MAIN BASSE SUR LA VILLE

LE MANI SULLA CITTÀ

0h 1min
1963
Story of LE MANI SULLA CITTÀ
LE MANI SULLA CITTÀ MAIN BASSE SUR LA VILLE

Début des années 1960, Naples se transforme. Le promoteur Edoardo Nottola (Rod Steiger), conseiller municipal du parti de droite majoritaire, s'est assuré la propriété de terrains publics pour engager un vaste programme immobilier. À l'approche des élections municipales, dans un quartier populaire de la ville, des travaux de démolition confiés à l'entreprise de Nottola provoquent l'effondrement d'un immeuble mitoyen. Il y a deux morts et un blessé grave.

De Vita (Carlo Fermariello), conseiller municipal de gauche, mène une campagne de presse et réclame une commission d'enquête qui se bornera à constater que les règlements ont été observés. Mis en cause et désavoué par certains membres de son parti qui craignent que le scandale ne les atteigne, Nottola rejoint la liste centriste qui sort vainqueur des élections et De Angeli (Salvo Randone) est élu maire avec l'appui de la droite... En présence des autorités civiles et religieuses, la pose de la première pierre de l'ensemble immobilier consacre la victoire des spéculateurs.

 

« Je voulais construire un film sur un thème très précis : les compromissions du pouvoir économique et politique dans une ville qui change physiquement. Ce changement physique correspond au changement de l'homme. Ce qui est négatif dans la spéculation immobilière, ce n'est pas seulement la destruction d'une ville et l'aspect chaotique qu'elle prend, c'est aussi la destruction d'une culture au profit d'une autre où l'homme n'a plus sa place. […] À Naples, on était encore, à l'époque de Main basse, dans ce moment politique qu'on appelait le laurismo, mouvement d'extrême-droite lié à l'idée de monarchie. Même la politique des partis de gauche - socialiste et communiste  - devait tenir compte de cette réalité politique et d'un lumpenproletariat très nombreux. Leurs slogans n'évitaient pas la démagogie, car il n'y avait pas de prise de conscience à côté de leur action spécifique. »

Francesco Rosi, entretien avec Michel Ciment, Le dossier Rosi, Paris, Ramsay, 1987

 

« Ce que Rosi met en lumière dans toutes ces situations dramatiques, c'est l'incroyable faculté que Nottola possède, comme tous les conservateurs du film, de récupérer, d'opérer des rétablissements quand tout semble perdu. C'est une lutte de forces qui perpétuellement se rechargent sous la seule impulsion d'intérêts à défendre. »

Michel Ciment, ibid.

    • LE MANI SULLA CITTÀ

      MAIN BASSE SUR LA VILLE

      Début des années 1960, Naples se transforme. Le promoteur Edoardo Nottola (Rod Steiger), conseiller municipal du parti de droite majoritaire, s'est assuré la propriété de terrains publics pour engager un vaste programme immobilier. À l'approche des élections municipales, dans un quartier populaire de la ville, des travaux de démolition confiés à l'entreprise de Nottola provoquent l'effondrement d'un immeuble mitoyen. Il y a deux morts et un blessé grave.

      De Vita (Carlo Fermariello), conseiller municipal de gauche, mène une campagne de presse et réclame une commission d'enquête qui se bornera à constater que les règlements ont été observés. Mis en cause et désavoué par certains membres de son parti qui craignent que le scandale ne les atteigne, Nottola rejoint la liste centriste qui sort vainqueur des élections et De Angeli (Salvo Randone) est élu maire avec l'appui de la droite... En présence des autorités civiles et religieuses, la pose de la première pierre de l'ensemble immobilier consacre la victoire des spéculateurs.

       

      « Je voulais construire un film sur un thème très précis : les compromissions du pouvoir économique et politique dans une ville qui change physiquement. Ce changement physique correspond au changement de l'homme. Ce qui est négatif dans la spéculation immobilière, ce n'est pas seulement la destruction d'une ville et l'aspect chaotique qu'elle prend, c'est aussi la destruction d'une culture au profit d'une autre où l'homme n'a plus sa place. […] À Naples, on était encore, à l'époque de Main basse, dans ce moment politique qu'on appelait le laurismo, mouvement d'extrême-droite lié à l'idée de monarchie. Même la politique des partis de gauche - socialiste et communiste  - devait tenir compte de cette réalité politique et d'un lumpenproletariat très nombreux. Leurs slogans n'évitaient pas la démagogie, car il n'y avait pas de prise de conscience à côté de leur action spécifique. »

      Francesco Rosi, entretien avec Michel Ciment, Le dossier Rosi, Paris, Ramsay, 1987

       

      « Ce que Rosi met en lumière dans toutes ces situations dramatiques, c'est l'incroyable faculté que Nottola possède, comme tous les conservateurs du film, de récupérer, d'opérer des rétablissements quand tout semble perdu. C'est une lutte de forces qui perpétuellement se rechargent sous la seule impulsion d'intérêts à défendre. »

      Michel Ciment, ibid.

    • Réalisation
      Francesco Rosi
    • Scenario
      Francesco Rosi, Raffaele La Capria, Enzo Forcella, Enzo Provenzale
    • Image
      Gianni Di Venanzo, Pasqualino De SantisGianni Di Venanzo
    • Montage
      Mario Serandrei
    • Musique
      Piero Piccioni
    • Producer (s)
      Lionello Santi
    • Productions
      Galatea Film
    • Distribution France
      Théâtre du Temple
    • Interprètes
      Rod Steiger, Salvo Randone, Guido Alberti, Angelo D'Alessandro, Carlo Fermariello, Marcello Cannavale, Alberto Canocchia, Gaetano Grimaldi Filioli, Terenzio Cordova, Dante Di Pinto, Dany Paris, Vincenzo Metafora
    • Année
      1963
    • Durée
      1h 50
    • Pays de production
      Italie
    • Format
      VOST
    • Citation
      L’argent n’est pas comme une voiture qu’on peut garder à l’arrêt, c’est comme un cheval qui doit manger tous les jours.
    Movie, TV Show, Filmmakers and Film Studio WordPress Theme.

    Press Enter / Return to begin your search or hit ESC to close

    En vous inscrivant, vous acceptez nos Conditions générales d’utilisation et notre Politique de confidentialité .

    Les nouvelles adhésions ne sont pas autorisées.

    Festival du Film Italien de Villerupt

    Festival du Film Italien de Villerupt
    6 rue Clemenceau
    54190 Villerupt


    +33 (0)3 82 89 40 22
    organisation@festival-villerupt.com

    ©2021 Festival du Film Italien de Villerupt - Tous droits réservés - Réalisation Agacom