LA VERA VITA DI ANTONIO H.

0h 1min
1994
Story of LA VERA VITA DI ANTONIO H.
LA VERA VITA DI ANTONIO H. La soirée toute particulière d'un acteur - Antonio Hutter - qui reparcourt sa vie, de son enfance en Israël à sa jeunesse à Vérone et à sa fuite à Rome ; les rencontres avec les personnages célèbres, les bouts d'essai, les premiers petits rôles. Et l'histoire d'amour avec Giuliana De Sio. Et au milieu, des actualités, des extraits de films, des interviews (vraies ou fausses ?) de réalisateurs et d'acteurs qui ont connu Antonio H. Comme toute biographie qui se respecte, celle d'Antonio H. est divisée en chapitres : I - Enfance et vocation : Le jeune Antonio H. donne des signes évidents (et inquiétants) de cabotinage aigu. Il découvre les tourments du sexe en voyant au cinéma "Mondo Sexy di notte", "Notti nude"... II - Les études : Très mauvais élève, il est haï par son professeur de mathématiques. Quand il est interrogé, il imite Marlon Brando dans Un tramway nommé désir. Il se sent incompris et se réfugie dans la poésie. ni - La révélation : A l'époque des western-spaghetti, il se prend pour Clint Eastwood. Il veut devenir acteur, mais les acteurs sont tous de beaux grands blonds aux yeux bleus. Un jour il voit "Le lauréat", interprété par un jeune acteur inconnu, un petit bain aux yeux noirs et au grand nez. Il s'appelle Dustin Hoffman. C'est la révélation. Si Dustin H. y est arrivé, Antonio H. peut y arriver aussi. IV - 68 : II veille surtout à éviter les coups de matraque car son visage doit devenir son outil de travail. Il quitte Vérone pour Rome. V - Rome, unique objet... : II fréquente de jeunes acteurs à leurs armes. Michèle Placido se souvient de la rencontre entre Antonio et Jean-Luc Godard. Antonio a rencontré aussi Orson Wells qui lui a offert son cigare. VI - La vie d'artiste : Premiers castings, premiers petits rôles. Puis la rencontre avec Bertolucci et une scène avec Trintignant dans Le conformiste, mais cette scène est coupée lors du montage définitif. Nanni Moretti l'appelle au téléphone... pour l'inviter à jouer au tennis. VII - Sexe, amour et trahison : Les femmes de sa vie se rappellent que son lieu de prédilection était le Drive-in où il pouvait flirter tout en regardant un film. VIII - La grande occasion : Isabella Rossellini a parlé de lui à Scorsese qui veut lui confier un rôle dans "The Raging Bull" aux côtés de De Niro. Il part... pour l'hôpital, dans le coma, à cause d'un accident de la circulation. Trois semaines après, il apprend que le tournage est commencé et que c'est Joe Pesci qui a eu le rôle. LX - La crise : Que faire ? Changer de métier ? Il est acteur et ne sait rien faire d'autre. En attendant des jours meilleurs, il prend des cours de claquettes...   Enzo MONTELEONE est né à Padoue en 1954. Après quelques années de petits boulots dans le cinéma, il accède au statut de scénariste et c'est sans doute l'un des plus intéressants de ces dernières années : Marrakech Express et Mediterraneo de SALVATORES, Il prete bello de MAZZACURATI, Americano Rosso deD'ALATRI, Bonus Malus de ZAGARRIO. La vera vita di Antonio H. est sa première réalisation. "Cette histoire était si particulière, si étrange, que j'aurais eu du mal à la confier à quelqu'un d'autre... A travers Alessandro HABER on pouvait raconter les obsessions, les enthousiasmes du métier d'acteur, mais aussi les dernières années de notre cinéma. HABER traverse tous les genres et devient un personnage tout-à-fait particulier, une sorte de petit Zelig du cinéma italien qui finit toujours par ressurgir de façon étrange et inattendue. "
    • LA VERA VITA DI ANTONIO H.

      La soirée toute particulière d'un acteur - Antonio Hutter - qui reparcourt sa vie, de son enfance en Israël à sa jeunesse à Vérone et à sa fuite à Rome ; les rencontres avec les personnages célèbres, les bouts d'essai, les premiers petits rôles. Et l'histoire d'amour avec Giuliana De Sio. Et au milieu, des actualités, des extraits de films, des interviews (vraies ou fausses ?) de réalisateurs et d'acteurs qui ont connu Antonio H. Comme toute biographie qui se respecte, celle d'Antonio H. est divisée en chapitres :

      I - Enfance et vocation : Le jeune Antonio H. donne des signes évidents (et inquiétants) de cabotinage aigu. Il découvre les tourments du sexe en voyant au cinéma "Mondo Sexy di notte", "Notti nude"...

      II - Les études : Très mauvais élève, il est haï par son professeur de mathématiques. Quand il est interrogé, il imite Marlon Brando dans Un tramway nommé désir. Il se sent incompris et se réfugie dans la poésie. ni - La révélation : A l'époque des western-spaghetti, il se prend pour Clint Eastwood. Il veut devenir acteur, mais les acteurs sont tous de beaux grands blonds aux yeux bleus. Un jour il voit "Le lauréat", interprété par un jeune acteur inconnu, un petit bain aux yeux noirs et au grand nez. Il s'appelle Dustin Hoffman. C'est la révélation. Si Dustin H. y est arrivé, Antonio H. peut y arriver aussi.

      IV - 68 : II veille surtout à éviter les coups de matraque car son visage doit devenir son outil de travail. Il quitte Vérone pour Rome.

      V - Rome, unique objet... : II fréquente de jeunes acteurs à leurs armes. Michèle Placido se souvient de la rencontre entre Antonio et Jean-Luc Godard. Antonio a rencontré aussi Orson Wells qui lui a offert son cigare.

      VI - La vie d'artiste : Premiers castings, premiers petits rôles. Puis la rencontre avec Bertolucci et une scène avec Trintignant dans Le conformiste, mais cette scène est coupée lors du montage définitif. Nanni Moretti l'appelle au téléphone... pour l'inviter à jouer au tennis.

      VII - Sexe, amour et trahison : Les femmes de sa vie se rappellent que son lieu de prédilection était le Drive-in où il pouvait flirter tout en regardant un film.

      VIII - La grande occasion : Isabella Rossellini a parlé de lui à Scorsese qui veut lui confier un rôle dans "The Raging Bull" aux côtés de De Niro. Il part... pour l'hôpital, dans le coma, à cause d'un accident de la circulation. Trois semaines après, il apprend que le tournage est commencé et que c'est Joe Pesci qui a eu le rôle.

      LX - La crise : Que faire ? Changer de métier ? Il est acteur et ne sait rien faire d'autre. En attendant des jours meilleurs, il prend des cours de claquettes...

       

      Enzo MONTELEONE est né à Padoue en 1954. Après quelques années de petits boulots dans le cinéma, il accède au statut de scénariste et c'est sans doute l'un des plus intéressants de ces dernières années : Marrakech Express et Mediterraneo de SALVATORES, Il prete bello de MAZZACURATI, Americano Rosso deD'ALATRI, Bonus Malus de ZAGARRIO. La vera vita di Antonio H. est sa première réalisation. "Cette histoire était si particulière, si étrange, que j'aurais eu du mal à la confier à quelqu'un d'autre... A travers Alessandro HABER on pouvait raconter les obsessions, les enthousiasmes du métier d'acteur, mais aussi les dernières années de notre cinéma. HABER traverse tous les genres et devient un personnage tout-à-fait particulier, une sorte de petit Zelig du cinéma italien qui finit toujours par ressurgir de façon étrange et inattendue. "

    • Réalisation
      Enzo Monteleone
    • Scenario
      Enzo Monteleone, Alessandro Haber
    • Image
      Arnaldo Catinari
    • Montage
      Cecilia Zanuso
    • Musique
      Mimmo Locasciulli
    • Producer (s)
      Gianfranco Piccioli
    • Productions
      Piccioli Film Sri, Instituto Luce Sri
    • Interprètes
      Alessandro Haber, Giuliana De Sio, Alessandra Acciai, Ennio Fantastichini, Massimo Ghini
    • Année
      1994
    • Durée
      1h 35
    • Pays de production
      Italie
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom