans les Brigades rouges. Dans ce bilan de la jeunesse des années 68-70, le réalisateur fait un lien avec la génération actuelle, où l'on retrouve la même lutte contre la guerre, la Mafia, pour un environnement sain, pour la justice...   Ce décryptage assez subtil de la société italienne est surtout sensible dans le première partie du film où les personnages sont acteurs de l'histoire collective. Dans la seconde, meurtris par ces engagements ou simplement par le temps qui passe, ils se réfugient dans la sphère familiale, comme la mère de Nicola et de Matteo. Mais c'est dans cette partie que Marco Tullio Giordana, d'un tempérament plutôt retenu, donne le meilleur en se risquant à l'émotion. Au fond, les sagas familiales, c'est surtout pour cela qu'on les aime : une ronde de sentiments qui se poursuivent à travers les générations." Frédéric STRAUSS, Télérama, 09 07 2003
    • LA MEGLIO GIOVENTÙ

      NOS MEILLEURES ANNÉES

      Initialement réalisé pour la télévision, ce film retrace l'histoire collective de la génération qui avait vingt ans en 1968. Ce sont donc trente-cinq ans de l'histoire de l'Italie qui défilent sous nos eux, de l'été 1966 à nos jours, en passant par la grande inondation de Florence en 1966, le boom économique à Rome, le développement de Porto Maghera et le début de la pollution due à l'industrie pétrochimique à Venise, le terrorisme et la crise de Fiat à Turin, l'attentat contre le juge Falcone à Palerme en 1991... L'Histoire est omniprésente au point de devenir la véritable protagoniste du film.

      On suit le destin d'une famille de la petite bourgeoisie romaine, dont les membres sont mis face à leurs douleurs et confrontés à la gestion de leurs erreurs. La famille Carati est composée de quatre enfants : l'aînée, Giovanna, magistrat à Marghera, que l'on retrouve plus tard à Palerme, Nicola, qui suit des études de médecine et se spécialise en psychiatrie, Matteo, qui entre très jeune dans la police, et Francesca, archéologue, mariée à Carlo, meilleur ami de Nicola devenu un important fonctionnaire de la Banque d'Italie.

      Ce sont surtout les deux choix de vie complètement opposés des deux frères qui sont mis en évidence : alors que Nicola s'engage dans les mouvements contestataires de la jeunesse, Matteo, à la recherche d'un équilibre intérieur, entre dans les forces de l'ordre et se retrouve donc de l'autre côté de la barricade. Leurs vies croisent celles de toute une galerie de personnages secondaires jamais schématiques, comme Giorgia, enfermée dans une clinique psychiatrique où elle subit des électrochocs, ou Giulia, la compagne de Nicola qui le quitte pour entrer dans les Brigades rouges.

      Dans ce bilan de la jeunesse des années 68-70, le réalisateur fait un lien avec la génération actuelle, où l'on retrouve la même lutte contre la guerre, la Mafia, pour un environnement sain, pour la justice...

       

      Ce décryptage assez subtil de la société italienne est surtout sensible dans le première partie du film où les personnages sont acteurs de l'histoire collective. Dans la seconde, meurtris par ces engagements ou simplement par le temps qui passe, ils se réfugient dans la sphère familiale, comme la mère de Nicola et de Matteo. Mais c'est dans cette partie que Marco Tullio Giordana, d'un tempérament plutôt retenu, donne le meilleur en se risquant à l'émotion. Au fond, les sagas familiales, c'est surtout pour cela qu'on les aime : une ronde de sentiments qui se poursuivent à travers les générations."

      Frédéric STRAUSS, Télérama, 09 07 2003

    • Réalisation
      Marco Tullio Giordana
    • Scénario
      Sandro Petraglia, Stefano Rulli
    • Image
      Roberto Forza
    • Montage
      Roberto Missiroli
    • Producteur (s)
      Angelo Barbagallo
    • Productions
      BIBI Film, Rai Fiction
    • Distribution France
      Océan Films
    • Interprètes
      Luigi Lo Cascio, Alessio Boni, Adriana Asti, Sonia Bergamasco, Maya Sansa, Fabrizio Gifuni, Jasmine Trinca, Valentina Carnelutti, Camilla Filippi
    • Année
      2002
    • Durée
      6h 10
    • Pays de production
      Italie
    • Citation
      "Les passions, les luttes, les erreurs, les espoirs d'une génération et de celle qui a suivi."
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom