LA TOSCA

UNE TOSCA PAS COMME LES AUTRES

0h 1min
1973
Story of LA TOSCA
LA TOSCA UNE TOSCA PAS COMME LES AUTRES Le 14 juin 1800, jour de la bataille de Marengo, le patriote Cesare Angelotti s'évade des geôles du château Saint-Ange. Déguisé en femme, il se réfugie dans 'église Sant'Andrea où le peintre Mario Cavaradossi est en train de peindre une fresque. Ses opinions jacobines sont connues. Il cache Carlo Angelotti. Mais Mario a une maîtresse jalouse, la cantatrice Tosca, qui lui reproche de donner à ses personnages féminins d'autres visages que le sien. Jouant habilement sur cette jalousie, le baron Scarpia, le cynique chef de la police pontificale, amène Tosca à lui avouer la cachette de 'évadé. Sur le point d'être pris, ce dernier se suicide. Néanmoins, Mario est arrêté et condamné à mort. Tosca est prête à tout pour le sauver et Scarpia le sait. Depuis longtemps il brûle de plier la belle femme à ses désirs, aussi lui propose-t-il ce marché: si elle lui cède, il fera charger à blanc les balles des soldats du peloton d'exécution et Tosca et Mario pourront ensuite quitter Rome. Tosca se fait d'abord donner le sauf-conduit, puis elle tue Scarpia, avant d'aller assister à la fausse exécution. Mais les balles sont bien réelles et Mario meurt. Tosca est au désespoir, surtout lorsqu'un soudard lui apprend que le coup des balles à blanc était l'un des subterfuges préférés de Scarpia pour faire céder les femmes des condamnés. Tosca se jette alors du haut des remparts.   Magni tire son scénario de la pièce de Victorien Sardou qui a servi aussi de base à l'opéra de Puccini. Son traitement se détache de ses illustres modèles, pour aller vers la comédie musicale, genre assez peu fréquenté par les cinéastes italiens. "Luigi Magni a construit son film sous le signe de la dérision des tyrans du passé. Cependant, il a cherché à donner un nouvel intérêt à cette vieille histoire en la pimentant de références aux événements d'aujourd'hui, d'allusions au pouvoir corrompu et à l'autorité inflexible et aveugle. Tosca est très réussi, dans l'esprit du grand poète romain Gioachino Belli." Pietro Bianchi, II Giorno, 21 mars 1973
    • LA TOSCA

      UNE TOSCA PAS COMME LES AUTRES

      Le 14 juin 1800, jour de la bataille de Marengo, le patriote Cesare Angelotti s'évade des geôles du château Saint-Ange. Déguisé en femme, il se réfugie dans 'église Sant'Andrea où le peintre Mario Cavaradossi est en train de peindre une fresque. Ses opinions jacobines sont connues. Il cache Carlo Angelotti. Mais Mario a une maîtresse jalouse, la cantatrice Tosca, qui lui reproche de donner à ses personnages féminins d'autres visages que le sien. Jouant habilement sur cette jalousie, le baron Scarpia, le cynique chef de la police pontificale, amène Tosca à lui avouer la cachette de 'évadé. Sur le point d'être pris, ce dernier se suicide. Néanmoins, Mario est arrêté et condamné à mort. Tosca est prête à tout pour le sauver et Scarpia le sait. Depuis longtemps il brûle de plier la belle femme à ses désirs, aussi lui propose-t-il ce marché: si elle lui cède, il fera charger à blanc les balles des soldats du peloton d'exécution et Tosca et Mario pourront ensuite quitter Rome. Tosca se fait d'abord donner le sauf-conduit, puis elle tue Scarpia, avant d'aller assister à la fausse exécution. Mais les balles sont bien réelles et Mario meurt. Tosca est au désespoir, surtout lorsqu'un soudard lui apprend que le coup des balles à blanc était l'un des subterfuges préférés de Scarpia pour faire céder les femmes des condamnés. Tosca se jette alors du haut des remparts.

       

      Magni tire son scénario de la pièce de Victorien Sardou qui a servi aussi de base à l'opéra de Puccini. Son traitement se détache de ses illustres modèles, pour aller vers la comédie musicale, genre assez peu fréquenté par les cinéastes italiens.

      "Luigi Magni a construit son film sous le signe de la dérision des tyrans du passé. Cependant, il a cherché à donner un nouvel intérêt à cette vieille histoire en la pimentant de références aux événements d'aujourd'hui, d'allusions au pouvoir corrompu et à l'autorité inflexible et aveugle. Tosca est très réussi, dans l'esprit du grand poète romain Gioachino Belli."

      Pietro Bianchi, II Giorno, 21 mars 1973

    • Réalisation
      Luigi Magni
    • Scénario
      Luigi Magni inspiré de la pièce de Victorien Sardou
    • Image
      Franco Di Giacomo
    • Montage
      Ruggero Mastroianni
    • Musique
      Armando Trovajoli
    • Producteur (s)
      Franco Committeri, Ugo Tucci
    • Productions
      Quasars Film Company, UTI Produzione Associate
    • Interprètes
      Monica Vitti, Luigi Proietti, Vittorio Gassman, Umberto Orsini, Aldo Fabrizi, Gianni Bonagura, Marisa Fabbri, Fiorenzo Fiorentini, Ninetto Davoli, Alvaro Vitali, Goffredo Pistoni, Gino Rocchetti
    • Année
      1973
    • Durée
      1h 44
    • Pays de production
      Italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom