LA STOFFA DEI SOGNI

Gianfranco Cabiddu

0h 1min
2021
Story of LA STOFFA DEI SOGNI
LA STOFFA DEI SOGNI

Au cours d'une terrible tempête, le bateau transportant vers le pénitencier de l’Asinara des camorristes, fait naufrage devant l’île. À bord il y a une petite troupe théâtrale. Les rescapés sont récupérés par les gardes, mais sous la menace du boss Aloisi (Renato Carpentieri), le directeur de la troupe, Oreste Campese (Sergio Rubini), est contraint de dire que tous sont ses comédiens. Comme le directeur (Ennio Fantastichini) ne peut distinguer les criminels des autres, il ordonne à Campese de monter un spectacle de façon à voir qui sont les faux comédiens. Le choix s'arrête sur La tempête de Shakespeare, traduite  en napolitain car c’est leur seule langue commune. Les répétitions commencent sous la surveillance du directeur.

« J’ai voulu reprendre le sujet d’Eduardo De Filippo pour La stoffa dei sogni, en faisant un film pensé pour le public. Un film honnête avec plusieurs niveaux de lecture : l’un plus compliqué, à cause des références aux auteurs dont il s’inspire, Shakespeare et De Filippo, l’autre plus léger sur le ton de la comédie. Un esprit populaire, et un autre plus intellectuel. J’avais cette histoire à cœur depuis longtemps, j’ai une grande familiarité avec ce texte. En 1984-1985 De Filippo a traduit La tempête de Shakespeare et j’ai été son technicien du son pour l’enregistrement des voix. […] Et quand l’Asinara est devenu un parc accessible au public, je m’y suis rendu tout de suite. J’y ai trouvé le concept de lieu hors du monde, mais en même temps proche du monde de Shakespeare. Un lieu onirique dans une nature non contaminée »

Gianfranco Cabiddu, propos recueillis par Carlo Poddighe, Cinemecum, 23 novembre 2017

    • LA STOFFA DEI SOGNI

      Au cours d'une terrible tempête, le bateau transportant vers le pénitencier de l’Asinara des camorristes, fait naufrage devant l’île. À bord il y a une petite troupe théâtrale. Les rescapés sont récupérés par les gardes, mais sous la menace du boss Aloisi (Renato Carpentieri), le directeur de la troupe, Oreste Campese (Sergio Rubini), est contraint de dire que tous sont ses comédiens. Comme le directeur (Ennio Fantastichini) ne peut distinguer les criminels des autres, il ordonne à Campese de monter un spectacle de façon à voir qui sont les faux comédiens. Le choix s'arrête sur La tempête de Shakespeare, traduite  en napolitain car c’est leur seule langue commune. Les répétitions commencent sous la surveillance du directeur.

      « J’ai voulu reprendre le sujet d’Eduardo De Filippo pour La stoffa dei sogni, en faisant un film pensé pour le public. Un film honnête avec plusieurs niveaux de lecture : l’un plus compliqué, à cause des références aux auteurs dont il s’inspire, Shakespeare et De Filippo, l’autre plus léger sur le ton de la comédie. Un esprit populaire, et un autre plus intellectuel. J’avais cette histoire à cœur depuis longtemps, j’ai une grande familiarité avec ce texte. En 1984-1985 De Filippo a traduit La tempête de Shakespeare et j’ai été son technicien du son pour l’enregistrement des voix. […] Et quand l’Asinara est devenu un parc accessible au public, je m’y suis rendu tout de suite. J’y ai trouvé le concept de lieu hors du monde, mais en même temps proche du monde de Shakespeare. Un lieu onirique dans une nature non contaminée »

      Gianfranco Cabiddu, propos recueillis par Carlo Poddighe, Cinemecum, 23 novembre 2017

    • Réalisation
      Gianfranco Cabiddu
    • Scénario
      Gianfranco Cabiddu, Ugo Chiti, Salvatore De Mola, librement inspiré de L'arte della commedia d'Eduardo De Filippo et de sa traduction en napolitain de La Tempête de William Shakespeare
    • Image
      Vincenzo Carpineta
    • Montage
      Alessio Doglione
    • Musique
      Franco Piersanti
    • Producteur (s)
      Isabella Cocuzza, Arturo Paglia
    • Productions
      Paco Cinematografica, Rai Cinema, avec la contribution du MiBACT et le soutien de Fondazione Sardegna Film Commission, Regione Autonoma della Sardegna, Regione Lazio
    • Interprètes
      Sergio Rubini, Ennio Fantastichini, Alba Gaïa Kraghede Bellugi, Renato Carpentieri, Francesco Di Leva, Ciro Petrone, Teresa Saponangelo, Luca De Filippo, Nicola Di Pinto, Jacopo Cullin, Fiorenzo Mattu
    • Année
      2015
    • Durée
      1h 43
    • Pays de production
      Italie
    • Format
      VOST
    • Citation
      Mais il dit quoi ? J’comprends rien.
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom