LA STANZA DELLO SCIROCCO

0h 1min
1998
Story of LA STANZA DELLO SCIROCCO
LA STANZA DELLO SCIROCCO Sicile, 1936. Le marquis d'Acquafurata, notoirement antifasciste, rentre clandes­tinement d'exil en compagnie de son majordome. Il a besoin d'argent et il compte vendre discrètement une partie de son mobilier, par l'entremise de son notaire, lui aussi antifasciste et dans la confidence. Mais le vieux serviteur met malencon­treusement le feu dans une chambre et meurt dans l'incendie. Sa présence étant découverte, le marquis, absent depuis de longues années, donc méconnaissable, se fait passer pour le majordome et pleure la mort de son maître. Un testament vite rédigélègue le mobilier au majordome et le palais à un couple de mal logés, pour éviter qu'il ne tombe aux mains du secrétaire du parti fasciste. Le notaire met alors le marquis au courant d'un projet pour faire évader un antifasciste et lui demande une aide financière. Le marquis s'enflamme pour le projet, promet autant d'argent qu'il faudra et veut organiser lui-même l'héroïque opération. Vincenzo et Rosalia, viennent s'installer dans " leur " palais. Mais Vincenzo, au chômage, avait fait une demande pour partir volontaire avec les troupes d'Afrique et il laisse bientôt Rosalia seule. Pas tout à fait seule, puisque le " majordome " est toujours là. Il fait très chaud : c'est le sirocco, ce vent chaud qui excite les êtres et attise les pas­sions. Rosalia et le " majordome " se rencontrent de plus en plus sou­vent et conversent aimablement dans la " chambre du sirocco ", une pièce souterraine construite exprès pour rester fraîche pendant les fortes chaleurs. Rosalia finit par tomber éperdument amoureuse de cet homme aux belles manières et qui parle si bien. Et lui, on l'imagine, n'est pas insensible aux charmes de la jeune femme. Tout à sa nouvelle passion, le marquis néglige ses affaires et commet des imprudences, au point de compromettre la mission qu'il s'était fixée, et ses amis commencent à se méfier de lui. La mère de Rosalia vient passer quelques jours chez sa fille. Une nuit où elle a du mal à dormir (encore ce satané sirocco), elle découvre le pot-aux-roses. Pour éviter le scandale, elle emmène sa fille et la séquestre dans sa maison au milieu des champs. Qu'importé! Tel un matamore, notre marquis veut délivrer sa belle, sauver le prisonnier et s'enfuir avec eux en France dans un hors-bord qu'il a fait acheter par le notaire. C'est ce qui va se passer. Enfin, presque...
    • LA STANZA DELLO SCIROCCO

      Sicile, 1936. Le marquis d'Acquafurata, notoirement antifasciste, rentre clandes­tinement d'exil en compagnie de son majordome. Il a besoin d'argent et il compte vendre discrètement une partie de son mobilier, par l'entremise de son notaire, lui aussi antifasciste et dans la confidence.

      Mais le vieux serviteur met malencon­treusement le feu dans une chambre et meurt dans l'incendie.

      Sa présence étant découverte, le marquis, absent depuis de longues années, donc méconnaissable, se fait passer pour le majordome et pleure la mort de son maître. Un testament vite rédigélègue le mobilier au majordome et le palais à un couple de mal logés, pour éviter qu'il ne tombe aux mains du secrétaire du parti fasciste.

      Le notaire met alors le marquis au courant d'un projet pour faire évader un antifasciste et lui demande une aide financière. Le marquis s'enflamme pour le projet, promet autant d'argent qu'il faudra et veut organiser lui-même l'héroïque opération.

      Vincenzo et Rosalia, viennent s'installer dans " leur " palais. Mais Vincenzo, au chômage, avait fait une demande pour partir volontaire avec les troupes d'Afrique et il laisse bientôt Rosalia seule. Pas tout à fait seule, puisque le " majordome " est toujours là. Il fait très chaud : c'est le sirocco, ce vent chaud qui excite les êtres et attise les pas­sions. Rosalia et le " majordome " se rencontrent de plus en plus sou­vent et conversent aimablement dans la " chambre du sirocco ", une pièce souterraine construite exprès pour rester fraîche pendant les fortes chaleurs. Rosalia finit par tomber éperdument amoureuse de cet homme aux belles manières et qui parle si bien. Et lui, on l'imagine, n'est pas insensible aux charmes de la jeune femme.

      Tout à sa nouvelle passion, le marquis néglige ses affaires et commet des imprudences, au point de compromettre la mission qu'il s'était fixée, et ses amis commencent à se méfier de lui.

      La mère de Rosalia vient passer quelques jours chez sa fille. Une nuit où elle a du mal à dormir (encore ce satané sirocco), elle découvre le pot-aux-roses. Pour éviter le scandale, elle emmène sa fille et la séquestre dans sa maison au milieu des champs. Qu'importé! Tel un matamore, notre marquis veut délivrer sa belle, sauver le prisonnier et s'enfuir avec eux en France dans un hors-bord qu'il a fait acheter par le notaire.

      C'est ce qui va se passer. Enfin, presque...

    • Réalisation
      Maurizio Sciarra
    • Scenario
      Suso Cecchi D'Amico, Salvatore Marcarelli, Maurizio Sciarra,
    • Image
      Arnoldo Catinari
    • Montage
      Cecilia Zanuso
    • Musique
      Eugenio Bennato
    • Producer (s)
      Domenico Procacci
    • Productions
      Fandango Production
    • Vente à l’étranger
      Intramovies
    • Interprètes

      Giancarlo Giannini, Tiziana Lodato, Paolo De Vita, Francesco Benigno, Tony Sperandeo, Valentina Biasio, Lucia Sardo, Maria Terranova, Paolo Pace, Maria Rosa Sapienza

    • Année
      1998
    • Durée
      1h 30
    • Pays de production
      Italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom